• Lilou soleil

    à la barre des "croqueurs de mots, " nous demande de nous inspirer du montage photos suivant,pour écrire  .(J'ai fait un peu long ... et encore ,  j'ai essayé de raccourcir !)

     

     

    Voilà  un moment que je ne vous ai pas parlé de mamie Davia .

    Un champs de coquelicots , tendait les bras à  Mamie Davia  qui  tout à coup se croyait au printemps ,malgré les couleurs d'automne des feuilles de son chapeau.( Etant bio, jusqu'au bout  du chapeau, elle met de vraies feuilles ,pas de vulgaires feuilles en plastique.)


    Voilà une heure qu'elle attendait   une hypothétique voiture , sur le bord du champ , quand tout à coup, elle aperçut une auto jaune  qui arrivait vers elle en brinquebalant  d'un fossé à l'autre .
    C'était Ange,le facteur qui finissait sa tournée  en chantant à tue-tête ...Elle le devinait à l'allure de l'auto. C'est qu'il avait 5 villages   à desservir  et ...un petit pastis par là,un petit Cap Corse, par ci, un muscat pétillant  chez le maire....Forcément,il donnait de sa personne .On n'en fait plus des facteurs pareils !
    Elle l'arrêta  autoritairement , prête à risquer sa vie pour entendre sa voix de velours .
    - Allez Ange, emmène-moi à  Ponte-Leccia , je vais voir quelqu'un.
    -Comment mamie, vous trahissez votre homme ?
    -Chut! Tu ne m'as pas vue  !
    - Cela va être difficile: je vous vois en double !


    Mais sans plus chercher à comprendre, Ange, l'emmena  , au milieu des colis et des lettres, jusqu'à destination .Il la laissa ,non pas à la pote, mais  dans un bouquet de fleurs roses comme sa robe à elle .Elle se piqua un peu le bout du nez  mais pressée par son rendez-vous, elle oublia ce petit inconvénient.
    Mamie Davia  entra d'un pas ferme à l'hôtel ,  grimpa les escaliers , s'étala sur la dernière marche et pénétra avec fracas dans la chambre, la tête en avant  .Hélas! L'oiseau avait déserté le nid , non sans avoir laissé quelques roses  sur les draps.


    - Ô pauvre de moi ! J'arrive trop tard ! Sans se décourager, elle repartit à pied, longea l'étang de Diana  dans lequel un canard, flottait en la regardant d'un air moqueur .oui, oui, je vous assure  que c'est vrai.
    Mamie Davia s'arrêta un instant pour souffler :
    "Tu sais le canard, je voulais lui tricoter un pull multicolore pour l'hiver;il aurait ressemblé à un  cacatoès; il m'avait promis de m'emmener voir la Turquie et ses monuments ;il m'avait promis aussi une soirée romantique sur les bords  du beau Danube gris .Tu vois, même cette petite fille se moque de moi et de mes rêves .


    Nous devions aller voir les ruines d'un château écossais avant que nous ne tombions en ruine nous aussi; il voulait me faire découvrir les écureuils roux et bleus (ça c'est sûrement Brigitte qui lui a mis cette idée dans la tête). Il m'avait dit qu'il savait jouer du violon, sur mon dos (là je ne l'ai pas cru , pas folle la guêpe!)


    Enfin , nous devions faire le tour du monde, voir les écussons de sa famille sur le mur  d'un vieux chalet ...
    Mais maintenant, je sais  qu'il m'a trahie .Il a filé avec sa maîtresse et moi, je porte des cornes aussi grandes que celles d'un taureau  andalous! Caramba.Cela ne va pas se passer ainsi ! Vendetta !


    26 commentaires
  • Martine (quai des rimes ) à la barre des "croqueurs de mots, nous propose  d'écrire à la manière de Prévert: "pour faire le portrait d'un oiseau"

    Ecrire une recette à la Prévert en prose ou en vers

    Exemples : pour maigrir, pour être heureux, pour trouver le grand amour (et le garder).....

    Faites nous rire donc vos recettes peuvent être délirantes, tout est permis

    Défi N°170 : A la manière de Prévert

    Pour fabriquer un sac :


    Prendre un bout de tissu
    De préférence  un joli tissu
    Un beau tissu ,même
    Qui est assez épais pour faire le sac.
    Prendre ensuite une machine
    Une machine à coudre
    Dans une pièce éclairée
    On coupe le tissu
    Et on attend:
    L'inspiration va-telle arriver ?
    La machine va-t-elle coudre toute seule ?
    On peut attendre longtemps !
    L'inspiration viendra peut-être
    Tôt ou tard .
    Mais la machine, rien à faire .
    On peut attendre des années:
    Elle en coudra pas toute seule .
    Quand l'inspiration viendra
    Tôt ou tard .
    Il ne faut pas perdre de temps:
    Il faut coudre et coudre encore ,
     Sans rouspéter, sans s'énerver (Dur, dur)
    Ne pas perdre son sang-froid ,
    Si on ne trouve plus
    La lanière, les épingles, la doublure
    Les ciseaux , les boutons .
    Si une poche est de travers,
    Si  on a  mis le tissu à l'envers,
    Si on a oublié la fermeture du sac,
    Si le fil de la machine casse (je vais l'envoyer par la fenêtre  )
    C'est mauvais signe .
    Cela signifie qu'on va piquer une crise
    Et gare à la machine et au sac.
    Mais si le sac est guilleret,
     Si on est satisfait,
     Si on chantonne  le travail fait,
    C'est  que tout le reste est oublié
    Et le sac, on peut le montrer.

     


    32 commentaires
  • Dim Dam Dom à la tête des "croqueurs de mots "nous propose:

    Pour ce défi 169 , j’ai choisi dans les oeuvres de Bernard

    trois sculptures sur acier,  je vous demande d’en sublimer une ou plusieurs

    en utilisant vos plus beaux mots

    Défi N°169 : Circulez  !



    Bon, ça y est? Vous m'avez bien admirée ?
    Vous vous êtes pâmés devant ma pose gracieuse ? Vous avez vu ce geste des bras  ? Tout est dans la courbure  des coudes  et l'écartement des doigts. Oui, oui, c'est cela qui fait mon équilibre. Vous en bavez de jalousie, n'est- ce pas ? Allons avouez ! J'en ai surpris quelques-unes à essayer de prendre ma pose .Il y en a une qui s'est aplatie comme une crêpe, d'ailleurs ...Qui ? Je ne donnerai pas de nom: Euh .. Peut-être Jill ? Zaza ?  Non, je ne dirai rien.


    Bon, alors ? Et mes jambes ? Vous avez  étudié l'équilibre ? Dépêchez-vous , car je ne tiendrai pas toute la journée .Mon pied ? Quoi ,mon pied ? C'est un chien qui l'a rongé , ce n'est pas de ma faute !
    Quoi encore  ? Qui  a dit que j'ai envie de faire pipi? Oh! Quel manque de respect ! Vous n'avez pas honte ? Si je serre les fesses, c'est pour l'équilibre . Je ne tombe pas comme vous, moi!


    Ma tête ? Ben, je l'ai perdue... Je la perds toujours , c'est comme ça ... Mais je vous ai à l'oeil !
     Allez circulez ,  du vent ... Je vais danser un peu pour oublier vos regards étranges .


    26 commentaires
  • Avec du retard  (débordée ) voici ma participation au défi N°168  qui est proposé par   l'équipage  Marie et François

    Ils nous proposent le sujet suivant :

    "Les petits gamins font moult découvertes en jouant autour de la maison, voici trois situations illustrées peu banales qu'il va falloir expliquer !

    - saisissez- vous d'une illustration ou des trois 

    - racontez- nous comment les p'tiots gamins en sont arrivés là ! ( la fantaisie est la bienvenue...)"

    Donc , j'ai choisi cette image :

    Défi 168 : sauve qui peut

     

    Donc voici l'histoire (tirée d'un( mé) fait réel  commis par  2 de mes enfants dans leur jeunesse folle ,leurs cousins et copines )

    -" Oh! Les copines ! Vous venez avec moi ? Je vais vous emmener au poulailler de ma grand-mère , pendant qu'elle fait la sieste.
    -Ah! Oui, allons-y !
    -Nous aussi, on veut venir ! Chantal , emmène-nous avec toi .
    -D'accord,les garçons mais  vous vous tenez tranquilles  !
    - Promis !


    Et voilà la bande de garnements  , qui se dirige vers le poulailler .
    Pendant ce temps, les poules  sur leur perchoir, font une petite sieste bien méritée , comme leur propriétaire .


    Tout à coup elles sont dérangées par cette troupe  agitée et pleine de mauvaises intentions .


    -Cot,cot cot ? Que se passe-t-il ? demandent-elles à leur cheftaine (il n'y a pas de coq : l'histoire dit qu'il est parti un beau jour avec  sa valise et sa dignité  pour cause de cocufiage).
    -Sauve qui peut ! répond celle-ci  en donnant l'exemple !


    "Hélas ! Trop tard ! Les enfants leur sautent dessus .


    -On va les attacher décident  Chantal et Juliette" .  Ainsi nous pourrons prendre les oeufs" .
    Aussitôt dit, aussitôt fait.Mais les poules bien décidées à résister , courent dans tous les sens et grimpent sur une branche de l'arbre tout près.


    Les enfants  accompagné d'un chien tout fou (cela n'était pas prévu), font la razzia sur les oeufs .Ils font un massacre en se chamaillant pour les récupérer.Lee chien aboie après les poules  qui grimpent encore plus haut.


    La troupe décide dans son élan, d'aller jeter un oeil dans le poulailler de la voisine . Même combat, même bilan: des oeufs cassés et les poules qui sont allées rejoindre leurs soeurs  victimes, sur la branche.
    Mais ,les enfants  commencent à s'inquiéter tout à coup . Voyant que les poules ne veulent plus descendre de leur perchoir improvisé  pour cause d'aboiements coléreux,,ils ne savent plus comment les faire rentrer au bercail.


    Ils décident de repartir   , ni vu , ni connu:ils ont oublié qu'ils ont des traces d'oeufs sur  leurs vêtements et quelques plumes dans les cheveux...


    Inutile de vous décrire  la tête de la grand-mère et de la voisine  lorsqu'elles sont allées voir leurs poules deux heures après: celles-ci étaient toujours sur leur perchoir improvisé et étaient bien décidées à ne pas en descendre avant d'avoir eu des excuses  !
    Il a fallu aller chercher des gens habiles pour les sortir de là .


    Quant aux enfants , les explications ont été orageuses  et les punitions  conséquentes: plus d'omelette pendant un mois!

     


    28 commentaires
  • Dim Dam Dom

    à la barre des "croqueurs de mots" nous demande de parodier, une chanson, un poème , un texte ...

    Donc j'ai choisi une vieille chanson de mon adolescence: Patricia Carli :"Demain tu te maries".J'ai un peu raccourci  .

     

    Arrête , halte-là , ne la touche pas
    Sinon, tu auras affaire à moi.
    Je ne vais plus accepter
    Avec toi la partager
    D'ailleurs , ce soir, je suis de sortie.
    Elle brille partout, elle est jolie,
    Elle a tout ce je j'espérais,
     Son seul défaut , c'est de  freiner.
    Arrête, holà, ne la touche pas !
    Sinon, tu auras affaire à moi!
    Dès que tu essaies de la toucher
    Elle se détraque,, ne veut plus freiner.
    Tu peux  prendre ton  air aguicheur ,
    A ta place, je prendrai un triporteur.
    Ne te fais donc pas d'illusions
    Je campe sur mes positions !

    Défi N°167 : arrête, halte-là !



    Je sais , je sais, tu l'aimes très fort,
    Mais tu l'as envoyée dans le décor...
    Donc,il faut la quitter sans remords,
    Je suis le maître de son sort.
    Ce soir,  c'est la dernière fois
    Que tu la regardes, que tu la vois.
    Puisque , puisque  tu es un vrai chauffard
    A partir de ce soir, mon vieux tu iras en tortillard ...

    Oui, oui,

     

    Paroles de la chanson:

    Arrête, arrête ne me touche pas
    Je t'en supplie aies pitié de moi
    Je ne peux plus supporter
    Avec une autre te partager
    D'ailleurs demain tu te maries
    Elle a de l'argent, elle est jolie
    Elle a toutes les qualités
    Mon grand défaut c'est de t'aimer
    Arrête, arrête ne me touche pas
    Je t'en supplie aies pitié de moi
    Dès que tes mains se posent sur moi
    Je suis prête à subir ta loi
    Mais tu as préféré les grands honneurs
    A la place de notre bonheur
    Et, et pour garder tes ambitions
    Tu as détruit mes illusions

    Je sais, je sais tu m'aimes encore
    L'orgueil pour toi est le plus fort
    Il a vécu le grand amour
    Pour garantir tes vieux jours
    Il faut, il faut nous quitter sans remords
    Tu es le maître de ton sort
    Laisse-moi, laisse moi te féliciter
    Demain, tu vas te marier

    Chez elle tu auras le confort
    Chez moi tu jouais avec mon corps
    Chez elle tu vas te distinguer
    Chez moi tu venais te griser
    Ce soir, ce soir c'est la dernière fois
    Que je te parle, que je te vois
    Puisque, puisque c'est elle qui aura ton nom
    Ce soir, ce soir moi je te dis non
    Non ! Non !

     


    27 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique