• Il est arrivé  ; je l'attendais comme Godot .Il est là  . Non, ce n'est pas le brouillard dans la vallée : qui pourrait attendre le brouillard , si ce n'est un bandit d'honneur  qui  joue à cache -cache avec les gendarmes ? D'ailleurs, à l'heure où j'écris, il a presque disparu pour laisser la place  au soleil.

    -Mais qui ? Vous demandez-vous .

    Et même si vous ne vous demandez rien , je vais vous le dire . Absolument  !

    Ce n'est pas  le Messie, ce n'est pas Macron (je ne sais pas s'ils vont bien côte à côte  ces deux-là; je ne crois pas ); ce n'est pas le trésor du loto ;non, je ne suis pas l'heureuse élue qui a gagné la cagnotte . Si c'était le cas, vous verriez des "hourra" à tire-larigot .

     

    Mais je vais en pousser deux ou trois tout de même :

    -" Hourra! Hourra"

    Il le mérite ,ainsi que la personne qui  s'est investie dans ce projet et toutes les petites mains qui l'ont aidée. Vous avez compris je parle du livre "Voyage " 

    C'est Quichottine

    le maitre d'oeuvre de ce projet: écrire un livre à plusieurs mains et reverser intégralement les droits d'auteurs à l'association :"rêves d'enfants " qui réalise  les rêves d'enfants gravement malades.

    Il est arrivé !

    C'est le 5 ème livre  que nous écrivons pour cette association .Plus d'une centaine de personnes ont participé en écrivant une nouvelle .

    Voici comment se le procurer :

    Le livre coûte 15€ à ceux qui voudront se le procurer directement chez l'éditeur-imprimeur:TheBookEdition . le lien  : https://www.thebookedition.com/fr/voyage-p-353426.html

    Une version PDF est  disponible à 6€, téléchargeable chez TheBookEdition  aussi.

     Il reste deux jours , pour ceux qui veulent  souscrire pour un ou plusieurs exemplaires « en papier » de notre livre  chez Quichottine

    Chaque livre coûte 15 € dont 6,32 € pour l’association Rêves (auxquels s’ajoutera la somme offerte par notre éditeur dans le cadre de la “remise pour envoi en nombre”).

    Les frais de port, en lettre suivie, seront de 4,60 € pour un exemplaire, pour un envoi en France.

    Je vous souhaite un bon week end et un bon voyage virtuel ou pas. Moi, je vais voyager avec lui.

     

     


    24 commentaires
  •  

    Bretemette, arrête de faire la matamore
     Car tu as un nom à coucher dehors.
    Même la maîtresse de la cour de récré
    N'arrive pas toujours à le prononcer.
    A ta place j'en changerais bien vite
    Avant que tout le monde ne s'excite
    Et ne te fasse un mauvais sort.
    Ou   t'envoie manu militari  vers un port,
    Pour une destination inconnue
    Où tu pourras vivre à moitié nue .

    Voilà la nouvelle élève qui arrive dans la cour de récré de Jill Bill


    27 commentaires
  •    Jeanne du blog "fadosi" est à la barre des croqueurs de mots pour cette quinzaine.Elle nous propose :

      "Racontez ou inventez les temps forts d'une heure de votre vie en un minimum de mots. (Idéalement au plus l'équivalent d'une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères).

    18 h , un vendredi soir ,comme les autres , non pas tout à fait. Nous allons chanter devant plus de 800 personnes . Le chef a dit :

    -"Tout le monde doit être là à 18 h."

    Malgré tout, je vois arriver en courant  trois choristes retardataires  dont l'une manque se tordre une cheville  ,perchée sur des talons vertigineux.

     Cela me rappelle que j'ai oublié d'enlever mes baskets .Je repars en courant jusqu'à la voiture .Je repars en bas  pour faire plus vite, sous le regard étonné de deux légionnaires , et je me chausse au pied de la scène .

    La mer est derrière nous, il fait frisquet.

    L'un des choristes , s'approche du chef et lui dit:

    -" J'ai le vertige , je ne peux pas monter sur les marches ." (Les hommes sont derrière les femmes , sur des  petits escaliers )

    Le chef , lui lance un regard noir , et lui dit de rester près des femmes.

     18h 30 :Tout le monde est en place, on échauffe nos voix,les techniciens  font les ajustements  avec le son.Ils nous font recommencer sans cesse.

    On entend de temps en temps:

    -" Tu n'as pas un gilet noir (nous sommes habillés en noir)  à me prêter ? " Certaines sont venues en tenues légères .non voyons pas trop légères, tout de même !

    Le stress monte , le chef transpire malgré la petite brise fraîche  .

    La musique de la Légion arrive  au pas .On admire les jolies tenues, les beaux garçons, instruments. 

    On recommence les essais avec eux pour une chanson finale commune .

     

    Les gens arrivent  de plus en plus nombreux.Il y en a partout: sur les chaises (normal ) debout, sur les rochers (nous sommes sous la citadelle de Calvi ) ,sur les figuiers de Barbarie ( ils ont la peu dure ceux-là ),  sur des pierres  , sur l'eau (non, ceux-là ,ce sont ceux qui surveillent  ), des galonnés , des officiels,  plus ou moins importants , les habitants de la cité et d'ailleurs, des touristes ...

    19h : c'est le moment . Le concert commence . On oublie tout et on donne le meilleur de nous-mêmes. Notre récompense:

    Les applaudissements  bien nourris et plusieurs personnes nous ont dit qu'ils avaient eu les larmes aux yeux  pendant certains chants.

    C'était le 50 ème anniversaire de l'arrivée du 2ème REP (régiment étranger parachutiste) à Calvi

     

     

     

     

    -"

     


    26 commentaires
  •  

    Quand les cyclamens fleurissent dans les prés,

    C'est l'automne qui montre le bout de son nez.

    Quand les mamies sont dans la rue

    C'est parce qu'elles sont repues .

    Quand la statuette est de nouveau entière,

    C'est que, douce, est l'atmosphère.

    Quand le jour va se lever,

    Il est temps de se bouger !

    Je vous souhaite un bon week end .Il sera chantant et dansant pour moi.

     

     


    29 commentaires
  • Vous voyez là-bas Conogan ?
    Celui qui porte un catogan ?
    C'est lui qui sent  fort l'origan.
    Il le cultive dans une serre
    Dans sa cuisine, dans un verre,
    Sous son lit, dans son salon,
    Il y en a aussi dans ses chaussons.
    C'est son haschich, son héroïne,
    Son opium,   sa nicotine
    C'est sûr: le jour où il mourra,
    Même dans sa tombe,il y en aura .

    C'est cet élève au goût étrange, qui arrive ce matin dans la "cour de récré" de Jill Bill

     

     

     

     


    28 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires