• gif-9 5872

     

    Je vais essayer de ne pas lâcher le fil conducteur de mon texte :Il paraît qu’il faut parler de fil !Cela ne vaut pas dire  que j’ai un fil à la patte . Non  c’est juste que j’écris sur le fil du rasoir !

    Ne faites pas les yeux ronds : je n’ai pas la moustache et je n’utilise pas de rasoir . C’est juste que  , en ce moment , je fais tellement de choses , à cause du printemps , que je n’ai pas trop de temps pour écrire et passer du temps devant l’ordinateur.

    Il me donne vraiment du fil à retordre, ce printemps : nettoyer, transporter, couper, arracher , retourner , planter ... : comment voulez-vous que je ne perde pas le fil , avec tous ces verbes qui se bousculent dans mes bras ?

    Ariane , au secours!

     

    Mais il ne sera pas dit que je me défile  !

    Difficile de rester dans le droit fil de la pensée  de Sherry :

    «- parlez de fil » nous dit-elle : heureusement , qu’elle n’a pas mis un « s » : sinon, quelle cacophonie : les fils et les fils s’entrechoqueraient allègrement et  vous perdriez le fil de mon texte : la meilleure couturière   n’arriverait pas à recoudre les morceaux , même en utilisant les fils de la Vierge!


    Vous êtes encore accrochés au fil de mon discours ?

    Bravo : vous méritez que je vous emmène au fil de l’eau , pour oublier tous ces tracas littéraires  et décousus ; laissez-vous bercer par le courant d’une onde pure … La barque n’est pas d’aplomb ?

    Pas de panique : j’ai un fil à plomb dans ma poche !!


    58 commentaires
  • batiment-batiment-portes-00007.gif

    Sacados, le journaliste " n'en  menait pas large » :caché dans le placard, « serré comme une sardine » parmi les costumes et les robes , il  se « faisait tout petit ».

    Son désir d’être » connu comme le loup blanc » avait du » plomb dans l’aile », du moins pas dans le sens où il l’aurait souhaité.


    -« qu’est-ce que je fais dans cette galère ? «  gémissait-il ! « Cela m’apprendra à avoir les yeux plus gros que le ventre » .J’aurais dû continuer à m’occuper de la rubrique des « chiens écrasés «  .

    Sacados était « dans  de sales draps » : je dirai même plus, : non seulement il était dans le placard, mais il était aussi dans le pétrin !


    Il espérait faire un « scoop » en dévoilant » la vie  de patachon «  d’un ministre ; et maintenant ,il était « fait comme un rat » : le ministre était rentré plus tôt que prévu .Il ne donnait » pas cher de sa peau » s’il était découvert ! Un violent désir d’éternuer ,lui venait .

    -«  Aaaaaaaaaaa…aaaaaaatchoummmmmmmmm ! »


    La porte du placard s’ouvrit brutalement :

    -« J’ai entendu éternuer mes vêtements ? Est-ce que » j’ai la berlue ? » s’exclama le ministre dont on taira le nom (« motus et bouche cousue »!)

    Sacados aurait voulu « disparaître sous terre ».Les yeux « lui sortaient de la tête » tellement,il se retenait de respirer.

    -« J’ai un pied dans la tombe, c’est sûr ! »pensait-il .

     

    Heureusement, le ministre , qui était un peu âgé , très âgé d’ailleurs, (on disait même qu’il sucrait les fraises  « : que voulez-vous, c’est ainsi : les hommes , quand ils sont au pouvoir s’accrochent comme « la misère sur les pauvres » ;il n’y « en a pas un pour rattraper l’autre » : tous les mêmes !)


    Donc notre ministre, referma la porte : je crois bien qu’il n’y » voyait pas clair » !

    Sacados poussa un soupir de soulagement :

    -«  J’ai « eu du bol » se dit –il ! » jaillit du placard, « comme un diable de sa boîte ». Il prit ses « jambes à son cou », « sans demander son reste «


    -« Il y a de l’orage dans l’air » et » il pleut des cordes «   constata-t-il  en sortant  de l’immeuble cossu dans lequel il avait failli » y laisser sa peau « ! Ce » n’est pas demain la veille » que je recommencerai ! »

      pom.gif

    "A partir d'une expression choisie dans le poème de Claude Roy, inventez une histoire en prenant une ou plusieurs expressions au pied de la lettre ." nous demande

      Lilou Fredotte  (J'ai interprété librement cette consigne )


    61 commentaires
  • nous demande  les paroles d'une chanson qu'on aime  , une vidéo, ou une parodie  ..

     Voici une chanson de Jean Ferrat que j'aime depuis toujours
    "Que serais-je sans toi ?"
    (Refrain)
    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
    Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?

    J'ai tout appris de toi sur les choses humaines
    Et j'ai vu désormais le monde à ta façon
    J'ai tout appris de toi, comme on boit aux fontaines
    Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
    Comme, au passant qui chante, on reprend sa chanson
    J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson

    (au Refrain)

    J'ai tout appris de toi, pour ce qui me concerne,
    Qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu,
    Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne
    Tu m'as pris par la main dans cet enfer moderne
    Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux
    Tu m'as pris par la main comme un amant heureux

    (au Refrain)

    Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes,
    N'est-ce pas un sanglot de la déconvenue,
    Une corde brisée aux doigts du guitariste ?
    Et pourtant, je vous dis que le bonheur existe
    Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues,
    Terre, terre, voici ses rades inconnues

    (au Refrain)

    Paroles: Louis Aragon. Musique: Jean Ferrat   1964  "Jean Ferrat - Vol. 2 (1999)" autres interprètes: Les Enfoirés (2008)

      Et comme  j'aime rire, une autre plus amusante ,

    "Félicie aussi" de Fernandel

     

     



    36 commentaires
  • chapeau3.jpg

     

     

    Lenaïg   à la barre   des "croqueurs de mots" une casquette de marin sur la tête, nous demande de parler couvre-chef,  de chapeaux et autres, et d'ajouter : qui m'aime me suive "

     

    Ne lui répétez ce que je vous dit  là:

    mais je crois qu'elle en a bavé des ronds de chapeau  pour parler de ce sujet .

     

    Moi, j'ai la tête près du bonnet, chapeau ; alors lorsqu'on me parle de chapeaux, mon sang ne fait qu'un tour: mais dans le bon sens  : je démarre sur les chapeaux de roue  ! Je vois des chapeaux partout .

    D'ailleurs, c'est normal: il y a des chapeaux partout  dans ma maison : sur les murs, sur les vases, sur les escaliers , dans les endroits les plus invraisemblables  ,partout vous dis-je   !

    Même sur ma tête !

    -"Normal, me direz-vous ."

     

    Mais n'ayez crainte, je ne vous chanterai pas , cette fois-ci:" ô mon bateau chapeau", comme je l'avais fait un jour de grand vent .

    Par contre , je peux vous faire voir tous mes chapeaux : d'accord ? Alors qui m'aime me suive !

     

    Quoi, vous rechignez ? Alors , je ne vous dis pas "chapeau"  !

    Non, ce  n'est pas bien  de refuser  de voir mes chapeaux ! Je sens que je vais manger le mien !! Grrrrrrrr!

     

    Mais, non, je plaisante je ne vous ferai pas porter le chapeau , si  je me lève du pied gauche !

     

    Je ne vous parlerai pas du chapeau rond des bretons, du béret des basques , de la baretta-misgia des corses , ni de la casquette : comme j'en ai plusieurs, nous serions encore là ce soir ! Alors, je vous tire mon chapeau et je vous souhaite une bonne semaine !

    chapeau6.jpg

     

     




    82 commentaires
  • manege.jpg

    Ce matin, dès le lever du jour j'ai fait tourner mes méninges .

    Il y a des jours comme ça, où des étincelles jaillissent du cerveau , au point qu'on pourrait mettre le feu  à la maison ...

    Il faut que ça tourne , il faut que ça tourne , me suis-je dit ..


    J'ai dû faire un rêve  dans lequel , j'étais sur un manège .

    J’ai pensé un instant faire tourner des ménages, dans le sens de « couple »,mais la tâche est ardue  et d’autres l’ont fait avant moi .Vous vous souvenez de cette émission ,dans laquelle des célibataires essayaient de trouver l’âme sœur , sous la houlette de Fabienne  Egal et Evelyne Leclercq ,émission  dont les « inconnus » ont fait un mémorable sketch ?


    Je pourrais essayer d’unir Sarkosy à Merkel,  Mélenchon à  Laguillier …

    J’ai pensé aussi ,à faire tourner les « moulins de mon cœur » , mais cela fait 5 ans qu’ils n’ont plus tourné . Le démarrage sera  d’autant plus difficile , que , à cause de ma distraction coutumière , j’ai oublié de huiler les pales , n’ayant pas reconnu à temps le marchand d’huile ..

    Mais ce n’est que partie remise.

    moulin.jpg

    Je crois que je m’égare .. revenons à notre manège : j’avoue que je n’en ai pas pratiqué souvent,  ayant passé mon enfance en zone rurale : ce sont surtout les vaches et les ânes qui tournent en rond dans les campagnes .

    Ce soir, c’est ma tête qui va tourner   . Non, ce n’est pas un danseur à qui je pourrais chanter :

    - « tu me fais tourner la tête

    Mon manège à moi, c’est toi … »

    Qui va me donner  le vertige ; ce sont  juste les danses endiablées que nous faisons !

    Vous avez déjà dansé la scottish ? Cela vaut bien un 200 mètres !

    Je m’égare encore . Revenons au manège enchanté .Vous allez penser que je me livre  à un drôle de manège pour traiter ce sujet !


    Il vaut mieux que j’arrête cela et que je descende du manège avant d’être éjectée !

      C’était juste le sujet  choisi par Sherry pour le« casse-tête de la semaine » : tournez manèges.

    Le_man_ge_enchant_.jpg

    Bon week end . Entre les pannes de courant et les pannes internet, il y a de quoi se décourager


    34 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique