•  

    La cabane dans le far west

    Lorsque je vois des enfants dire : "je m'ennuie", l'été  quand ils sont privés de jeux électroniques , j'ai envie de leur donner un coup de pied , bien placé .

    Cela ne se fait pas: donc je leur suggère d'aller faire une cabane dans le maquis , comme l'ont fait , des générations d'enfants avant eux.

    Avec ma meilleure amie d'enfance, nous lisions beaucoup de livres  illustrés (maintenant on dit" BD") ,qui traitaient d'indiens , de trappeurs et de cow-boys , dans les grandes plaines du far west et du Canada.Cela nous avait  donné l'idée  de construire un wigwam  .Nous n'avions pas de peaux de bisons hélas : c'est une denrée rare dans la maquis corse.

    Nous aurions pu les remplacer par des peaux de sanglier . Mais  , étant anti-chasse , déjà, nous avons opté pour des branchages  divers et variés.

     

    Nous avons d'abord, pris en catimini,  Nous avions bien étudié le problème!une hache dans ma cave , une scie ,  une pioche,de la ficelle,  un marteau et des clous.

    Nous nous sommes attaquées à la construction , sans hésitation ni crainte. Forcément, avec notre détermination , la cabane serait extraordinaire .

    Nous avons réussi à planter quatre piquets  ;nous avons ensuite attachés des bois en travers pour faire le toit . Nous avons déposé et attachés des  branches  par dessus . Nous avons essayé de faire les murs toujours avec des branches . Nous étions très fières de notre construction.

    Cela s'est passé sur une bonne semaine .

    Enfin, nous avons pu emménager dans notre cabane : nous l' avions auparavant , meublée sommairement en récupérant de vieux "meubles" par ci par là ...

    Nous étions les reines du monde, dans notre "chez nous : nous nous imaginions  , non pas dans le maquis , mais là-bas dans les vastes plaines du Tennessee... Il nous semblait même entendre les indiens  et les bisons  pousser des cris  autour de notre cabane .

    En vérité, ce n'était que des gens qui parlaient fort et des vaches qui appelaient leur petit. Mais qu'importe . Nous étions loin ....

    Hélas,  quelques jours plus tard, la jolie cabane, témoin de notre travail acharné  en plein mois d'août, s'est écroulée sur nos têtes , au cours d'un bel orage .

    Adieu, veaux , vaches, bisons et indiens !

    Mais nous avons recommencé l'année suivante ! Lorsque je vois aujourd'hui, le lieu où nous faisions notre cabane, je me dis que nous avions beaucoup d'énergie à dépenser  et beaucoup d'insouciance devant le danger !

    Te souvenir d'enfance est remonté à la surface , grâce à Lénaïg qui nous demande de parler d'évasion pour ce défi des "croqueurs  de mots.

     

     

     

     


    16 commentaires
  • Enriqueta nous demande de parler d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître .....

    .

    Défi N°129 : la plume "Sergent-major"


    La rentrée des classes ayant eu lieu  depuis quelques jours seulement , tout naturellement je vais vous parler du temps antédiluvien , où nous nous servions , de l'encre, des porte-plumes et surtout de la plume "Sergent-Major" .


    J'ai fréquenté pas mal l'armée mais je n'ai jamais connu de sergent-major: ce grade a été sûrement inventé  juste pour la plume ...
    Combien d'enfants a-t-elle torturé  cette plume? Combien ont eu des punitions à cause  d'elle ?
    Les statistiques ne le disent pas ,mais moi je fais partie de ceux-là !
    J'aimais bien la sortir du plumier  pourtant, mais , ensuite  ,c'était la guerre des tranchées.

    Je ne sais pas pourquoi, mais je n'ai jamais fait amie-amie  avec la plume "Sergent-Major"  !
    Il y avait une incompatibilité d'humeur : lorsque je voulais la faire aller dans un sens , elle allait dans l'autre et paf: une énorme tache d'encre  , que j'essayais d'effacer jusqu'à ce qu'il y ait un trou dans la feuille de papier " Le calligraphe " (Il paraît que c'était la meilleure qualité  , d'après ma mère).
    Et qui est- ce qui recevait des coups de baguette sur les doigts?  Bibi!
    Et je vous prie de croire que j'en ai reçu plus que ma part: c'était des sadiques les enseignants à l'époque !
    Et les traits : vous avez essayé de tirer un trait avec le porte-plume ? Lorsque j'enlevais la règle, on voyait des traînées d'encre tout le long du trait, et  de plus, le trait avait toujours un petit air penché  . J'ai rarement réussi à tirer un trait droit .


    Et qui recevait encore des coups de baguette ? Bibi !
    Sans compter les punitions : une page entière de traits à faire sans tache !
    Je ne me suis pas beaucoup améliorée depuis ce temps-là: heureusement que le stylo bille est venu me sauver ainsi que des générations d'enfants  avec moi !
    Et dire qu'il y a des masos qui font de la calligraphie pour le plaisir ...

    Défi N°129 : la plume "Sergent-major"

     


    14 commentaires
  • Enriqueta  est à la barre des "croqueurs de mots :

    Défi N°127 : Le placard aux livres

    On parle bibliothèque   pour ce défi avec une phrase imposée au début  ou à la fin du texte ou les deux

     

    "J'ai trouvé dans ma bibliothèque", un vieux livre , tout abîmé .
    Je l'ai ouvert, et là ,avec cette odeur de renfermé , ce sont les souvenirs d'enfance qui m'ont sauté au visage.
    Dans notre petite école du village, qui maintenant a fermé sa porte, faute d'enfants, il y avait un placard.
     Pour moi, c'était le placard aux merveilles : il  renfermait des objets  hétéroclites:  des godets , des encriers ,  un flacon plein d'encre violette  en poudre, oui, en poudre et d'autres petits objets  étranges.
    Et surtout, il y avait la bibliothèque , les livres que nous apportait le "bibliobus" , sorte de bibliothèque ambulante (il  existe encore d'ailleurs), qui passait régulièrement au village  .
    Lorsque le bibliobus arrivait , c'était la joie :  nous choisissions des livres ,  sous l'oeil vigilant de la "maîtresse" et nous portions nos trésors dan le fameux placard .


    C'est là que j'ai découvert Tintin ", Alexandre Dumas , (Je connais encore par coeur ,le nom de"s trois mousquetaires " ,George Sand, Alphonse Daudet ..Ah! "le petit chose " ! Et beaucoup d'autres écrivains qui ont marqué mon enfance .
    L'été , arrivait la nièce de la maîtresse. Par chance, c'était ma meilleure amie: elle aimait les livres autant que moi, sinon plus .
    Donc, elle prenait la clé de l'école et nous allions chercher des livres dans le fameux placard , en cachette de sa tante. Nous mettions nos têtes là-dedans et nous choisissions nos livres .
    Un jour nous sortons de là, avec nos trésors sous le bras : nous portons les livres chez moi, et nous allons jouer dehors  . Nous rencontrons la maîtresse qui se promène .


    -"Qu'est- ce que vous avez sur la tête ? "
    -"Heu! Rien ! "
    - "Vous êtes allées dans l'école ! "
    -"Non, non , pas du tout "
    -Et vous avez pris des livres dans le placard !"
    Abasourdies, nous nous demandons comment elle peut le savoir  !
    -" Vous avez de l'encre violette , sur vos cheveux toutes les deux! "
    La fameuse encore en poudre nous avait trahies  !
    Nous avons donc avoué  .Heureusement que , sachant combien nous aimions lire, la maîtresse , a été indulgente , et nous a  autorisées à continuer nos incursions dans le placard.
    "Ce n'était pas  ma bibliothèque ", mais elle m'a donné  tellement de bonheurs , que je ne peux l'oublier

    Défi N°127 : Le placard aux livres

     


    4 commentaires
  • Fadosi  est à la barre des "croqueursde mots "cette fois-ci ; elle nous demande de jouer aux chaises musicales .

     

     

    T-    Que vous arrive-t-il les  copines ? Vous êtes en grève ?

    C1 - Pas du tout  : moi, je suis en quarantaine  depuis hier matin !

    C2- Et moi, je  ne sais pas trop pourquoi je suis là : j'ai dû déplaire à quelqu'un !

    T-    Racontez-moi  : je suis curieuse de savoir !

     

    C1-  Eh! Bien . Moi, je me reposais tranquillement sous une étagère  , lorsque tout à coup, un grand bruit m'a fait grincer des barreaux  et sauter sur mes quatre pieds . Sans savoir ce qui m'arrivait, je me suis retrouvée enduite de confiture  ..(non, ce n'est pas un fantasme caché  ) : pêches, mirabelles, figues, arbouses et que sais-je encore !

     

    T-   Oh! Ma pauvre !

    C1-  J'ai entendu un grand cri  et là, cela a été ma fête  : on m'a saisie brutalement, on m'a secouée, on m'a frottée - j'en avais mon assise, presque pelée - on m'a arrosée  et on m'a déposée au fond du jardin en pestant , comme si j'étais responsable du désastre ! C'est une punition immérité: je vais d'ailleurs me plaindre au syndicat des chaises : ça ne va pas se passer comme cela  !

    T-   Quelle histoire  !

     

    T-  Et toi ? Pourquoi es-tu là ?

     

    T-  Et toi ? Pourquoi es-tu là ?

    C2- Je ne sais pas: je faisais une petite sieste bien méritée , après un remue-ménage dément  et hop, on m'a emmenée ici sans me demander mon avis  !J'aurais pu avoir un infarctus du dossier  : je suis fragile du piètement moi !

    Moi aussi je vais me plaindre au syndicat  !

    T- Allons, allons les copines, remettez-vous de vos émotions : je vous propose une partie de cartes pour oublier tous vos soucis. Si nous jouions au rami ?

    C1, C2: -Oh ! oui ! Oh ! Oui !  Un rami! Et au diable les humains !

     

    -

     


    7 commentaires
  • Aujourd'hui c'est Eglantine-Lilas  qui est à la barre de la "coquille de noix" pour le défi suivant  : Vous vous reposez sur un banc devant la Joconde et elle vous interpelle .......

    Que c'est grand le Louvre : je n'en ai pas fait le quart et je suis épuisée :  je m'arrête devant  la Joconde  pour souffler un peu .Qu'elle est petite ! Je m'attendais à un très grand tableau ...

     

     -"Bonjour, gente dame ."

    -" Quoi ? Qui est- ce qui parle ? " Il n'y a personne près de moi .

    -"C'est moi , devant  vous . "-

    "-La Joconde? Vous parlez "?

    -" Bien sûr  , lorsque cela est nécessaire. J'ai un problème  ; J'espère que vous allez m'aider "

    - " Heu..... Mais bien sûr , si je peux ".

    -"Approchez, là tout près : vous me voyez bien ? "

    -" Oui, je vous vois très bien , même si vous êtes toute petite . "

    -" Ne me parlez pas de ça !  C'est le drame de ma vie  ! J'avais bien dit à Léonardo de me peindre en pied :  il n'a rien voulu savoir !Il disait que je n'avais pas de jolis pieds! "

     -" Désolée "!

    -"Laissons cela  ! Je veux que vous me rendiez un service : vous voyez mon nez ? "

    -" Oui , je le vois "

    -"Mouchez-moi !"

    "-QUOI  ?"

    -"MOUCHEZ-MOI ! Depuis plus de 500 ans, j'ai envie d'éternuer à cause d'une poussière dans la narine droite ! Mouchez-moi par pitié ! Je n'en peux plus  ! "

    -Mais , je n'ai pas le droit de vous toucher, sinon l'alarme va se déclencher  et je vais avoir des ennuis! "

    -"Fichez le camp ! Vous êtes comme les autres  !  Personne ne veut me rendre ce service " !

     

    - "Bon, je vais essayer  , à mes risques et périls ...  Vous me faites de la peine .Attendez: je prends un kleenex et je saute la barrière ....

    DRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGG

     

    -" Mais je n'ai rien fait moi, je voulais juste moucher La Joconde ! "

    -"Allo ? Ce n'est pas la police qu'il faut appeler ; on va l'emmener dans un hôpital psychiatrique...

     

    Je ne suis pas sûre, mais j'ai eu  l'impression , que, pendant qu'on m'emmenait , que La Joconde avait un petit sourire mystérieux ......

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique