•  

    chat.JPG

    "Relax" nous a dit  Sherry du fond de sa Bretagne.

    Etant corse à cent pour cent, je ne peux que souscrire à cette injonction ; je ne vais pas faire mentir la légende tout de même !

    Donc , cet après-midi, j'ai décidé de me relaxer dans mon canapé , affalée comme une crêpe ,ou presque .

    Auparavant, j 'avais décidé de me faire un thé vert :il paraît que le thé vert fait maigrir; j'ai pris 3 kilos ,il faut absolumpent que je les perde pour rentrer dans mon corset.

    Attention, ne rêvez pas :  quoi , messieurs cela ne vous fait pas rêver ? Il vous faut une jeunette  ?  Raté ! De toute façon, vous n'assureriez pas; alors pas de regrets .

    Bon, je reprends le cours de mon histoire.

    Donc , je parlais du corset de ma tenue traditionnelle de quadrille . Il a des lacets et il faut serrer  !!

     

    J'ai chauffé de l'eau, j'ai mis une cuillerée de miel  ,  j'ai mis le thé et je suis allée m'affaler dans le canapé, les pieds sur la table basse , pas les doigts en éventail , car j'ai des chaussettes .

     

    J'ai dégusté mon thé ... et tout à coup, je lui ai trouvé un goût .;comment dire ..un goût de miel.

    -"C'est normal"  ,me direz-vous  .

    Justement non, car mon breuvage aurait dû sentir le thé.

    J'ai réfléchi:

    -"Où ai-je mis le sachet usagé ? Quel thé ai-je mis dans ma tasse ?

    Le mystère .. J'ai essayé de me rappeler mes gestes ... pas de sachet de thé à la main .. rien le noir total !

    Et c'est là que je me suis aperçue que je n'avais pas mis de thé dans mon thé  !! J'ai bu de l'eau au miel .

    Si on aime le miel, ce n'est pas mauvais mais je n'aime pas le miel !


    48 commentaires
  • J'ai habité deux ans à Djibouti où mon mari  était en garnison . Il y avait un quartier que les gens appelaient "le quartier carton "; Je me demandais pourquoi  on le nommait ainsi. 

     Et puis, il a fallu que j'aille faire un remplacement d'un mois dans ce quartier : là j'ai compris !

    Les "maisons  "étaient toutes en carton et en tôle .

    Le autres quartiers avaient des numéros: le quartier "deux " était très prisé par les hommes célibataires : ils y trouvaient des "demoiselles très accueillantes ".

     

    djibouti_map2.gif

    Je me souviens d'un militaire qui s'était mis en ménage  avec une de ces demoiselles .

    Il lui avait meublé la maison et surtout il lui avait acheté un superbe réfrigérateur : quand on connaît les températures et le degré d'humidité,(100%)  qu'il fait dans ce pays on sait à quel point c'est important   un réfrigérateur  .


    Mais parfois , le couple d'amoureux se disputait: le miliraire reprenait son "frigo" et repartait avec lui.

    Ensuite , ils faisaient la paix et le "frigo" revenait  chez sa belle. Cela arrivait environ  uns fois par mois ...

    C'était un frigo baladeur .

     

     

    Ensuite, j'ai passé une année  entière à enseigner  dans le quartier "sept" : cinquante élèves de 14 à 18 ans  qui passaient une sorte de certificat d'études adapté .C'était un bon quartier sauf quand les deux ethnies ( Afar et Issa ) se disputaient : là ,il valait mieux se mettre aux abris.

     

    Sherry nous a demandé de parler de quartiers pour le "casse-tête de la semaine "; je ne sais pas  de quels quartiers elle parlait mais  j'ai choisi ceux-là ...

     

    djib.jpg


    60 commentaires
  • gif-10-9625.JPG

     

    Demain c'est la tournée des maisons pour souhaiter la bonne année ...Je promets de ne pas rentrer à quatre pattes !

    bonne-annee_002.gif

     

    Défi 93 des" croqueurs de mots" avec  Jeanne Fadosi à la barre

    rencontre

    Après de nombreuses années sans s'être rencontrés, deux personnes se retrouvent. La plus jeune a maintenant l'âge que la plus âgée avait à l'époque où elles se connaissaient.

     

    Imaginez ce qu'elles se disent à haute voix et leurs réflexions (qu'elles n'expriment pas).

    poisson-010.gif

     

    Un homme  regarde fixement un jeune homme qui  marche dans sa direction

     

    Je connais cette tête ... oui, vraiment .. je suis sûr de le connaître ..

    - Jeune homme ?

    - Oui?

    - Il me semble bien que je vous connais  !

    - Heu ... moi je ne vous connais pas ( Zut , il a fallu que je tombe sur lui; pourvu qu'il ne se souvienne pas !)

    - Oui, je Te connais ! Tu es le fils de Nicolas ? (Ah ! Ah ! Je tiens ma vengeance )

    - Oui ..mais vous savez il y a beaucoup de Nicolas ...

    -Nicolas le gendarme ! C'est ça ?

    - Heu .. Oui, je suis le fils de Nicolas le gendarme .(Il m'a reconnu !  ouille!)

     

    -Ah ! ah !  Je te tiens enfin ! (l'homme  s'approche du jeune homme et lui tire fortement l'oreille )

    Le jeune homme essaie de le faire lâcher

    - Mais ça ne va pas non ? Aïe !

    - C'est bien toi qui a volé mes truites avec tes copains ,il y a 20 ans ! Je n'ai aps oublié ! Je les avais pêchées, mises dans un trou d'eau  avant de les rapporter chez moi  ; et quand j'ai voulu les prendre , envolées les truites  !

    - Mais  enfin, vous n'avez pas de preuves ! Et c'est si loin !

    -Des preuves ? Et qui est allé vendre MES truites à MA femme  ? Hein ? Toi et tes copains !

    - Bon d'accord, c'est vrai;Mais nous étions des galopins  et il nous fallait un peu d'argent pour acheter des cigarettes !!

    - Bon  puisque tu avoues , je te pardonne; moi aussi à ton âge, j'ai fait des bêtises !

    -Pour me faire pardonner entièrement, je vous invite à boire le verre de l'amitié à défaut de fumer le calumet de la paix .

    - C'est bon; j'accepte et puis c'est la fin de l'année ; alors ! "pace e salute "

     

    (C'est une histoire vraie  , j'ai juste imaginé la rencontre 20 ans après


    27 commentaires
  • marc-chagall-a-table.jpg

     

    Lilou à la barre du vaisseau des "croqueurs de mots" nous demande de" faire parler" ce tableau de Chagall : "la cuillerée de lait

    avec des mots imposés: binocles, bonzaï, bénévole, bistrot , barrir

     

    -" Eh ! le vieux  goûte -moi, ce bouillon de 11 heures : tu m'en diras des nouvelles !

    -Quoi ? ça va pas non ? Tu veux m'empoisonner ?

    - Mais, non, je plaisante, je t'utilise juste comme cobaye , pour cette recette . Une cuillerée de lait n'a jamais tué personne !

    - Si tu l'as bien suivie , il n'y a aucune raison que ce ne soit pas bon ... mais je me méfie, connaissant tes talents culinaires ...Attends, je mets mes binocles !

    -Comment ? Tu m'as dicté tout cela sans lunettes ? Oh ! lala ! Et puis

    tu n'as qu'à la faire toi-même , hein !

     

    - N'oublie pas que je suis  ton aide bénévole ! Tu n'as pas oublié le poivre et le sel ?

    - Non, je me suis basée sur la couleur de tes cheveux !

    - Et les navets ? tu en as mis deux comme  c'est écrit ?

    -Impossible d'oublier : tu as du sang de navet  !

     

    Tu as mis le vin blanc ?

    - Le vin blanc ? Dis-donc nous ne sommes pas au bistrot ici !

    - Les carottes ?

    -Les carottes sont cuites  !

    -Et les petits pois ?

    - Pas de souci: on a toujours un petit pois chez soi  !

     

    -Le bonzaï : tu y as pensé ?

    -Quoi ? il faut mettre un bonzaï  ?

    -Zut , j'ai lu à l'envers : ce n'est pas un bonzaï, c'est de l'ail !

    -Arrête de barrir comme un éléphant : je ne suis pas sourde  , j'ai compris.


    -Bon  je  veux bien goûter ... Les haricots ?  Je suis sûr que tu as oublié les haricots  !

    - Ah! Tu  commences vraiment à me courir sur le haricot , toi  ! Goûte et tais-toi , sinon, ce sera vraiment un bouillon de 11 heures  que je vais te donner !

    - Bon, je vais goûter : mais ils disent dans le livre de recettes qu'il faut  bien récapituler tous les ingrédients .

    -Ahhhhhhhhh! Et les maris ? Ils ne disent pas qu'il faut ajouer un mari comme ingrédient  dans la marmite ?

    - Je goûte, je goûte ...... Le lait c'est bien un anti- poison  ? Ahhhhhhhhhhhhhhhhh .....

     

     

     

     

     

     


    27 commentaires
  •   divers2-9519.JPG

     

    Sans l'ombre d'un doute Sherry nous propose le thème  "des ombres " pour le "casse-tête de la semaine ".

    Comme je ne veux pas lui faire de l'ombre , je ne m'étendrai pas  trop sur le sujet .

     

    Il y a quand même une ombre au tableau: je ne sais pas comment aborder ce sujet sans sortir de l'ombre  .Je n'ai pourtant pas peur de mon ombre; avec tout le soleil qu'il y a  chez nous, je ne sortirais jamais  de chez moi !

    Et je refuse aussi de marcher à l'ombre : vous allez me dire que là, je tourne en rond  , d'autant plus que j'aime bien Renaud ,mais il ne faut pas exagérer !

     

    Je ne suis pas non plus Lucky Luke :  je ne tire pas plus vite que mon ombre et pourtant je possède  quelques fusils .

    Alors, comment faire ?

     

    J'ai une idée: je connais une jolie chanson qui parle de deux ombres , un vieux couple  , qui attend le retour du fils parti très loin ,sur le continent  ; ce n'est pas loin le continent ? Mais bien sûr que c'est loin pour deux vieilles personnes qui n'ont jamais quitté leur île .Le continent , c'est une ombre immense sur leur vie ...

    Je vous mets la traduction si vous avez le temps de la lire :

    Je n'ai pas trouvé la vidéo mais vous pouvez l'écouter dans ma liste de chansons à gauche

     

                    OMBRES

              En face de l'âtre   plein de cendre
             Qui fait plus de poussière que de chaleur
             Le mur dépouillé , garde, taquin
             Deux ombres  pour se mettre en valeur
             Deux ombres qui à la nuit noire
             Etendront  dans le lit de noyer
             Leurs os usés ,et avec angoisse
             Egrainent le chapelet à mi-voix

             Le jour apportera la  petite lettre
            Du fils parti loin
            Mais si elle n'y est pas, la gorge se serre
            Et elles se prennent par la main
            Pour retourner près de l'âtre
            Imprimer le mur à l'infini
            Ces ombres accrochées comme une tenture
            Que fait trembler le souffle de la vie

            Et quand ces deux ombres laisseront               
           Le mur seul et l'âtre éteint                         
           Viendra le fils ,  de loin
           Mais il pleurera de ne pas être arrivé à temps .


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique