•    Jeanne du blog "fadosi" est à la barre des croqueurs de mots pour cette quinzaine.Elle nous propose :

      "Racontez ou inventez les temps forts d'une heure de votre vie en un minimum de mots. (Idéalement au plus l'équivalent d'une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères).

    18 h , un vendredi soir ,comme les autres , non pas tout à fait. Nous allons chanter devant plus de 800 personnes . Le chef a dit :

    -"Tout le monde doit être là à 18 h."

    Malgré tout, je vois arriver en courant  trois choristes retardataires  dont l'une manque se tordre une cheville  ,perchée sur des talons vertigineux.

     Cela me rappelle que j'ai oublié d'enlever mes baskets .Je repars en courant jusqu'à la voiture .Je repars en bas  pour faire plus vite, sous le regard étonné de deux légionnaires , et je me chausse au pied de la scène .

    La mer est derrière nous, il fait frisquet.

    L'un des choristes , s'approche du chef et lui dit:

    -" J'ai le vertige , je ne peux pas monter sur les marches ." (Les hommes sont derrière les femmes , sur des  petits escaliers )

    Le chef , lui lance un regard noir , et lui dit de rester près des femmes.

     18h 30 :Tout le monde est en place, on échauffe nos voix,les techniciens  font les ajustements  avec le son.Ils nous font recommencer sans cesse.

    On entend de temps en temps:

    -" Tu n'as pas un gilet noir (nous sommes habillés en noir)  à me prêter ? " Certaines sont venues en tenues légères .non voyons pas trop légères, tout de même !

    Le stress monte , le chef transpire malgré la petite brise fraîche  .

    La musique de la Légion arrive  au pas .On admire les jolies tenues, les beaux garçons, instruments. 

    On recommence les essais avec eux pour une chanson finale commune .

     

    Les gens arrivent  de plus en plus nombreux.Il y en a partout: sur les chaises (normal ) debout, sur les rochers (nous sommes sous la citadelle de Calvi ) ,sur les figuiers de Barbarie ( ils ont la peu dure ceux-là ),  sur des pierres  , sur l'eau (non, ceux-là ,ce sont ceux qui surveillent  ), des galonnés , des officiels,  plus ou moins importants , les habitants de la cité et d'ailleurs, des touristes ...

    19h : c'est le moment . Le concert commence . On oublie tout et on donne le meilleur de nous-mêmes. Notre récompense:

    Les applaudissements  bien nourris et plusieurs personnes nous ont dit qu'ils avaient eu les larmes aux yeux  pendant certains chants.

    C'était le 50 ème anniversaire de l'arrivée du 2ème REP (régiment étranger parachutiste) à Calvi

     

     

     

     

    -"

     


    28 commentaires
  • Ce matin internet rame autant que moi ...

    Jill Bill ,à la barre  des "croqueurs de mots" pour cette quinzaine, nous propose le défi suivant:

    " Se tuer à la tâche »
    D'après une illustration avec une phrase en imposé.


    Ah! Si j'avais su qu'un jour je travaillerai , comme un noir , esclave pour gagner des clopinettes,

    francs CFA, qui ne valent pas une roupie de sansonnet  , j'aurais travaillé à l'école !

    J'aurais écouté le maître, au lieu de  regarder par la fenêtre ,les feuilles des cocotiers se balancer dans la brise ...

    Mais trêve de regrets : là ,il s'agit d'aller vendre mes briques ,sans en casser une . Ce n'est pas facile  de mettre  66 briques  sur un cadre de vélo.

    Je ne vois que d'un oeil  .Donc je dois être doublement attentif .Une auto qui me coupe la route, un pousse-pousse, qui va trop vite, un zébu qui ne veut plus avancer et patatras, tout tombe par terre .

    Rien que d'y penser , j'ai la rate qui se dilate, le coeur qui bat du tam-tam, les jambes qui jouent du kahiamba .

    Mais pourquoi ai-je des pensées si sombres ?  Je sais: c'est à cause de la belle Mariama qui me snobe , avec ses grands airs ,alors que je meurs d'amour pour ses beaux seins, yeux.

    Ah ! si seulement je m'étais "engagé dans la marine ,le jour où mon père a dit qu'on était sur terre pour travailler dur" (Pierre Doris)

    Mariama  serait amoureuse de mon uniforme moi !

    Les anciens m'avaient bien dit qu'on doit toujours écouter son père.

     

     

     


    29 commentaires
  • Bon, je mets ma flemme dans ma poche   pour l'instant.

    Domi, le commandant de quart  "des croqueurs de mots" nous demande pour ce premier défi :

    "et si Jésus naissait à notre époque ? "Moi, je l'ai fait revenir ... c'est aussi une seconde naissance après tout

    D'après moi, il repartirait en courant , mais bon ...Allons-y.

    Défi N°? / Si Jésus reenait sur terre...

    _"Oh! Mon Dieu! Oh ! Mon Dieu !

    - Quoi,? Qui est- ce qui m'appelle  , d'en bas ? C'est devenu tellement rare que je vais croire aux miracles moi aussi ! Ah ! C'est mon fils . Que se passe-t-il fiston ? Ce sont encore les romains  qui  te courent après ?Des touristes peut-être ? Ne t'affole pas , voyons.

    -Non, mon père. Ce ne sont pas les romains  : d'ailleurs  , s'ils m'ennuient, je les attend de pied ferme. J'en ai assez de tendre l'autre joue. Elle est toute bleue , à fore de prendre des coups.

     Ce qui me chagrine et m'effraie  c'est le monde que je retrouve après deux mille ans .

    Rien n'a changé ; c'est pire encore : la violence, encore la violence .Mes églises vides  et comme la nature a horreur du vide ... Mais je connais les responsables ; D'ailleurs ,ils gèlent en enfer , oui,ils gèlent ...

    -Comment ça ,ils gèlent ?Je croyais qu'ils brûlaient ?

    -Pas du tout: tous ceux qui n'aiment personne ,  qui sont cruels,qui ont le coeur froid  ne peuvent que refroidir les flammes de l'enfer.Donc, comme ça se bouscule  en bas, ils gèlent .

    - Ce n'est pas bête ; tu as raison mon fils.

    - Papa,  c'est la folie ici-bas.  J'ai croisé un satellite en perdition . Il y a des ordures dans le ciel papa .Tu te rends compte , de ce qu'ils font de la planète Terre ?

    J'ai failli me faire écraser plusieurs fois ,par des bolides qui avancent cent fois plus vite qu'un  âne  palestinien .J'ai failli être désintégré par des missiles nord-coréens. Les jeunes ne croient plus en rien,ils sont désespérés, ils n'ont plus de repères.

    Ma parole a été détournée par de faux serviteurs de la foi , qui s'en sont mis plein les poches et ont raconté des balivernes (ils continuent d'ailleurs) aux gens. C'est le chaos  total :mais quelle mauvaise idée de donner le libre -arbitre aux humains .Regarde ce qu'ils en ont fait !

    - Eh ! Arrête : tu es en train de me critiquer Si tu continues, je te laisse sur terre .

    -Non papa. Pardonne-moi mes péchés . Je reviens chez nous  en moto :j'ai trouvé une Harley Davidson  ... Je ne te dis que ça !

    -Diable ! Oh ! Pardon !

     

    Défi N°? / Si Jésus reenait sur terre...

     

     

     


    25 commentaires
  • Pour ce dernier défi  de la saison , c'est Quichottine

    Qui a pris la barre du bateau des "croqueurs de mots"

    Un immigré clandestin ?

    Le sujet de cette quinzaine pourrait être "fiction ou réalité ?"

    « La vie c’est comme une pièce de théâtre … »

    Parce que ….

    “Il y a dans les planches une beauté qui permet à tous,

    initiés ou non, d’entrer en contact avec différents univers.

    Avec un mot à caser : "voyage."

     

    Ne me demandez pas d'où je viens  : j'ai une petite idée mais je ne voudrais pas être dénoncé , comme un immigré clandestin .

    Je crois que je suis le descendant d'un ancêtre , né dans une "cantine "(malle en fer) , au fond d'une cale, dans  un navire qui voguait sur l'océan Indien ,il y a quelques années .  C'était la curiosité qui l'avait poussé à rentrer dans cette cantine. Après ce long voyage , il est arrivé en terre inconnue , dans un pays un peu moins chaud que le sien.

    Donc, par le droit du sol, je suis français , ou du moins, corse , puisque c'est là que je vis , à l'insu de mon plein gré. D'ailleurs quand je chante, il paraît que j'ai l'accent corse.... C'est vous dire si je suis bien intégré!

    Pourtant, en me voyant, monter et descendre, dans ce conduit , on pourrait croire que je me cache : pas du tout :  c'est la curiosité qui m'a entraîné  dans ce tunnel tout noir qui sent la suie . Mon bel habit, vert -jaune est d'ailleurs un peu sale .Le problème, c'est que je n'arrive plus à voir le bout de ce tunnel:je monte et je descends  sans arrêt  , sans trouver le moindre petit morceau de mouche ou de vermisseau, et encore moins de moustique , à me mettre sous la dent.

    Mais ce matin, ô miracle, quelqu'un a ouvert la porte de l'insert : c'est étrange, avec la température caniculaire (j'adore) , pourquoi cette porte a-t-elle été ouverte ?

    Toujours est-il que je me suis précipité  par l'ouverture et que j'ai déguerpi sans demander mon reste . Le cri d'effroi de la personne qui a ouvert, ne m'a pas effrayé moi !

    Vive la liberté .Les moustiques n'ont qu'à bien se tenir ! Le margouillat*  réunionnais est là  !

     

    PS:Le margouillat ou gecko :lézard de la famille des Gekkonidaes appelé communément à La Réunion Margouillat est présent dans de nombreuses cases réunionnaises, il se nourrit d'insectes.

    Un immigré clandestin ?

     

     

     

     

     

     


    19 commentaires
  • Pour ce défi 188 Durgalola et Jeanne Fadosi nous proposent de  rendre hommage à Henri en partant  d’un de ses textes ou simplement d'en créer un personnel sur l’amitié en alexandrins (chacun faisant ce qui lui est possible, pas d’obligation de rimes riches, juste comme on le sent) Pour les jeudi poésie, c'est selon votre inspiration , en alexandrins ou en prose

    Il aimait versifier ,tout en alexandrins,

    Dès qu'il se réveillait, du soir jusqu'au matin.

    Je voudrais l'imiter ,mais je suis trop brouillon

    Il me pardonnera, n'étant pas tatillon.

     

    Pour les croqueurs de mots , était ami fidèle,

    Il mériterait bien , qu'on lui monte une stèle ,

    Faite d'amitié et puis, de vers , aussi de prose

    Sans notre ami Henri, nous nous sentons tout chose ....

     

     

     

     

     

     


    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique