• Pour la communauté de Brunô: "les croqueurs de mots"
     http://lencredesmots.over-blog.com/


    Cette semaine le   défi est: écrire un texte avec le maximum de mots qui commencent par la lettre "S"

     Ce défi  m'a rendue sérieuse  comme un pape qui fait une bulle : voici mon texte  : préparez les mouchoirs !

    Le sablier  coule, savoir  saisir
    Le sable passé , souffrances , soupirs
    Mais souvent, sourires , souvenirs

    Sensation sombre, sanate inachevée
    Sillons de vie sur un soi  usé 
     Sens  en sourdine  , sous soif soupirée.


    Sente descendante , sans souci de  retour
    Sentier sine die , sans  sortie de secours
    Sous le sablier , pas d'ultime recours

    Sablier du  temps, sablier  assassin
    Solde en sisal , ce qui fut satin
    Songes sénescents,  sentiments incertains

    Jadis,  sarabande, , puis seul(e) avec soi 
    Et le silence  sourd, s'insinue , sournois
    Sur les sages  souvenirs  saveur sépia


    25 commentaires
  • Pour la communauté  de Brûno ":les croqueurs de mots"

    http://lencredesmots.over-blog.com/article-35455155.html

    Défi N°1 : écrire un texte qui comprendra les chiffres de un à dix (Ià 10) : utilisez toutes les formes d'expression désirées  (texte, photos, peinture . créations .)

     

    Moi qui suis nulle en maths

    Voilà qu'un psychopathe*

    Me demande de compter

    De un à dix : vous imaginez

    Le stress que cela me donne?

    Dans ma tête ça bouillonne

    Ca se bouscule, ça s'additionne:

    Les trois mousquetaires étaient quatre;*

    Dois-je recompter ces bellâtres?

    Et on m'a dit que les deux orphelines *

    N'aimaient pas avoir de copines!

    Pourquoi faire un club des cinq pourtant? *

    Les six samouraïs* arrivés entre-temps

    Ont chassé les sept mercenaires *

    Qui ne se sont pas laissé faire!

    Mais à cause de huit femmes * incrédules,

    J'ai dû faire la preuve par neuf, *c'est ridicule ,

    Que les dix petits nègres *du roman d'Agatha

    Etaient blancs comme neige, comme elle le déclara!!

    Et avec tout cela , j'ai oublié de me compter

    Moi qui suis une , seule et unique ,comme vous savez!!

     PS:

    Pardon Bruno(mais non, tu n'en es pas un; c'est juste pour la rime !!)

     

    A. Dumas

    Pièce de théâtre d'E Cormon et A. Dennery

    série de Enyd Blyton

    Roman de S. Waxman

    Film de John Sturges

    Film de F. Ozon

    Preuve de la justesse d'une division (l'horreur!)

    A.Christie

     



    58 commentaires


  • Une petite coccinelle

    Etait amoureuse d'une sauterelle.

    Elle se mourait d'amour pour elle,

    Qui en sautillant, tournait autour de la belle !


    -"Cela ne peut pas durer "décida le bourdon

    "J'en ai le cafard! J'exige une réunion

    De notre conseil d'administration"

    -"On vote à patte levée " demanda le frelon!


    Et l'on vit ainsi toute une assemblée

    de bestioles se concerter:

    - »Bzzz..il faut les séparer"

    tempêta le gros scarabée!


    - » Bzzz .. je vous trouve bien sévères

    ricana une mouche en guêpière.

    Seriez-vous jalouses, mesdames les commères?

    Mêlez-vous de vos affaires!! »


    -"Vous , au lieu de voler mon miel

    Allez faire vos pâtés ailleurs, dit l'abeille !

    Un grillon passe encore , mais pas elle!!"

    -"D'accord "dit le papillon: -"matons ces rebelles"


    Le moustique , taquin, tiqua un peu:

    - »Le poisson et l'oiseau ont été heureux

    D'après la chanson: moi je leur offre mes voeux ! »

    -"Moi je vais chanter pour les amoureux"


    Décida la cigale , toujours prête

    Quand il s'agit de faire la fête ! 

    - »Tant pis si ma réputation est faite

    Dit la fourmi: ce soir je perds la tête !

    Vive les amoureux et soyons bêtes!!

     

     

     Un peu en avance, pour le thème de la semaine chez Dana : les insectes, et les bestioles de l'été

     http://la-tribu-de-dana.over-blog.com/

     

     


    29 commentaires
  • Le grand dadais et le curé


    Un grand dadais méchant comme une teigne

    Semait la terreur en distribuant des beignes.

    Il se prenait pour le roi de sa banlieue

    Mais un jour il rencontra le Bon Dieu

    Grâce à un brave curé de campagne

    Qui prêchait : « non à la castagne! »

    Bientôt,le dadais ému par la bonne parole

    Décida de ne plus faire le mariole!

    De s'adonner , mais oui,à la non-violence

    Pour un an seulement ,et de faire pénitence.

    Mal lui en prit: toutes ses victimes

    poussées par une rancune légitime

    Le maltraitèrent à leur tour : coups et injures

    Tombèrent sur le dadais ,du mal ,parjure!

    Si bien que le pauvre gars, l'année écoulée

    N'avait plus que ses yeux pour pleurer!

    Le curé , s'étonna, revenu en ces lieux:

    - »Je t'avais dit : »plus de beignes »

    Mais pas: ne plus être une teigne!! »

     

    Moralité

    «Etre gentil et non violent , c'est bien ;

    Mais trop, c'est passer pour un crétin!

     

    Ecrit pour le jeu " redécouvrir les  fables de la Fontaine " chez "Ecureuil bleu"

    http://unebonnenouvelleparjour.over-blog.com/

     


    47 commentaires
  •  Pour le thème des reflets  de chez Dana

    http://la-tribu-de-dana.over-blog.com/


      Près du bassin de ma jeunesse
    La source me faisait des caresses
    Sur les bras et sur les mains .
    Son eau coulait  en chantant :
    "Souviens-toi du bon vieux temps;
    L'été ,je vous racontais des histoires
    Je vous disais qui venait boire
    Les papillons légers , écervelés
    Les ânes graves , toujours pressés
    .Les hommes   s'asseyaient pour souffler
    Essuyant la sueur  sur leur front ridé .
    Les femmes  venaient   près de mon eau
    Discuter, rire, remplir leur seau:
    Sur leur tête il avait fière allure  
    Instant de joie dans leur vie si dure !
    J'ai fermé les yeux , j'ai revu mon enfance
    Le temps béni de l'insouciance...
    Tout à coup , j'ai senti l'eau frémir
    Et j'ai vu comme dans mes souvenirs
    Une petite grenouille , plonger 
    Dans le petit bassin,  très affolée .
    Mes souvenirs l'avaient dérangée !
    Entre deux eaux , elle s'est figée.
    Je suis partie sur la pointe des pieds 
    Laissant la maîtresses des lieux 
     Gardienne des souvenirs heureux!


     

     


    44 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique