•  

    Fanfare pour Pascale


    Fanfare pour Pascale


    C'est nous les moussaillons de Tricotine

    Quand on est dans les croqueurs

    Aucun défit ne nous fait peur!

    Elle est parfois un peu cabotine

    Mais c'est notre capitaine

    C'est notre bonne samaritaine!

    Quand son néon nous illumine

    On est près à prendre la mer!

    C'est nous les fans de Tricotine

    Déjà, on part en croisière

    On va faire le tour de la terre!


    Brunô lui a confié la barre

    Avec sa nouvelle casquette

    Elle a vraiment un air chouette.

    Nous avons largué les amarres

    Tous derrière et elle devant ,

    Tricotine est le commandant !

    Allons matelots, tous sur le pont

    La bienvenue , nous lui souhaitons!

    La fanfare joue pour Tricotine

    De la flûte jusqu'au clairon

    De la grosse caisse à l'hélicon.

     

     Le jeudi en poésie  pour souhaiter la bienvenue à notre nouveau "capitaine" Pascale la "tricotineuse" qui  s'occupe désormais des "croqueurs de mots "link"

     


    Journée normale d'une retraitée:

    matin: jardin , aller ramasser du fumier

    Après-midi, courses à la ville,

    patchwork,   soir répétition quadrille ,

    (je ne parle pas de ce qu'on fait à la maison!)

    Comment peut-on s'ennuyer à la retraite?


    38 commentaires
  •  

    bateau

    A la manière de "hisse et ho" d'Ugues Auffrey

    Partis sur un cargo , avec bloc et stylo

    Pour Bruno, c'était si beau!

    Toutes les semaines, c'était allegretto

    Qu'on s'creusait, toujours le ciboulot!

     

    Brunô à la barre, oubliait ses maux

    Hisse et hô, sacré Brunô

    Il menait tous ses matelots

    Dans la vague bleue de l'encre des mots

      ntlm3k86

    Il part pour d'autres ports avec son vélo

    Pour Brunô c'est dolcissimo

    S'il le veut toujours nous serons là

    Pour le suivre sur le St Gotard!

      velo7

    Il part sur son vélo, nous laissant KO

    Oh! Brunô: c'est pas tango!

    D'y penser ,on a le coeur gros

    Devant le port de l'encre des mots!

     

    Il a viré de bord , sous le sirocco

    Ô Brunô, pianissimo!

    Vers Tricotine,il envoie le cargo

    Avec tous ses fans et leur stylo!

      Velo

    Il paraît que là-bas les mots coulent à flots

    Dis Brunô, c'est ton tempo?

    Sur cette île , c'est aussi rigolo

    Nous serons comme des poissons dans l'eau !

     

    Parfois ,il reviendra nous dire un « hello »

    Ô Brunô, vas-y mollo!

    Tricotine en aura des trémolos

    Et en choeur nous croquerons des mots!

     

    Tiens bon le guidon , sur ton beau vélo

    En avant , ami Brunô

    Le cargo va repartir bientôt

    Tous ensemble ,on te dit « A ciao! »

     

    velo4

     

     

    C'était un hommage à Brunô  link qui passe la main: sa communauté des "croqueurs de mots " est dorénavant gérée par Pascale la tricotineuselink


    54 commentaires
  • Pour le jeu de Brunô: link  Publier une photo de vous, ne dépassant pas l'âge de 2 ans :
    Ecrire un texte court autour du prénom,le suggérer,le faire découvrir, par le sens ou la forme .; tout ce qu'on veut  quoi ...


    moi pyjama

    Donc, me voici  : en pyjama mais élégante... avec mon noeud sur la tête!


    Mon prénom: devinez:

    Ne m'appelez plus jamais France
    Car je ne veux pas finir
    E chouée sur un quai de Californie
    Comme la vieille anglaise ...

    D'ailleurs  Ferrat, ne chante-t-il pas : "Ma France .."
    Ce n'est pas la même que celle de Sardou ..

    Que vous dire de plus:

    Je suis caline, je danse la bigine
     Je tire à la carabine
     Je plaisante, étant coquine ..
    Je mets des capelines
    Lorsque je jardine .

    Je vous conseille la farine
    Celle  qui réussit dans la cuisine .
    Je vous roule dans cette farine
    mais je n'aime pas faire la cuisine.

    Vous avez deviné?

    Et pour terminer
    voici un poème de Joachim Du BELLAY:(1522-1560)

    France, mère des arts, des armes et des lois,
    Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
    Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
    Je remplis de ton nom les antres et les bois.

    Si tu m'as pour enfant avoué quelquefois,
    Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ?
    France, France, réponds à ma triste querelle.
    Mais nul, sinon Écho, ne répond à ma voix.

    Entre les loups cruels j'erre parmi la plaine,
    Je sens venir l'hiver, de qui la froide haleine
    D'une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

    Las, tes autres agneaux n'ont faute de pâture,
    Ils ne craignent le loup, le vent ni la froidure :
    Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.


    CHEVRES4







    30 commentaires
  • J'ai une copine qui s'appelle Anicet; elle porte ce prénom en souvenir de sa grand-mère; donc il peut être féminin aussi

    barbie
    C'est le prénom du mercredi chez Bigornette:link

    Je vais vous parler d'Anicet:
    C'était un petit  gringalet
    Qui avait la tête près du bonnet .
    Il ressemblait à un flageolet
    Qui aurait poussé loin de l'Adret

    Il avait le caractère aigrelet
    Ne le déridait que le Guignolet:
    Au bout de quelques gobelets
    Il grimpait sur un tabouret
    Et discourait comme un sous-préfet!

    Un jour,il parla  un peu trop net
    Et fut obligé de fuir Bagnolet
    Il embarqua pour Tamanrasset
    Du côté de la wilaya de Tiaret.
    Se faire oublier un tantinet.

    Si vous passez  par là en juillet
    Vous pourrez apercevoir un mulet
    Portant sur son dos un bédouin blet
    Qui baragouine  un raï  guilleret
     Bien sûr , c'est notre ami Anicet!
     israel-eilat-negev ~F0026912

    31 commentaires
  • flamenco

    Ma chère Epistème

    je vous écris du trente-sixième*

    Non pas dessous, mais étage

    Je sais qu'il n'est pas d'usage

    De se mêler des problèmes

    De ses voisins ; mais le cas

    Est extrême: Malgré le carême

    Qui commence aujourd'hui,

    J'entends danser des phonèmes,

    Des graphèmes, dès que le soleil fuit!

    Vos pieds cambrés, de madrilène

    Les accompagnent joyeusement!

    Tous les matins, j'ai le teint blême ,

    Les yeux battus ,la tête à l'avenant!

    Je crains que mon plafond crème

    Que je surveille assidument,

    Ne s'effondre comme un écosystème!

    Sous les assauts de vos flamencos!


    Epistème,

    je dois avouer que je vous aime

    Malgré le bruit de vos sabots .

    Chaque soir je rêve de pénultièmes

    De chants d'amour ,et de nuits chaudes

    Mais hélas, vos danses bohêmes

    Occupent seules votre vie!

    Avant que mon plafond lui-même,

    Ne s'écroule sur mon coeur asservi

    Epistème

    Répondez-moi d'une talonnade,

    Et je monterai ,instant suprême

    Je vous porterai l'estocade

    Et au diable le carême!!

     

     

     

    fla

     

    c'était le prénom du mercredi chez Bigornettelink

     


    52 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique