• Tout le monde n'est pas déconfiné... La petite statue centenaire  qui se trouve à l'intersection de 3 villages ,à environ un peu plus de 2km de chacun, (c'est notre lieu de promenade habituel ) rassemblait autrefois  toute la population pour célébrer une fête religieuse consacrée à la vierge Marie.

    Le temps a passé; les curés sont devenus une denrée rare et les bannières sont rangées définitivement...

    x

    Mais quelques fleurs  en matière synthétique,  apparaissent quelquefois ...

     

    Je préfère les vrais fleurs...et les poupées qu'on fait avec..

    Je vous souhaite un bon week end de Pentecôte


    17 commentaires
  • Nous nous enfermons pour que le vaches puissent se promener librement ... sans manger nos fleurs ....

    Alors, pour les touristes qui n'oseraient pas arpenter les chemins  ,autour du village, nous mettons des pancartes...

    Ce serait dommage de ne pouvoir admirer les pâquerettes...

    X

    Ou le chèvrefeuille

    Ou le ciste rose

    Ou la vue depuis le village...

    Et mes géraniums

    Et en attendant , je fais des masques "régionaux"

    Passez un bon week end et soyez prudents

    Avec des fleurs

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

    Nous sommes déconfinés  en liberté surveillée. J'entends beaucoup de gens se plaindre, à la radio .

    Ets- ce que c'était vraiment su dur de se retrouver en famille, de rédécouvrir ses enfants, de passer des moments tous ensemble , de prendre le temps de parler , d'admirer la nature pour ceux qui sont dans la campagne, d'apprécier le silence pour ceux qui habitent en ville ?

    Je plains les animaux qui vont être obligés de retourner se confiner dans les bois , eux qui avaient fini par croire que la race des humains était éteinte et que le monde leur appartenait à nouveau ...

    Il me surveillait pendant que j'escaladais un rocher pour   trouver la sortie .

    Je suis partie dans la maquis  pour découvrir des coins de mon village que j'avais oubliés  ...

    Pour nous îliens le déconfinement n'est pas tout à fait le même: interdiction de prendre l'avion ou le bateau sauf raison impérieuse ...

    Je vous souhaite une bonne semaine et soyez prudents

     

     

     

     

     

     


    17 commentaires
  • un article de Pierre-Jean Luccioni , animateur radio et télé et écrivain qui recueille toutes les traditions  de la Corse .

     

    « E TUNDERE DI MAGHJU »
    Si le mois de mai qui commence est le mois de Marie, il est aussi celui di « e tundere» (la tonte des brebis) qui seront cette année fortement perturbées par les contraintes du confinement. « A tundera » (la tonte des brebis) était « una operata » (œuvre collective) qui a longtemps marqué la vie des communautés pastorales. Elle se situe au mois de mai, une période clé pour les bergers qui se préparent à quitter « a piaghja » pè « a muntagnà » (la transhumance). Un voyage parfois périlleux à cause des orages fréquents au mois de mai sur la route de l’estive.
    Les tondeurs se glissaient dans des grands sacs de jutes pour ne pas se salir et ils tondaient assis sur le sol. La tonte était aussi l’occasion d’accomplir de vieux rites païens ou religieux pour bénir et protéger le troupeau à la fin de la tonte. De l’eau est versée dans « u tinellu » (seau à traire), les tondeurs se lavent les mains et nettoient leurs forces (ciseaux) imprégnées de suint. À l’aide d’un goupillon, confectionné avec de la laine de différentes couleurs fraîchement tondue, le propriétaire bénit les brebis tondues en récitant « a pricàntula » (prière) à haute voix. Les formules varient selon les régions ou les bergers.
    Ces « prières » sollicitent l’aide des forces protectrices qui régissent la nature. Avec de multiples variantes, ces « pricàntule » étaient communes à tous les bergers corses.
    « Pècura bianca, pècura nera,
    Partite a mane,
    Ghjunghjite a sera,
    Criscite e empiite terra.
    Andate in valle nove,
    Manghjate erbe bone,
    Gattive un’hè manghjate,
    Crescite e multiplicate ».
    (Brebis blanche, brebis noire, pars le matin et reviens le soir, va brouter dans les riches vallées, laisse les mauvaises herbes ! Allez dans les vallées herbeuses, mangez les bonnes herbes, laissez les mauvaises, croissez et multipliez-vous !)

    Les bergers demandaient parfois au curé de la paroisse (photo, bénédiction du regretté abbé Tagliazzuca) de se déplacer pour bénir le troupeau. Dans le cas contraire, le berger « bénisseur » implorait la protection de saint Pierre, de saint Martin et surtout de Sant’Antone, le saint protecteur de référence des bergers corses

    Aujourd’hui avec les solidarités communautaires qui se distendent, les tontes sont de plus en plus mécanisées. Mais il reste encore des irréductibles qui perpétuent les traditions.

    Des équipes de tondeurs viennent du Continent pour tondre les brebis. Ces nouvelles pratiques ont vidé la tonte traditionnelle de son contenu, une tonte qui était porteuse d’amitié et de solidarité pourtant si nécessaires en ces temps de confinement. 

     

    Bon week end à tous

     

     


    15 commentaires
  •  

     

     

    Nous avons rendu hommage, modestement,   à toutes celles et tous ceux qui sont sur le front

    Les cistes bavent   de  plaisir (?) ,avant de faire des fleurs.

    Les cyclamens fleurissent dans le sous-bois.

    Les lampadaires attendent le soir pour fleurir

    Le clocher domine le village

     

    Le village au soleil du matin

     

    Pauvre objet du temps passé...abandonné...

     


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique