• C'est l'amiral Brunô qui nous a fait la surprise  de reprendre la barre du navire des "croqueurs de mots" pour ce dernier défi avant les vacances.

    "LA TOILE SE DEVOILE"

     ( METTRE EN TITRE DE VOTRE ARTICLE POUR LA LISIBILITE)

    À partir de cette toile du peintre BALTHUS,

    donnez libre cours à votre imagination, racontez votre histoire en prose ou en poésie  en utilisant un ou plusieurs éléments  ou personnages du tableau, en démarrant ou terminant votre texte  par cette scène, en cherchant à retranscrire ce qu'a voulu exprimer le peintre...
    Les choix sont multiples, ouverts et libres.

     

    balthus-le-peintre-et-son-modele-1980-1981-huile-.jpg

    -"Le ciel est bien bas ce matin  ", dit-elle en écartant les rideaux
    -"Il va nous tomber sur la tête , dis maman ? " s'inquiète la fillette , en train de feuilleter  un cahier  ,ouvert sur une chaise.
    - Mais non , voyons , c'est juste une expression !
    - Ah! Bon! Alors, je ne pourrai pas le toucher  ?
    - Je ne pense pas  ! Je me demande si je vais laver les vitres ?"

    - Mais le ciel va rentrer  si tu ouvres la fenêtre  !"
    - Je t'ai dit que c'est juste une façon de parler!"
    - J'aimerais bien qu'il entre  pour que je puisse le toucher ..."
    - Cesse de dire des sottises et apprends ta leçon  !Et puis lève-toi, tu vas te salir "
    - Mais c'est propre par terre ; s'il entrait, le ciel, je pourrais flotter sur lui .."
    - Va plutôt appeler ton père  : il est l'heure de partir à l'école ; c'est lui qui t'accompagne ce matin."
    -D'accord, d'accord . Papa, on y va ? "
    -J'arrive  !
    Le père, entre dans la pièce, s'approche à son tour de la fenêtre :
    -" Le ciel est bas ce matin : il va pleuvoir "!
    -Ah! tu vois maman ! Papa aussi dit que le ciel est bas: si je monte sur ses épaules, je vais le toucher !"
    -Ah! Cette gosse  !Elle a de la suite dans les idées !


    8 commentaires
  • Hier , trop de pannes de courant, à cause du vent violent  , donc  trop compliqué d'aller sur le net: nous n'avons pas le haut débit ,  dans nos montagnes et après on s'étonne que les gens s'énervent et se sentent abandonnés par le pouvoir (sauf lorsqu'il faut payer des impôts  ).Je commence fort ce matin : c'est le vent qui m'a énervée !

    gif-11-1091.JPG

     

     

    C'est le joli mois de mai  et de Marie (du moins c'est ce qu'on dit ):

    "C'est le mois de Marie, c'est le mois le plus beau "...Un vieux cantique d'autrefois ...

    (D'ailleurs, c'était tellement le mois de Marie, qu'on ne se mariait surtout pas au mois de mai chez nous ... Cela aurait porté malheur disait-on )


    Lorsqu'on met le nez dehors, on se demande si nous ne sommes pas en janvier.
    Alors, comme je n'avais rien à faire (ah! si c'était vrai ), j'ai ramassé des mots , "tombés du camion" :" maman  " , "amour" "aimer"  " et je les ai rassemblés .

    Ben oui, demain, c'est la fête des mamans : la fête, la fête, c'est vite dit !
    Est- ce qu'on va leur faire leur fête ou leur souhaiter leur fête ?
    Car , leur fête, on devrait la leur souhaiter tous les jours.

    Une maman, c'est l'amour , le vrai à l'état pur , celui qui pourrait mener jusqu'à la mort pour protéger ses petits.
    Une maman, c'est celle qui conjugue le verbe aimer, à tous les temps, par tous les temps, même en cas de tempête et de tornade.

    Une maman , c'est la seule personne qui aime sans rien demander .Bon d'accord, lorsque les enfants sont grands, elle peut demander  un petit service.
    "-Tu peux me percer deux trous dans le mur ,pour que je puisse accrocher mes rideaux ?

    Mais qu'est- ce c'est , par rapport à tout le temps qu'elle nous a consacré au fil des ans , mettant de côté ses rêves, ses envies, ses plaisirs ?

    Et on ne leur dit - "je t'aime que lorsqu'il est trop tart, lorsqu'elle s'en va  pour un long voyage dans le paradis des mamans :on est tellement sûr, qu'elle sera toujours là !

    Oh! Les papas : attendez votre tour, pas la peine de  rouspéter !

    Et  puisque je suis un peu sadique, je vais vous faire verser une petite larme: "cadeau" de Marie Laforêt.

     

      J'ai profité de la lettre "M" proposée par"DIM DAM DOM ,pour parler des mamans (on n'est jamais aussi bien servie que par soi-même )


    6 commentaires
  • Jill Bill

    , à la barre du navire  des "croqueurs de mots", , nous propose de délirer sur ce tableau"Les glaneuses " de Millet .

     

     

    Deux femmes courbées par le labeur  , en plein soleil , ramassent les épis qui restent après la moisson.Mais que se disent-elles ?

     

     

     

    -" Hé! Marie! "

     

    -" Quoi ? "

     

    -"  Ne te retourne pas : mais , tu as vu   remarqué que Ginette est sortie du champ ? "

     

    -" Quoi ? C'est vrai ? Elle nous a encore fait le coup de nous laisser tout le boulot ?"

     

    - "Exactement ! Elle est partie fumer une clope , pendant que nous trimons comme des esclaves !"

     

    -"Cela ne m'étonne pas d'elle ! Elle trouve toujours une excuse pour se débiner !"

     

    -"Absolument ; gerarde-là se prélasser  sur le bord du cadre: je voudrais bien qu'elle dégringole  tiens !

     

    -" T'en fais pas ! Elle va le regretter : Regarde: j'ai trouvé les bijoux ! "

     

    -" "Les bijoux ? Quels bijoux ? "

     

    - "Les bijoux de la Castafiore !  Je savais ,depuis que j'ai lu Tintin, que la Castafiore avait caché ses bijoux dans ce champ : c'est pour cela que je me suis portée volontaire  pour glaner.

     

    -" Non ? C'est vrai ? Tu es sûre ?

     

    -" Certaine ! Je veux bien t'en donner une partie mais  Ginette n'aura rien , la lâcheuse! "

     

    - "Bien fait pour elle. "

     

    Pendant ce temps, Ginette, qui a pris la clé des champs ,  pour faire une pause syndicale, jubile en fumant son pétard :

     

    -"  Mais regardez-les donc  ces deux  sottes ! Elles  s'imaginent que je suis pas au courant de leur secret ! Pourquoi  suis-je ici d'après vous ? Vous ne le savez pas ? Je vais vous le dire : Moi aussi je veux les bijoux de la Castafiore ! Elles sont en train de faire tout le boulot: je n'aurai plus qu'à me servir , tout à l'heure.

     

    Et ensuite, à moi la belle vie .

     

    Il y a juste un truc qui me gêne  : comment je fais moi, pour retourner dans le tableau ?

     

     

     

     

     

    casta.PNG


    6 commentaires
  • Défi N°101 : j'ai rencontré Archimède

     

    Hauteclaire est à la barre du navire des "Croqueurs de mots " :

    Elle nous propose de voyager à travers le temps à bord d'un engin trouvé au fond d'une malle.

    "Lors de votre prochain journal , décrivez-nous votre sensation à bord de l'engin.à explorer le temps.

     

    Vous avez droit à deux voyages, un dans le passé, un dans le futur, n'importe lesquels, sur terre, sous les océans ou dans les airs."

     

     

     

     Je n'ai pas suivi exactement les consignes :pour les sensations car j'ai le mal des transports .et j'ai remanié un texte que j'avais écrit un jour de délire .

     

    Eurêka"! j'ai trouvé ! "s'est exclamé Archimède dans son bain.

     

    (Je ne suis pas sûre du tout , mais alors pas du tout, qu'il ait dit:"j'ai trouvé", car ce brave homme , ne parlait pas français!!

     

    Mais , bon, nous n'allons pas chipoter pour si peu !)

     

     

     

    Ce brave Archimède, n'était pourtant pas chercheur , payé par l'état,pour trouver quelque chose ...un petit rien... ne serait-ce que pour justifier leur paie...

     

    Non, il jouait tranquillement dans son bain , avec sa savonnette : il essayait de la noyer ...mais elle remontait sans cesse !

     

    Il y en a qui jouent avec autre chose ... un canard... un poisson ... mais lui, non, c'était sa savonnette!

     

    Cela lui a titillé le cerveau , qu'il avait vif et curieux: il s'est dit:

     

    -" Là, il y a un truc !!"

     

    Il a commencé à refléchir à la vitesse grand V , et hop ! il a crié ...ce que vous savez !!

     

     

     

    Moi, je serais le ministre des universités, j'obligerais tous les chercheurs à barboter dans leur bain , chaque jour : peut-être que là, il y en aurait quelques-uns , qui un jour pousseraient le même cri qu' Archimède , mais en français :

     

    -"j'ai trouvé!" (Ils diront peut-être aussi:

     

    "- Eurêka!" (ça fait plus chic!)

     

     

     

    Bien que ... parfois , il vaudrait mieux qu'ils ne trouvent rien ... c'est moins dangeureux.

     

     Grâce  à l'engin à remonter ou dépasser le temps, j'ai rencontré  Archimède dans le présent (Mon engin est tombé en panne de de carburantet s'est arrêté à notre époque   .Jusqu'à présent , c'est le cas de le dire ) Archimède  avait continué à barboter dans son bain : c'est pour cela qu'il est tout fripé !

     

    Le pauvre a complètement perdu la tête  : il s'est retrouvé dans un jacuzzi bouillonnant à souhait :il a perdu sa savonnette et il ne comprend plus pourquoi elle ne remonte pas tout droit : il refait des calculs sans arrêt  et son théorème  est en train de prendre l'eau  ! Il a essayé la mousse de bain, mais les bulles sont capricieuses  et elles remontent lorsqu'elles en ont envie .

     

    Il m'a fait pitié: je lui ai conseillé d'aller se relaxer dans la piscine ,la plus haute du monde, sur le toit de l'hôtel Marina bay Sands à Singapour.

    C'est un peu loin de la Grèce mais  sa raison en dépend. Il y est en ce moment et m'a envoyé une carte postale ,un peu humide: je ne sais pas s'il l'a trempée dans la piscine ,mais il me dit que tout va bien et qu'il essaie de calculer le temps que met son maillot string pour remonter à la surface de la piscine :il est incorrigible cet homme !

    Vous imaginez s'il nous pond un nouveau théorème !

    Pas trop présente en ce moment: maison pleine !

     


    3 commentaires
  •  

    Hagarde, égarée dans le Hoggar
    Croyant être en Hollande*
    Je me suis hissée , haletante sur une dune
    Pour scruter l'horizon  harmonieux.
    En haillons, hirsute, j'ai hurlé:
    Holà ! Il y a un habitant honnête
    Dans cet hémisphère hostile ?
    Un hénissement m' a répondu .
    Croyant avoir une hallucination,
    mes cheveux se sont hérissés:
    je ressemblais à un hérisson hanté !
    Mais mon héroïsme, héréditaire
    Ma'a fait hausser  le ton:
    "Halte-là; sors de ta hutte !
    Une haridelle , hybride d'un chameau
    A  surgi,  humblement , de l'herbe jaune.
    Je l'ai habilement   montée  sans harnais
    (Gare aux hémorroïdes)

    Et toutes deux , sans hâte, hilares,
    Laissant le hasard, nous mener
    Nous sommes parties , sans hésiter
    Vers des cieux plus hospitaliers.

     

    Â l'heure actuelle, nous ne sommes pas encore arrivées !

     

    C'est un jeu de haches , pardon de "h" que propose Dim dam Dom  pour son site "Annuaire pour les nuls : APLN


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique