•  

     Les

    Cabardouche , toujours à la tête des "croqueurs de mots" ,nous demande: A la manière de Sophie Barbaroux. Composez une poésie  en utilisant des proverbes et des expressions connues.

     

    Colin Maillard

    Il est fort comme un turc

    Et sourd comme un pot

    Mais toujours

    Tiré à quatre épingles

    Il a un appétit d’oiseau

    Et un cœur d’artichaut

    Un œil de bœuf

    Une taille de guêpe

    Mais vraiment

    Menteur comme un arracheur de dents

    Devinez ?

    C’est à vous maintenant

    De suer

    Sang et eau

     

    Il est fier comme Artaban

    Alors voici :

    Il est fier comme Artaban

    Et droit comme un » I »,

    Mais une tête à claques.

    Et des yeux de merlan frit.

    Il mange comme quatre.

    Et boit comme un trou.

    Curieux comme une belette,

    Il joue avec le feu.

    Il me met la tête à l’envers.

    Alors, si vous voulez bien

    Je vous laisse

    Tête à tête avec lui

    Et je m’en lave les mains.

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

    Brune brame au clair de lune

    Non, qu’elle se prenne pour une biche

    Mais ,elle crie  sa rancune,

    Elle en veut à ses parents riches

    Qui ,le jour  où elle est née

    Pour son unique cheveu

     Comme des coqs se sont disputés,

    Sur  sa couleur un peu dégueu.

    Finalement ils l’ont appelée Brune .

    Hélas , à son plus grand désespoir

    Elle est blonde comme  un encensoir

    Un jour  de grand messe à Béthune.

    Alors, ils lui chantent  tous les soirs,

    Pour lui redonner de l’espoir(mais ils chantent faux )

    « Les brunes ne comptent pas pour des prunes ! »

    J'espère que ses petits camarades la consoleront à la cour de récré de Jill Bill


    18 commentaires
  • Les Cabardouche

    à la barre des "croqueurs de mots " nous propose le défi suivant :

     

    Au pays de PADI-PADO on a supprimé tous les "i" et tous les "o". ( c'est pour ça que le roi de là-bas s'appelle R ) . Racontez une visite au zoo de PADI-PADO sans jamais utiliser, ni la lettre "i" ni la lettre "o". Vous décrirez ainsi un ou plusieurs animaux.

     

     

     

    Au zoo de « padipado » j’a(bon d'accord je triche )   vu une autruche cacher  sa tête dans le sable :  ne pas entendre un macaque" parler "  fleurette à  un chameau .

    Dans une allée  ,une gazelle   danse : un jaguar la regarde en pensant :    -« je la saute ?  Je la mets  dans le four ? « 

    La perruche , sur le nez du léopard  , n’en perd pas une !

    -«   Ce méchant  jaguar, je l’escagasse avec le  bec et le franc parler  ! « 

    Le hamster, dans l’herbe, saute haut   sur la queue  du varan  très pressé de manger la pauvre mésange ,paressant  sur le banc bleu.

     

    A l'angle du parc , j'avance  nez à nez   avec  un éléphant : aaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh ! Peur ? Heu …Juste prudente,  je prends mes jambes à mes bras  et je pars   sans lever la tête .

     

    Là-bas, sur l’arbre  le paresseux ,  écarte une branche et regarde le zèbre  chercher ses rayures …

    Le puku  se demande : cette galère  va-t-elle durer ? Pas plus que cela : je rentre à la case et c’est assez . Basta !

     

     


    29 commentaires
  • C'est bizarre: je reçois des mails qui me proposent des métiers, des formations pour mon avenir : Je croyais qu'il était derrière moi  pour une grande partie ...  Mais, je me trompe peut-être ?

    Je pourrai essayer de devenir  bandit  des grands chemins :

    ou bien marcheuse perpétuelle comme lui  qui parcourt toute la Corse sans s'arrêter

     

    Ou ...marchande faisant la sieste

    Il faut que je réfléchisse encore :je le ferai dans le bateau demain soir ,pendant la traversée vers le continent

     

     

     


    18 commentaires
  • Un peu débordée ces jours-ci car j'ai des tas de choses à faire avant de franchir la mer pour quelques jours.

    Et hier ... Un pneu crevé à midi;tous les garages fermés, ma manivelle en croix disparue : je me suis prise pour Claimero et j'ai eu soudain envie de faire comme lui :

    Tout est rentré dans l'ordre après une journée perdue

    Et voilà Chrysole qui s'invite à la cour de récré de Jill Bill

    Chrysole,  pourquoi tu te gondoles ?

    Ton rire est un peu agricole…

    On dirait un touriste qui rissole

    Sous le soleil de la « costa brava « espagnole !

    Tiens-toi un peu nom de nom.

    Sors donc de derrière les buissons.

    Je t’ai entendu rire à gorge déployée.

    Comment ça , -« c’est à cause du curé         ? »

    Tu es dans un enterrement quand même.

    Tu vas être accusé de blasphème.

    Quoi ? Le curé ? Il a un trou dans sa soutane

    Et son caleçon qui se pavane ? !

    Oh ! Chrysole ! Hi !Hi ! Ce n’est pas sérieux !

    Montre-moi, que je rie moi aussi un peu !

     

     

     


    23 commentaires