• Me voici de retour de mon périple alsacien: 5 journées sur les chapeaux de roues, bien remplies et très agréables.

    Inutile de vous dire que je suis sur les rotules .

    Pendant ce voyage , j'aurais pu devenir" accro" à la choucroute que nous avons mangée à Ribeauvillé  : mais non, je préfère mon sauté de veau à la mode corse. Ou bien de la fameuse "flammekueche" dont nous avons fait une orgie .

    J'aurais pu " tomber en amour "pour les orgueuilleuses cigognes  qui nous  regardaient de haut , perchées dans leur nid, au sommet des toits pentus.J'avoue que je n'en avais jamais vu  en  chair et en os .

    J'aurais pu  avoir envie de détruire ma  vieille maison  pour la reconstruire à la mode alsacienne avec toutes ces boiseries qui font leur beauté si particulière .

    J'aurais pu m'accrocher aux marches du clocher de la cathédrale de Strasbourg en déclarant mordicus, que c'est là que je voulais passer le reste de ma vie , parmi  les araignées, les belles pierres et la foule de touristes !

    Finalement, après avoir chanté deux chants , dont notre hymne régional , dans la même cathédrale, devant des centaines de touristes ébahis  (mais c'est quoi, ce drapeau  avec une tête noire ? C'est quel pays  africain ? ) , qui en redemandaient , j'ai renoncé à ce rêve fou et je suis rentrée bien sagement au pays .

    Je n'ai pas oublié , cependant , de faire un détour , avec toute ma chorale, dans une cave de bon vin (boire un petit cou c'est agréable ). J'ai acheté un vin au nom imprononçable, même lorsqu'on ne l'a pas encore bu : le" gewurztraminer"; j'espère ne pas devenir accro  , sinon le petit muscat corse va m'en vouloir !

    Bref, j'ai su résister aux chants alsaciens, aux 700 spectateurs qui nous ont acclamés à Elsensheim(je ne réponds pas de l'orthographe  ) , aux bretzels , aux strudels, aux kouglofs et autres  bonnes choses: je crois que nous avons tous grossi  en 5 jours .

     

    ,

    Bref , il n'y a qu'au chocolat que je ne résiste pas!

    Merci de vos visites  et bonne semaine à toutes et tous

    DimDamDom

    à la tête des "croqueurs de mots nous demande de parler de nos addictions à partir de cette image

     Défi N°144 :J'aurais pu ...

     

     

     


    25 commentaires
  • Je vous souhaite une bonne "merendella"

     

     

     

    Lénaïg , à la barre des "Croqueurs de mots ", nous demande de laisser libre cours à notre imagination  pour interpréter, l' une des 2 images qu'elle nous propose. J'ai choisi celle-ci:

     

    - Au secours !
    -Au secours  !
    -Il y a un écho ?
    -Mais non, minus, il n'y a pas d'écho! C'est nous qui appelons au secours !
    -Moi aussi, j'appelle au secours ! Vous m'imitez.


    -Non, nous avons besoin d'aide .Nous avons entendu des cris , un tremblement une grande secousse , et tout à coup nous nous sommes retrouvés dans une position inconfortable. Nous en sommes tout retournés.


    -Et moi donc ? Vous voyez ma position ?  J'étais tranquillement en train de grimper sur l'un d'entre vous  pour  essayer d'attraper un animal étrange . Moi aussi, j'ai entendu des cris, un tremblement .J'en suis tourneboulé .Et je crois bien que j'ai failli tomber sur la tête!
    Surtout ne bougez pas .


    - Tu ressembles à un singe qui a le vertige .Mais tu sais , d'où venaient ces cris qui ont changé notre vision du monde ?
    - Je crois bien avoir reconnu la voix de Lénaïg : elle criait après son hamster, qui avait grimpé dans un arbre et qui , apparemment refusait d'en descendre .Elle a tellement crié fort et secoué les arbres,que moi, j'en ai eu l'estomac tout retourné ! Et pas seulement l'estomac d'ailleurs !


    -Dis-donc , tu ne nous as pas dit que tu allais chercher un animal sur l'un de nous ?
    C'est donc toi, qui a fait peur au hamster, qui ne voulait plus descendre, espèce de traître !
    - Non, ce n'est pas de ma faute . Je n'y suis pour rien . Je ne savais pas que c'était le hamster de Lénaïg .Et puis, je vais vous aider , promis.
    - Allons donc .Maintenant, tu essaies de retourner ta veste ?


    19 commentaires
  • J'espère que vous êtes tombés en admiration devant cette pièce unique , digne d'un grand couturier  ?

    Vos yeux papillonnent, vos mains se tendent pour la toucher, vous avez des sueurs froides en sachant que vous ne l'aurez pas , même si vous  faites la queue pendant deux heures devant une boutique . De plus elle n'est pas en solde !

    Laissez toute espérance, ô vous qui entrez sur ce blog !

    D'ailleurs, je devrais dire: "il" car , je précise, pour celles et ceux qui n'auraient pas bien regardé:

    C'est un gilet !

    Parfaitement , un gilet sans manches (le printemps arrive , alors pas besoin de manches  ).

    En quelle matière ? Mais en serpillières, tissu très doux, écologique et passe-partout .

    J'avoue, nous nous sommes inspires , ma fille et moi, du gilet de Thérèse vous savez , dans le "père Noël est une ordure "

    Mais celui-ci est bien plus beau :

    Admirez sa coupe asymétrique, sa poche avec la pochette à pois .Ainsi le destinataire  de ce superbe gilet,sera très chic.

    Oui, nous le destinons à mon fils aîné dont l'anniversaire approche.

    Je suis persuadée qu'il en deviendra muet d'admiration  lorsqu'il ouvrira le colis !

    J'ai appris que le couturier Jean-Paul Gaultier va abandonner le prêt-à porter  : il y a un créneau à prendre, vous ne croyez pas ?

     

     

     

     

     


    31 commentaires
  • Coma éthylique !

    Je vais vous raconter la triste fin d'un géranium qui n'avait rien demandé à personne .
    Il fleurissait   sous le  chaud doux soleil d'un automne corse,   ne craignant plus les coups de chaleur de l'été .
    Il grandissait joyeusement,   agitant ses feuilles bien vertes ,pour saluer ceux qui l'admiraient . (C'est reconnaissant un géranium , même si on oublie de l'arroser ; je parle en connaissance de cause )
    Le 11 novembre , il se dressait  fièrement, sur sa tige, bien décidé à fêter dignement les 100 ans de  la Grande Guerre.


    Tout à coup , c'est le drame  :il sent un liquide clair qui lui tombe sur la tête . Il croit d'abord que c'est sa propriétaire qui a pensé à lui,  malgré le repas arrosé qui se tient  tout près de là et auquel elle participe.
    Il se dit:
    -" Chic, j'avais soif, elle  me désaltère !"
    Puis aussitôt après :
    -"Elle a un goût étrange, cette eau ... Hic.. très étrange , mais pas mauvais , hic , très très étrange . Je dirai même plus:  étrange est le goût de... hic...cette eau ... "
    Effectivement, comme vous l'avez compris (du moins je je suppose, sinon allez boire un petit verre  d'eau de vie et vous comprendrez aussitôt ). Ce n'était pas de l'eau  mais de l'eau de vie , que le géranium avait reçu sur la tête.


    J'explique: à la fin du repas arrosé, il restait quelques bouteilles d'eau  à moitié vides. La propriétaire du géranium a voulu vider les bouteilles   avant de les mettre à la poubelle.
     Il restait une bouteille en verre que le maire avait apportée : eau de Zilia"(c'est une source qui vend des bouteilles d'eau minérale) .


    Donc elle a décidé de ne pas gaspiller de la si bonne eau et hop , sur le géranium!
    Le maire  cherchait sa bouteille en traitant les hommes d'ivrognes . Pour une fois (...), ils étaient innocents : c'est le géranium qui avait tout bu  .


    Et il a fait un coma éthylique ! Paix à son âme !
    L'abus d'alcool ne pardonne pas  !

     


    25 commentaires
  •  

    La cabane dans le far west

    Lorsque je vois des enfants dire : "je m'ennuie", l'été  quand ils sont privés de jeux électroniques , j'ai envie de leur donner un coup de pied , bien placé .

    Cela ne se fait pas: donc je leur suggère d'aller faire une cabane dans le maquis , comme l'ont fait , des générations d'enfants avant eux.

    Avec ma meilleure amie d'enfance, nous lisions beaucoup de livres  illustrés (maintenant on dit" BD") ,qui traitaient d'indiens , de trappeurs et de cow-boys , dans les grandes plaines du far west et du Canada.Cela nous avait  donné l'idée  de construire un wigwam  .Nous n'avions pas de peaux de bisons hélas : c'est une denrée rare dans la maquis corse.

    Nous aurions pu les remplacer par des peaux de sanglier . Mais  , étant anti-chasse , déjà, nous avons opté pour des branchages  divers et variés.

     

    Nous avons d'abord, pris en catimini,  Nous avions bien étudié le problème!une hache dans ma cave , une scie ,  une pioche,de la ficelle,  un marteau et des clous.

    Nous nous sommes attaquées à la construction , sans hésitation ni crainte. Forcément, avec notre détermination , la cabane serait extraordinaire .

    Nous avons réussi à planter quatre piquets  ;nous avons ensuite attachés des bois en travers pour faire le toit . Nous avons déposé et attachés des  branches  par dessus . Nous avons essayé de faire les murs toujours avec des branches . Nous étions très fières de notre construction.

    Cela s'est passé sur une bonne semaine .

    Enfin, nous avons pu emménager dans notre cabane : nous l' avions auparavant , meublée sommairement en récupérant de vieux "meubles" par ci par là ...

    Nous étions les reines du monde, dans notre "chez nous : nous nous imaginions  , non pas dans le maquis , mais là-bas dans les vastes plaines du Tennessee... Il nous semblait même entendre les indiens  et les bisons  pousser des cris  autour de notre cabane .

    En vérité, ce n'était que des gens qui parlaient fort et des vaches qui appelaient leur petit. Mais qu'importe . Nous étions loin ....

    Hélas,  quelques jours plus tard, la jolie cabane, témoin de notre travail acharné  en plein mois d'août, s'est écroulée sur nos têtes , au cours d'un bel orage .

    Adieu, veaux , vaches, bisons et indiens !

    Mais nous avons recommencé l'année suivante ! Lorsque je vois aujourd'hui, le lieu où nous faisions notre cabane, je me dis que nous avions beaucoup d'énergie à dépenser  et beaucoup d'insouciance devant le danger !

    Te souvenir d'enfance est remonté à la surface , grâce à Lénaïg qui nous demande de parler d'évasion pour ce défi des "croqueurs  de mots.

     

     

     

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique