• Le jeu des acrostiches  chez Lenaïg, en attendant le retour de Jill Bill .

    Acrostiche: enluminure

    En raison du retour de la neige

    Nouveau paysage  blanc-beige

    La nature a attrapé un rhume !

    Ultime sursaut  d'une saison posthume !

    Mais faut-il que je transhume ?

    Il faut beau dans le grand nord !

    Non, je n'aime pas les fjords

    Une fois n'est pas coutume

    Retrouver le soleil  qui m'est indispensable

    Est  -ce un voeu bien raisonnable ?

     

    Il tombe des flocons de neige , qui heureusement ne tiennent pas; mes fraises vont tourner de l'oeil les pauvres !

    Acrostiche: enluminure

     


    24 commentaires
  •  

    Quand le soleil  couchant, entre deux nuages,met le feu aux rails....

    La cheminée de la briqueterie  désormais éteinte pour toujours, semble  vouloir se réveiller  pour impressionner la petite église  au style  mexicain ...

    Le village est déjà dans le noir mais le nuage plane au-dessus...

    Quand on essaie de faire des photos en roulant , ça donne cela ...

    Je vous souhaite un bon dimanche

     

     


    19 commentaires
  • Sur une idée de Lenaïg,décliner un acrostiche  : illuminations

    Il était une fois la nation

    Les hommes en ont pris possession

    Les femmes ont été effacées

    Unis , eux, pour les inégalités.

    Mais  , tenaces , elles ont lutté

    Intrépides,elles se font une place

    Naissance d'une nouvelle race

    Avenir plus radieux ,nouveau destin

    Tenir sa destinée dans ses mains

    Il y a cru le général :" votez mesdames"

    Oser réparer l'injustice sans drame.

    Nous tenons notre avenir dans nos mains

    Saluons cet anniversaire ,joie,fête et tout le tintouin ...

    Cette année c'est l'anniversaire du droit de vote accordées aux femmes , sur l'incitation du général De Gaulle


    20 commentaires
  • Jazzy ,à la barre des "croqueur de mots" pour cette quinzaine, nous propose :

    "centons pour le lundi 6 mai . Attention, je n’ai pas dit santons,  pas question de manipuler ces fragiles figurines en argile des crèches provençales. Non, laissez moi vous expliquer, dans la Rome impériale on appelait “cento” les morceaux de tissu dépareillés que cousaient les légionnaires afin de se fabriquer un sous – vêtement qui puisse leur tenir chaud sous la cuirasse de métal . Par analogie le centon est un jeu littéraire qui consiste à composer un poème original à partir de vers empruntés à divers auteurs . Centons donc ( pas sous la pluie j’espère  ) au mois de mai comme il vous plaira , poème, histoire ou chanson, libre à vous.

    Défi N°220 :que sont mes amis devenus ?

    Que sont mes amis devenus ?

    Dites-moi où, n’en quel pays ?

    J’ai reposé mon front, sur mon fusil sans poudre

    Tous les preux étaient morts, mais aucun n’avait fui.

    Le ciel est par-dessus le toit,

    Si bleu, si calme.

    Caïn ne dormant pas, songeait au pied des monts :

    - Où fuyez-vous Madame ?

    -Cueillez, cueillez votre jeunesse !

    Quand vous serez bien vieille , au soir à la chandelle :

    Peindre d’abord une cage,

    avec une porte ouverte  …

    -Au voleur ! au voleur ! à l’assassin !

    -Adieu l’étang et toutes mes colombes …

    - Aimez-vous à ce point les oiseaux ?

    -Bon appétit messieurs !

    On n’est pas sérieux quand on a dix- sept ans :

    Priez pour le pauvre Gaspard :

    Ses ailes de géant l’empêchent de marcher !

     

     Auteurs: Rutebeuf, Vigny,Lamartine,Verlaine, Hugo,Ronsard,Prévert, Racine,Molière,Jacob,Raimbaud

     

     

     

     

     

     


    21 commentaires
  •  

     

     

     

    Reconnais-toi Cette adorable personne c'est toi Sous le grand chapeau canotier Oeil Nez La bouche Voici l'ovale de ta figure Ton cou exquis Voici enfin l'imparfaite image de ton buste adoré vu comme à travers un nuage Un peu plus bas c'est ton coeur qui bat.

    Guillaume Apollinaire, extrait du poème du 9 février 1915, (poèmes à Lou).

    Louise de Coligny-Châtillon, de son vrai nom Geneviève Marguerite Marie-Louise de Pillot de Coligny, née le 30 juillet 1881 à Vesoul et morte le 7 octobre 1963 à Genève (Suisse), est l'une des premières aviatrices françaises.

    Elle fut de fin septembre 1914 à mi février 19151 l'objet de l'amour fou de Guillaume Apollinaire, que Marie Laurencin avait rejeté deux ans plus tôt, et lui a inspiré Poèmes à Lou

     

    Pour les "croqueurs de mots": un poème en calligramme, proposé par Jazzy  ,personnel ou choisi

     

     


    22 commentaires