• Regardez-les  voler  partout :

    Ils   tournent, tournent en rond

    Broutillent-ils le burn-out

    Abusif, de leur  copain  Raymond ?

    Mais  non, vous n’y êtes pas  du tout !

    Bousculent-ils les nuages  félons ,

    Expulsant  une pluie jouvencelle ?

    Là, aussi, vous faites une grossière  erreur .

    Les oiseaux qui tournent en ribambelle

    Exultent de joie :  c’est le temps des fleurs.

    Ribambelle

    A l'initiative, de Lenaïg,

    en attendant le retour de Maîtresse Jill Bill

     


    26 commentaires
  • Pour ce second jeudi en poésie, j'avais demandé aux "croqueurs de mots"  ,un poème de leur choix sur les fleurs ..

    Pâquerette, pâquerette

    Il y a des goutes d'eau

    Sur la collerette

    Pâquerette,pâquerette,

    Le doux soleil printanier

    Viendra-t-il les essuyer ?

    Je remercie tous les participants au défi que je leur avais proposé.


    28 commentaires
  • Me croirez-vous si je vous dis que je n'ai pas le temps d'aller sur internet ? Et pourtant ,je me lève à 6h 45 ! Les heures s'enchaînent ,le temps passe et je cours toujours.

    A propos de rencontre , puisque c'était le thème  proposé par Lenaïg, pour le défi des "croqueurs de mots", je me demande s'il est possible de rencontrer le temps ?

    Rencontre ratée ..

    Depuis la nuit des temps ,on lui court après ,il fuit comme un lâche , en riant sous cape des bons tours qu'il nous joue .

    Parfois , on croit le tenir: lorsqu'on attend , chez le médecin, dans une queue  au cinéma par exemple .

    Là,on le trouve long, il ne passe pas. On pense l'avoir coincé  . Détrompez-vous:  c'est juste une ruse  ,pour nous faire courir plus vite ensuite !En un rien de temps,il est passé !

    On essaie vainement de tromper le temps; on fait semblant de s'occuper  bien souvent à une tâche que personne ne veut faire à notre place .On le guette  , on l'espionne ...Hélas,lorsqu'on croit le tenir,il se sauve .

    On ne trouve jamais le temps . Pire que le St Graal , pire que l'Arlésienne ,pire que la quête de Don Quichotte ...

    Par les temps qui courent, il ne fait pas bon s'attarder pour gagner du temps !

    Mais le temps presse, on m'attend et je suis déjà en retard! Je crois que je vais le tuer, le temps  tellement il m'énerve !

     

     

     

     

     


    22 commentaires
  • Je  fais le relais  de ce concours organisé par ma fille et une autre personne

    Si cela vous intéresse , allez-y !

    Concours d'écriture :la chaise de la dame en bleu


    "Vous aimez écrire, ou vous avez toujours rêvé de le faire sans jamais oser vous lancer... C'est l'occasion ou jamais.
    Concours de nouvelles francophones (organisé par une toute petite maison d'édition qui est en train de naître et dont vous saurez tout dans peu de temps).

    Le sujet c'est "la chaise de la dame en bleu" et c'est aussi le titre de la nouvelle que vous devrez écrire. Ce sera aussi le titre du recueil de nouvelles...
    Faites nous rire, faites nous pleurer, faites nous rêver, peu importe, seul impératif, les textes devront comporter de 12 à 15000 caractères maximum et devront être adressés à nouvelles@giovellina.net avant le 30 juillet 2015.

    Les auteurs feront parvenir leur texte en n'oubliant pas de mentionner sur la page de garde en haut et à droite :
    o leur nom et prénom,
    o leur âge,
    o leurs adresses postale et mail.
    Un ouvrage collectif sera publié en mars 2016, à compte d'éditeur, et regroupera les vingt ou vingt-cinq meilleures nouvelles sélectionnées par le jury.
    N'hésitez pas à partager l'info avec vos amis auteurs ou pas. Et surtout n'hésitez pas à participer."


    14 commentaires
  •  Mon arlésienne a failli disparaître pour de bon ! Cela aurait été un comble !

     

    Enriqueta , à la barre des "croqueurs de mots "nous propose de  ressortir un "vieux défi , car dit-elle "c'est dans les vieux pots  "...

     

    J'ai donc ressorti celui-ci , proposé par Hauteclaire en 2012


    Il ou elle a disparu dans des circonstances étranges, tragiques, mystérieuses. L'histoire dit que ses jours se sont arrêtés, et que le livre est fermé. 
    Pourtant ....
     
    Vous avez retrouvé un document, une archive, dans le fond de votre grenier, dans un rayonnage de bibliothèque poussiéreux, et maintenant vous savez.
     
    Vous savez que il ou elle n'a pas fini ses jours comme il a été dit, que tout n'a pas été dit, et que cette personne a vécu , ailleurs, dans le secret.

    Il est temps de lever le voile, à vous de le faire ! De nous dire comment c'est arrivé et  ce que cette personne est devenue, après

     

     



    Au fond de mon grenier, un jour j'ai retrouvé...un petit cahier  poussiéreux .
     

    Intriguée , je l'ai ouvert et j'ai lu..

     
    " -Voici quelques temps, j'ai décidé de disparaître  pour toujours . J'en ai eu assez de passer pour une jeune fille  à la cuisse légère . J'ai ma fierté tout de même.
     

    Un matin, j'ai senti l'appel de la lavande et du thym ,peut-être bien du serpolet aussi , mais je n'en jurerais pas .J'ai  fait passer mes cotillons par dessus tête (pas facile pourtant) ; j'ai fait un petit balluchon, et je suis partie  au lever du jour, lorsque le soleil paresse au-dessus des collines .

     
    J'ai oublié Jean ou Frédéric,( c'est selon les auteurs) :un bonhomme qui ne balaie pas les préjugés pour l'amour de sa belle , ne mérite pas son amour .


    J'ai marché tout droit , comme le conseille un chanteur , mais là, j'anticipe ...

     
    J'ai marché trente jours, j'ai marché trente nuit ;non, Caën n'est pas mon cousin , et je me suis arrêtée lorsque le chemin s'est arrêté.Logique, n'est- ce pas ? Et puis mes espadrilles donnaient des signes de fatigue .
     
    J'étais   sur une colline , fleurie, éclatante de couleurs; un ruisseau, gazouillait tout près , et j'entendais les oiseaux me chanter à l'oreille:

    -"Reste avec nous, reste avec nous.."

    Je suis restée  .

    J'ai construit un cabanon , je l'ai décoré  :un vrai petit nid.

    D'ailleurs Ivan Colonna m'a demandé des conseils  lorsqu'il est parti dans le maquis lui aussi .

     
    Vous n'y croyez pas ? Mais la lavande ça conserve  , je vous assure  ! 

    Je coule (comme le ruisseau ) des jours heureux  loin du tumulte de la ville et des médisances des gens .

    J'ai oublié mon fiancé . Je sais que depuis  plus de cent ans , on me cherche .Personne ne m'a jamais vue ; on va me chercher encore ,mais moi , je ne me ferai pas prendre  .

     Défi N°142 :L'arlésienne

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique