• divers2-9022.JPG

    On parle beaucoup de greniers en ce moment dans les jeux :  organiser un vide-grenier , pourquoi pas ?

    Je n'ai fait cela qu 'une fois pour de bon , afin d'accompagner  un de mes garçons.

     

    Mais le problème, c'est que j'ai acheté plus que je n'ai vendu ; alors je n'y suis plus allée.

    Et puis, il est difficile de se séparer des choses .

    Mes enfants me disent  :

    -" Ta maison est  trop pleine ! Fais un vide-grenier et vends toutes ces choses qui ne servent à rien !"

    -"Comment ça ? Qui ne servent à rien ?


    Mais bien sûr qu'elles  servent :

    - à garder mes souvenirs

    -à me rappeler mes  séjours ailleurs

    -à avoir  les yeux pleins d'images

    - à me faire sourire ou larmoyer selon ce qui s'y rattache

     

    - à garder un peu de poussière : elle ne saurait pas où aller  si elle n'avait pas ces petits riens auxquels s'accrocher !

    -à jouer avec  la lumière et l'ombre ...

     

    Et comment me séparer:

    -du chapeau de ma mère ?

    -de la poire , du képi de mon père ?

    D'ailleurs, moi je suis comme la nature: j'ai horreur du vide  (je dois être un peu agoraphobe )

    Alors , je n'ose imaginer un coin de ma maison sans rien pour l'occuper !

    D'accord, je vais trier un peu et promis, le prochain vide-grenier, je le fais !

     

    C'est Sherry qui nous demande de faire un vide-grenier

     


    24 commentaires
  • divers2 9000

    Il y a toujours un coin qui me rappelle ...

    Alors en choisir un en particulier , ce n'est pas facile :

    J'aurais pu choisir la petite route , où j'ai rencontré l'homme de ma vie :moi je me promenais  après une rougeole carabinée et lui  passait en jeep .Il s'est arrêté : cela lui a coûté 4 jours d'arrêt  , une romance , un mariage, 4 enfants , des petits-enfants ...

    Il ne faut pas s'arrêter n'importe où .

     

    J'aurais pu choisir , le village de mon enfance où j'ai fait les cent coups,où j'ai failli me noyer , où j'ai volé des fleurs en perles dans le cimetière , où j'ai fait devenir chèvres  les maîtresses , où j'ai plongé dans la mer avec mon vélo ( j'aimais déjà la vitesse à l'époque  ).

     

    J'aurais pu choisir , mon maquis  dans lequel je vais me plonger lorsque j'ai des chagrins ou des soucis : je fais une cure de sérénité mieux qu'une séance de yoga .Je respire les odeurs, je regarde le paysage et mon esprit redevient clair.

     

    J'aurais pu  choisir , le petit jardin près du bassin d'arrosage, où j'essaie vainement de faire pousser des légumes , jardin dans lequel  je revois mes parents   tracer patiemment les sillons , faire venir l'eau pour arroser  leurs beaux légumes , leur fierté de les ramasser et d'avoir leurs provisions  pour tout l'hiver .

     

    J'aurais pu choisir cette petite île dans l'Océan Indien , si jolie,  où la vie se déroulait en dehors du temps   :malgré beaucoup d'inconvénients , on oubliait le reste du monde ..

    J'aurais pu chosir d'autres lieux .....

    C'est Enriqueta  à la barre "des croqueurs de mots" qui nous demande de raconter un lieu que nous aimons particulièrement .


    60 commentaires
  • chataigne.JPG
    Je suis allée ramasser des châtaignes ,voici quelques jours , juste une poignée  et cela,  à mes risques et périls: de temps en temps, il m'en tombait une sur la tête  .
    Quelle idée aussi, d'aller ramasser des châtaignes lorsqu'il y a du vent  !
    Il y a un avantage à cela  : inutile de se fatiguer à essayer de les faire tomber !
     Je les ai triées une par une car il y a toujours un ver qui se cache quelque part.
    Malgré cela, tous les jours , je vois des traces  du passage d'un  ver. Je trie à nouveau, et ça recommence.
    Est- ce que les vers naissent par l'opération du Saint-Esprit ? Je me le demande sérieusement  !
    Je ne vois qu'une solution: manger toutes les châtaignes avant lui: bouillies, non épluchées ,  avec un brin de fenouil ? Bouillies épluchées toujours avec le fenouil ?  grillées sur la braise ?
     Je vais réfléchir, pas trop longtemps , sinon, il ne me restera que de la sciure .
    On va voir qui est le plus gourmand !

     

    Sherry nous demande de trouver une solution au problème dans le "casse-tête de la semaine "


    49 commentaires
  • Oui, je sais,le défi, c'était hier , mais j'ai oublié ; à force de rouler matin et soir, je perds un peu pied !!

     

    0020

    Au fond de mon grenier, j'ai retrouvé :
    -Le chapeau de tata Yoyo, un peu froissé
    -La mèche de cheveux d'Adamo , toute effilochée
    -Le père de Céline Dion, qui  s'est désséché à force d'attendre  qu'elle vienne lui parler
    -L'orange de Bécaud toute ratatinée

    CHAPHAUT-1-LO
    -La rose de Françoise Hardy, passablement fanée
    -Le gorille de Brassens, qui fait moins le fier
    -Le steak de Lady Gaga qui pue, mais alors qui pue ...
    -Un bol d'air pour Christophe Maé qui en a bien besoin
    -La plume de M    aurane qui n'est pas claire du tout
    -Le jouet extraordinaire de Claude François , toujours aussi extraordinaire
    -La pendule du salon ,  de Brel , qui ne fait plus ni oui, ni non.
    -Le ballon rouge de Lama : il était là! Voilà pourquoi, il ne l'a pas eu quand il était gosse  ! ball
    -Le sous-marin jaune des Beatles, qui est devenu vert 
    Et les grains d'amour des Muvrini qui ont semés et qui sont partis
    Il y a encore beaucoup d'autres choses dans ce grenier mais le temps me manque pour fouiller davantage ..

     

    C'est "un soir bleu" qui nous avait demandé d'aller farfouiller dans notre grenier


    40 commentaires
  •  

     

    divers1-8923.JPG

     

    Cela va sans doute rappeler des souvenirs  aux anciens écoliers qui ont appris à écrire avec un porte-plume   .

    L'encrier  faisait partie de la panoplie du parfait élève.

    Il n'était pas tout à fait comme celui-ci , bien sûr: c'est un encrier d'instituteur (trice) , avec un godet pour l'encre noire (ou bleue) et un godet pour l'encre rouge, celle qui  corrigeait d'un trait indigné les fautes de l'élève .


    Je n'ai pas de très bons souvenirs de l'encrier et de tout ce qui va avec: la plume Sergent-Major  qui nous obligeait à écrire lentement  en s'appliquant,  et en tirant la langue ,moi qui était toujours pressée de finir  !

    Les taches  d'encre : ma hantise ! J'en faisais souvent et la punition était de  deux coups de baguettes sur les mains .Je peux vous dire que j'en ai reçu des coups de baguette !

     

    Et les traits  avec la règle et le porte-plume: si on ne soulevait pas  d'une certaine manière la règle, il y avait une affreuse  traînée   d'encre: deux coups de baguette  !

    Et lorsqu'on essayait d'effacer les taches, on faisait un beau trou dans la page : deux coups de baguette!

     

    J'étais une spécialiste  des trous !

     

    Ce que j'aimais, c'était les buvards que nous donnaient les commerçants , avec de la publicité   inscrite dessus.

     

    Il y a des  masochistes   nostalgiques de l'encrier , qui font de la calligraphie ,pour le plaisir ;il paraît que cela détend . Je veux bien le croire, surtout s'il n'y a pas la baguette   qui attend  dans un coin, pour corriger les taches d'encre !


    C'est Sherry qui nous demande de nous pencher sur le passé  pour le "casse-tête de la semaine ":

    "Est- ce que cela existe encore ? "





     


     


     

     

     


    25 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique