•  

    La Madunuccia à Ajaccio

    (photo du net )

    Pour changer, je vais vous parler d'une coutume religieuse qui se déroule en mars à Ajaccio  et qui est une grande fête  pour les habitants de cette ville.

    (J4ai  pris quelques renseignements sur le net   ,pour compléter ce que je connaissais

    Chaque année les cérémonies de la Madonuccia (prononcer Madonoutcha) durent deux jours, selon un rituel inchangé depuis 1656 ! Cette année là, plusieurs régions de l’Italie actuelle sont touchées par la peste, notamment la ville de Gênes. Or à cette époque, la Corse est génoise et des navires en provenance de Gênes sont en vue. Toute la population d’Ajaccio se met alors à prier Notre-Dame-de-la-Miséricorde, du nom de la vierge miraculeuse de Savone apparue un siècle plus tôt à un paysan ligure. Les habitants improvisent une procession à l’intérieur des remparts. Le miracle se produit enfin, des vents porteurs éloignent les bateaux génois des côtes et la ville est sauvée de la peste.

     

    Le vœu des Magnifiques Anciens

     

    Le 16 novembre de cette année-là, la Magnifica Comunità(les magnifiques anciens ) et le Conseil des Anciens, réunis dans la salle del publico palazzo, proclament la Vierge de la Miséricorde patronne de la ville et prennent l’engagement perpétuel de la fêter chaque 18 mars. C’est le vœu des « Magnifiques Anciens ». Les édiles municipaux vont alors faire édifier une chapelle de Notre-Dame de la Miséricorde dans la cathédrale d’Ajaccio, point de départ et de retour de la grande procession du 18 mars.

     

     La veille de la fête, la place des Palmiers sera éclairée par des centaines de cierges et de lumignons déposés dans la journée par toutes les générations d’Ajacciens. Avec les bougies mises aux balcons et aux fenêtres, c’est tout le cœur du vieil Ajaccio qui brûle à la nuit tombée. Sur la façade d’un immeuble de la place, une niche abrite la statue de la Madonuccia. L’inscription latine « Posuerunt me custodem » rappelle : Ils m’ont placée là pour que je les protège.

     

    Le conseil municipal avec le maire ,qui représentent  « les magnifiques anciens «   et toutes les personnalités officielles  assistent à la messe  le 18 mars et à la grande procession qui traverse la ville.

     


    13 commentaires
  • Mais non ! Je n'ai pas photographié la route  .J'ai photographié mon village. Vous ne le voyez pas? Mettez bien vos lunettes sur le bout du nez et regardez sur la montagne...Tout là-haut... Vers la droite ... Oui,il est là...Dans le creux de la montagne ....(si vous cliquez sur la photo ,vous le verrez mieux )

    Si vous fermez les yeux(après avoir vu mon village ) vous sentirez le parfum des derniers brins de mimosa  qui ne sont pas encore fanés...malgré les quelques flocons qui tombent ce matin.

     

    -"Moi, sur mon tas de coussins ,je me fiche de la neige  ",ronronne Jean-Claude (c'est pourtant une fille)

    Je vous souhaite une bonne fin de semaine

     

     


    20 commentaires
  • Obeline est dans le métro

    Obeline  est dans le métro

    Pour descendre station Waterloo

    Elle porte à bout de bras

    Une tarte à l'ananas.

    Elle va voir son frérot

    Qui l'attend sur le quai là-haut.

    Il la voit passer et repaser

    Sans jamais s'arrêter.

    Obeline   est affolée :

    Comment descendre à Waterloo

    Sans sauter du métro?

    Elle actionne l'alarme

    Se précipite presque en larmes

    Mais les portes se referment

    Telles, un pachyderme

    Sur la tarte à l'ananas,

    Qui se transforme en crêpe  ananas

    Moralité: quand on prend le métro

    Il ne faut pas descendre à Waterloo !

    Une élève un peu distraite  pour la cour de récré de Jill Bill

     


    20 commentaires
  • Ma nouvelle paire de lunettes n'est pas encore prête ... Je me sers d'une paire de "loupes" achetées dans le commerce en attendant ; c' est un peu compliqué car je me suis aperçue que j'y vos mieux de loin que de près avec ces "lunettes" .

    Je peux toujours  mettre l'ordinateur à 2 mètres et appuyer sur les touches avec un bâton , genre 'gratte-dos"  chinois...

    Mais je garde le moral  !

    Cela ne fera qu'une paire de plus qui est passée sous les roues d'une auto. Mes lunettes ont une fâcheuse tendance à  vouloir braver le danger lorsqu'une auto passe par là  .Hélas, elles y laissent leur ...monture bien souvent .

    Quand j'étais à Madagascar , je n'avais pas besoin de lunettes si ce n'est des lunettes de soleil.

    Ni quand j'étais à Mayotte

    Ni quand j'étais à Djibouti (C'est là qu'est né mon plus jeune fils )

     


    17 commentaires
  •  

    Je vais vous parler d'un livre , écrit par une blogueuse  talentueuse  Martine Martin -Cosquer  qui n'en est pas à son coup d'essai.

    Son nouveau livre: "Souviens-toi du bus96" :

    C'est l'histoire d'un jeune policier au coeur tendre,mais oui, cela existe d'autant plus qu'il a une maman  , comment dire...Une vraie maman juive  (comme les mamans corses) , qui veille sur lui  ,sans doute plus qu'il ne voudrait .Mais ils s'adorent ces deux-là.

    Adam se sent un peu seul lorsqu'il rentre chez lui et il décide de tenter sa chance  sur  un site de rencontres .

    Et là, c'est l'aventure avec un grand "A "!

    Avec en fond de décor, des attentats  qui ont fait l'actualité,  il va être entraîné presque malgré lui dans une spirale  d'évènements  dont il ne sera plus maître.

    Entre un amour ébauché et un futur incertain, il ne va penser qu'à une chose: la vendetta ...

    Cela va le mener de Paris aux Sables-d'Olonne  jusqu'à Nice  où l'attend un 14 juillet sanglant . Page après page,on s'attache à ce personnage  et  on espère qu'une chose: qu'il s'en sorte. Je ne vous en dirai pas plus car la fin est surprenante .

    Un livre très vivant , écrit avec talent . Je vous le recommande


    17 commentaires