•  

    Comme les escargots

    Je profite d'une accalmie avant le départ ,pour vous faire un coucou.
    La valise est presque fermée , la voiture est presque chargée , nous sommes presque prêts à prendre la route.

    J'espère que nous ne ferons pas comme les escargots qui pullulent depuis la pluie d'hier soir: mon fils habite près d'un ancien élevage d'escargots.Le propriétaire est parti un jour en abandonnant ses bestioles qui n'ont pu le suivre , en raison de leur lenteur : certains sont encore à sa poursuite , je crois bien .

    On ne peut pas faire un pas sans écraser un escargot: alors,il faut marcher sur la pointe des pieds en essayant de slalomer entre eux.

    Ils sont énormes: les amateurs apprécieraient .
    L'autre problème , c'est qu'ils détruisent  tout sur leur passage : un peu comme Attila , mais en plus rase-motte : carottes, persil salades, tout y passe: pas de quartier !

    J'ai proposé à mon fils de les vendre sur le bord de la route , mais comme il faut d'abord les ramasser ,cela ne le tente pas :on est corse ou on ne l'est pas  !

    Bon, moi, je vais me presser un peu : je vous souhaite un bon week end .


    5 commentaires
  • De l'ordre !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A la maison ,il y a  deux fanatiques de l'ordre : moi , je suis au milieu  et j 'essaie de faire avec !
    Il y en a une qui râle et qui range d'une façon à peu près logique, et  l'autre râle et range d'une façon carrée: rien ne doit dépasser.
    Cela donne des résultats étonnants : lorsqu'on cherche une tranche de jambon qu'on avait négligemment déposée  vers le milieu du réfrigérateur , on la retrouve tout en haut  pour une histoire de fraîcheur montante .

    L'autre acharné de l'odre a des méthodes encore plus étonnantes :
    Lorsqu'on cherche de la farine, on trouve du sucre en poudre et c'est ainsi qu'on mange des boulettes de viande sucrées.
    Parfois , je crois trouver du chocolat dans la boîte à chocolat et je découvre  du café .
    Quand je veux déguster un thé, je trouve du riz !
    Quand je veux  faire du riz,  je trouve de la farine de châtaigne.
    Alors, j'ai décidé de protester à ma manière :j 'ai fait des étiquettes et sur chaque boîte j'ai écrit :
    -Sur la boîte à café:" ceci n'est pas une boîte à café"
    -Sur la boîte à tisanes: "ceci n'est pas une boîte à tisane"
    -Sur la boîte à  spaghettis : "ceci n'est pas une boîte à spaghettis."

    Et ainsi, personne n'aura de mauvaise surprise ; non, mais

    je suis sur les routes de France en ce moment, je vais être absente de chez moi pendant quelques temps; c'est pour cela que les parutions sont rares.
    !


    5 commentaires
  • Le saumon

    Aujourd'hui , nous allons faire du saumon : non, rien d'extraordinaire , jusque-là, sauf que je suis une piètre cuisinière et je n'ai pas l'habitude de cuisiner du saumon . Vous allez dire que je me noie dans un verre d'eau!
     D'accord, ce n'est pas la mer à boire ,de préparer un saumon , surtout lorsqu'elle est froide (la mer ). Ben oui, un saumon, ça vient du nord .
    Non, je ne suis pas allée dans les mers froides, le pêcher ;il passait juste par là...


    Alors, je cherche des recettes faciles, bonnes et rapides: est- ce que ça existe ?
    Et puis après tout, le saumon, ce n'est pas compliqué : il a les caractère des nordiques, placide et tranquille ...heu, est- ce que je me trompe ?

    Ce n'est pas comme la truite, bien de chez nous, nerveuse, frétillante ..Mais non, je ne suis pas chauvine .
    Alors, il ne va pas me gâcher ma journée , tout de même , ce saumon .
    D'ailleurs , je crois bien que je vais le laisser cuisiner par quelqu'un qui s'y connait mieux que moi!


    8 commentaires
  •  

    Je suiss à nouveau grand-mère: hier matin, un petit Milo est né  !

    Et boum... ou presque !

    Découverte d’un engin explosif au village.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Alors qu’elle est assise nonchalamment à califourchon, et tant bien que mal, sur un muret décrépi, derrière la vieille mairie, en train de téléphoner, une esquivante, estivante , en vacances malgré elle dans son village  , aperçoit près de son pied droit, ou gauche (?) un objet ovale et brillant qui ne ressemble en rien à un oeuf. Elle constate, en regardant de plus près, qu’il y a plein de crottes de chien dans cet endroit pourri et qu’elle a eu tort de venir là pour téléphoner. Aussi ça puait et elle aurait pu s’en douter avant, mais un problème d’audition l’en a empêchée. Paix à son âme.

     Au péril de sa vie, elle se penche donc négligemment  pour regarder de quoi il s’agit. Et à sa grande surprise, ce n’est pas un œuf. Donc pas d’omelette ce soir.

    Et toc.

    Approchant son œil gauche de plus près, elle voit un œuf une grenade. Mais oui. C’est sûr, pour les omelettes, c’est moins bon. Mais c’est toujours mieux que rien.

    Après une longue réflexion 7 ans, elle décide de prévenir la DDE, son frère, Nice-Matin, ses amis sur Facebook, sa grand-mère, son ancien prof de gym, sa nounou de quand elle avait 3 ans et les gendarmes.

    La nounou décide de ne pas venir à cause d’une vieille histoire de chausson perdu. Les gendarmes décident de venir.

    Ils sautent dans leurs chaussures du dimanche (oui, eux aussi ont des chaussures du dimanche ) , et grimpent dans la montagne :

     -«  Le FLNC aurait-il abandonné le plastic pour le fer ? Serait-il devenu écolo ? » se demandent-ils en route .

    Arrivés, sur les lieux du crime,  d e la découverte, ils sautent sur l’estivante (façon de parler, il fait trop chaud pour sauter sur qui que ce soit )  la cuisinent un moment, pour savoir si ce n’est pas elle, ou l’un des siens ,qui aurait eu la fâcheuse idée de déposer une grenade de la seconde guerre mondiale  à cet endroit .,pour faire sauter la maire ou la mairie ; on ne sait jamais… Une vieille querelle ancestrale … Finalement, constatant qu’elle n’était pas encore née pendant la seconde guerre mondiale, elle est lavée de tout soupçon.

     

    Les gendarmes , contactent les démineurs , et s’aperçoivent qu’ils n’ont rien pour leur envoyer une photo de l’engin ; c’est la découvreuse qui se charge de le faire  avec son téléphone .

    (A présent , elle a le numéro direct des démineurs de la gendarmerie : cela peut toujours servir )

    Ceux-ci arrivent peu après , et pendant que la population guette en catimini, tout ce beau monde, les démineurs, se saisissent précautionneusement de l’engin et partent avec lui.

    Aux dernières nouvelles, ils sont  arrivés  entiers .

     


    3 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après cette sentencieuse citation, on reste dans le sérieux:

     

    Après avoir bien plombé l'ambiance, je vous propose quelque chose de plus gai pour me faire pardonner.

    Je vous souhaite un bon long week end du 15 août


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires