•    Jeanne du blog "fadosi" est à la barre des croqueurs de mots pour cette quinzaine.Elle nous propose :

      "Racontez ou inventez les temps forts d'une heure de votre vie en un minimum de mots. (Idéalement au plus l'équivalent d'une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères).

    18 h , un vendredi soir ,comme les autres , non pas tout à fait. Nous allons chanter devant plus de 800 personnes . Le chef a dit :

    -"Tout le monde doit être là à 18 h."

    Malgré tout, je vois arriver en courant  trois choristes retardataires  dont l'une manque se tordre une cheville  ,perchée sur des talons vertigineux.

     Cela me rappelle que j'ai oublié d'enlever mes baskets .Je repars en courant jusqu'à la voiture .Je repars en bas  pour faire plus vite, sous le regard étonné de deux légionnaires , et je me chausse au pied de la scène .

    La mer est derrière nous, il fait frisquet.

    L'un des choristes , s'approche du chef et lui dit:

    -" J'ai le vertige , je ne peux pas monter sur les marches ." (Les hommes sont derrière les femmes , sur des  petits escaliers )

    Le chef , lui lance un regard noir , et lui dit de rester près des femmes.

     18h 30 :Tout le monde est en place, on échauffe nos voix,les techniciens  font les ajustements  avec le son.Ils nous font recommencer sans cesse.

    On entend de temps en temps:

    -" Tu n'as pas un gilet noir (nous sommes habillés en noir)  à me prêter ? " Certaines sont venues en tenues légères .non voyons pas trop légères, tout de même !

    Le stress monte , le chef transpire malgré la petite brise fraîche  .

    La musique de la Légion arrive  au pas .On admire les jolies tenues, les beaux garçons, instruments. 

    On recommence les essais avec eux pour une chanson finale commune .

     

    Les gens arrivent  de plus en plus nombreux.Il y en a partout: sur les chaises (normal ) debout, sur les rochers (nous sommes sous la citadelle de Calvi ) ,sur les figuiers de Barbarie ( ils ont la peu dure ceux-là ),  sur des pierres  , sur l'eau (non, ceux-là ,ce sont ceux qui surveillent  ), des galonnés , des officiels,  plus ou moins importants , les habitants de la cité et d'ailleurs, des touristes ...

    19h : c'est le moment . Le concert commence . On oublie tout et on donne le meilleur de nous-mêmes. Notre récompense:

    Les applaudissements  bien nourris et plusieurs personnes nous ont dit qu'ils avaient eu les larmes aux yeux  pendant certains chants.

    C'était le 50 ème anniversaire de l'arrivée du 2ème REP (régiment étranger parachutiste) à Calvi

     

     

     

     

    -"

     


    28 commentaires
  •  

    Quand les cyclamens fleurissent dans les prés,

    C'est l'automne qui montre le bout de son nez.

    Quand les mamies sont dans la rue

    C'est parce qu'elles sont repues .

    Quand la statuette est de nouveau entière,

    C'est que, douce, est l'atmosphère.

    Quand le jour va se lever,

    Il est temps de se bouger !

    Je vous souhaite un bon week end .Il sera chantant et dansant pour moi.

     

     


    29 commentaires
  • Vous voyez là-bas Conogan ?
    Celui qui porte un catogan ?
    C'est lui qui sent  fort l'origan.
    Il le cultive dans une serre
    Dans sa cuisine, dans un verre,
    Sous son lit, dans son salon,
    Il y en a aussi dans ses chaussons.
    C'est son haschich, son héroïne,
    Son opium,   sa nicotine
    C'est sûr: le jour où il mourra,
    Même dans sa tombe,il y en aura .

    C'est cet élève au goût étrange, qui arrive ce matin dans la "cour de récré" de Jill Bill

     

     

     

     


    28 commentaires
  •  

    Elles sont belles mes lunettes ?

    Un jour j'avais écrit que ce n'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut se taire .

    Cela est toujours d'actualité. quoique ... J'en ai des choses à dire mais , mon ordinateur, ne veut rien entendre.

    Le petit oeil  là-haut à gauche se met à tourner, à tourner : je crois même qu'il me nargue :"

    -Ah ? Tu n'as rien à dire ? Alors tourne sept fois ta langue avant de dire quelque chose , le temps que je m'arrête de tourner "

    A vrai dire, je le laisse dire  ;je ne vais pas me laisser impressionner par l'oeil de Caïn  .Je ne vais même pas dire pis que pendre de cet oeil qui m'observe  et me fait perdre patience.

    Comme dit l'autre, celui qui observe de trop haut risque de tomber sur un os  déterré par un chien errant, sans collier, et de finir à l'hôpital du coin , (ici le coin est assez loin )avec un   oeil au beurre noir et quelques dents en moins.

    Cela ne veut rien dire ? C'est vous qui le dites, pas moi .C'est proverbe de Ouagadougou qui vient de sortir; absolument ! Si je vous le dis ....

    Et puis,je ne me laisse pas déstabiliser par le qu'en dira-t-on  .Mais il va sans dire que je vais tenir compte de vos commentaires .Ce que vous dites est précieux pour moi .Oui, oui, je vous le dis sincèrement.

    Bon assez parlé . Puisque je n'ai rien à dire , je m'en vais vous visiter. Très bonne semaine à vous toutes et tous .

    J'ai eu le grand plaisir de rencontrer ABC

    (Annick) du blog "le jardin des mots "  ; elle est montée au village  et nous avons passé un très bon moment  à bavarder   comme de vieilles copines. Une belle rencontre .(Bon, je me répète  ).

     

     

     

     

     

     

     

     


    21 commentaires
  • Vous savez que notre cher président, a décidé d'augmenter la CSG  des retraités, bien sûr ; donc aujourd'hui, on manifeste . Les retraités sont considérés comme des nantis   , ce sont toujours eux qu'on trouve lorsqu'il s'agit de prendre de l'argent pour mieux le gaspiller  en le distribuant à tort et à travers.

    Alors je lance un appel solennel:
    -" Camarades retraitées, retraités , unissons-nous: ne nous laissons plus faire : envoyons, nos dentiers,(pas de soucis : nous n'aurons plus rien à manger bientôt ),nos lunettes, nos prothèses , nos bonnets de nuit, nos vieilles pantoufles .... nos couches ( (pour ceux et celles qui en ont besoin ):vous savez celles dont on voit la pub en permanence à la télé aux heures des repas . Tout cela,on l'envoie  à l'Elysée ...

    Ce jeune président qui veut  s'occuper des sans-dents ... Ah ça ira, ça ira,ça ira ......

    Le jeunot qui nous sert de président, n'y attachera sans doute pas d'importance, lui qui a un bon salaire .Mais se femme, qui est retraitée aura peut-être pitié de nous et elle lui en touchera un mot ?

    On peut toujours rêver...

     


    27 commentaires