• Bonne fête à toutes les mamans .avec une jolie chanson de Calogero :le portrait


    18 commentaires
  •  

    Le 27 au matin, j'ai eu la surprise de trouver tous ces gâteaux sur mon ordinateur, aimablement offerts par Google :

    il me souhaitait mon anniversaire ...avec un mois d'avance  !

    Cela me console: même Google peut se tromper  !

    Ou peut-être , a -t- fait cela  pour me narguer ,  en cette période où tous les magazines  nous vantent les mérites de produits amaigrissants ?

    Il faut obligatoirement maigrir mesdames  !

    Il est absolument interdit d'aller à la plage avec des bourrelets  disgracieux : le regard des autres  (il n'ont rien d'autre à faire ? ) est  sans pitié !

    Enroulez-vous dans votre paréo, pour qu'on vous prenne pour une vahiné , cachez-vous sous votre chapeau à la Gréta Garbo, promenez-vous avec votre parasol : rien n'y fera !

    On les verra vos bourrelets .

    Moi, qui n'ai jamais fait aucun régime, ils ne m'auront pas cette année non plus .Je ne me laisserai pas tenter par ces charlatans qui veulent absolument nous transformer en squelettes ambulants .J'en ai vu une ,l'autre jour à la plage : j'ai failli lui demander si elle voulait que je lui donne deux ou trois kilos (je ne peux pas lui en donner trop tout de même ) pour la transformer en une jolie femme .

    D'ailleurs les hommes n'aiment pas les maigres n'est- ce pas ? Cela devrait suffire à rassurer les adeptes des régimes minceurs.

     

    Alors,  anniversaire ou pas , régime ou pas, les gâteaux de Google, je vais les manger sans remords  !

    Je vous tourne le dos; je sais ce n'est pas bien élevé ,mais bon c'est la danse !

     

     

     

     


    21 commentaires
  •  

    N'oublions pas la minute de recueillement à midi et une bougie ce soir  sur la fenêtre  pour eux , pour lutter contre l'obscurantisme , pour la liberté d'expression .

    Et n'oublions pas les deux policiers morts en service


    15 commentaires
  •  Un jeune homme est parti faire la guerre et n'est jamais revenu :il ne reste que son portrait sur le mur

     

     Paroles corses et traduction

    O cusi bellu ghjuvanottu, ch'hè partutu à u fiore di l’età

    Hè partutu eramu in diciottu, cun prumessa di riturnà

    Aghju ind’è l’arechja a scarpata, di u suldatu chì si ne và

    U vecu fallà per a chjappata, dicendu « o Marì ùn ti ne fà ! »

     

    U ritrattu nantu a muraglia, hè una vera calamità

    Stringhje u core cum’è a tenaglia, di quella ch’ùn si pò scurdà

    Cusì dice a vechja Maria, quand’ella si mette à pensà

    A u sullatu d’infanteria, inquadratu tant’anni fà

     

    Eo mi ricordu una sera, m’hà dettu pigliendu u caffè

    Un vole finisce sta guerra, prestu credu tuccarà à mè

    E allora m’hà fattu sposa, pocu tempu vogliu vene à dì

    U tempu di lascià una cosa, chì dica ch’ellu hè statu quì

     

    Hè ingrandatu a nostra figliola, senza cunnosce u so Babbà

    Di u ritrattu nantu a cumoda, ùn si ne pò arricurdà

    Se tu voli un santu destinu, per i to figlioli o Ghjesù

    A tenuta di u pannu turchinu, fà ch’ell’ùn si veg

    a mai più

     

    E dipoi a vechja Maria, u mandile ùn lu si caccia più

    Se i zitelli à chjamanu zia, dannu un fiore di ghjuventù

     

     

     

     

    Qu'il était beau le jeune homme  qui a disparu à la fleur de l'âge

    Il est parti , nous étions en 18 avec la promesse de revenir

    J'ai dans l'oreille le pas du soldat qui s'en va

    Je le vois descendre par la ruelle  disant ": ô Marie ne t'en fais pas "

    Refrain

    Le portrait sur le mur, est une vraie "calamité"

    Il serre le coeur  comme une tenaille

    De celle  qu'on ne peut oublier .

    Ainsi parle la vieille Marie  quand elle se met à penser

    Au soldat d'infanterie  encadré, il y a tant d'années.

     

    Je me souviens un soir il m'a dit  en prenant le café

    Cette guerre ne veut pas finir

    bientôt, je crois que ce sera mon tour

    Et alors, il m'a épousé  très vite je veux dire

    Le temps de laisser quelque chose

    Qui dit qu'il a été ici

    Refrain

     

    Notre fille a grandi  sans connaître son papa

    Du portrait sur la commode,  elle ne peut s'en rappeler.

    Si tu veux un saint destin  pour tes enfants ô Jésus

    Le tenue de tissu bleu ,fais qu'on ne la voie jamais plus

     

    Et depuis, la vieille Marie

    N'enlève plus son foulard

    Si les enfants l'appellent "tante"*

    Ils lui donnent  comme une fleur de jeunesse

     

    On appelle "tante" et" oncle", toutes les personnes âgées, dans les villages .

     

     


    10 commentaires
  • LUCIE1.jpg

     

    Les yeux de Lucie  , 9 mois : aujourd'hui , c'est la sainte Lucie, la fête de la lumière .


     

    P1080183.JPG

     

    Les pieds de Lucie ; c'est la fête de ma petite chérie , la dernière-née  du clan  familial.

     

    Il n'y a pas si longtemps, la sainte Lucie, marquait le début de la saison de l'abattage des porcs ,  dans les villages corses, afin d'en faire de la bonne charcuterie .

     

    CARTE.jpg

     

    Ceci n'est pas Lucie en entier , non; J'espère bien qu'elle se sera jamais aussi ronde que ce charmant bonhomme de neige  ! C'est une jolie carte de Khanel3  qui s'y prend à l'avance (et elle a bien raison )  pour souhaiter la bonne année .

     

     

    PAPILLO.jpg

     

    Et comme un bonheur ne vient jamais seul, j'ai reçu et lu  le livre de Quichottine ,illustré par Davy Durand :" Papilio , le monde merveilleux d'un doux rêveur" . J 'y  ai retrouvé  " la  patte" , de cette conteuse hors pair qui sait nous entraîner dans  sa bibliothèque mystérieuse , parmi les lutins et  son illustre héros "Don Quichotte "

     

    Comme je suis une rêveuse, pas forcément aussi douce que ce jeune homme, mais bon ... j'ai rêvé avec lui tout au long de ses aventures .Et en plus tout finit bien : que demander de plus ?


    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique