•  

     

    Dolard est un grand bavard ;

    Il aime aussi la bagarre

    Si vous le voyez avec un coquard,

    Ne lui dites pas qu’il est bizarre.

    Il se mettrait aussitôt  en pétard !

    Cela ferait du tintamarre

    A la  récré avec les moutards ;

    Maîtresse Jill  dira : »-j’en ai marre  !

    Vive les vacances , bande de cabochards !

    Et pour la rentrée, ne soyez pas en retard !

     

    Bonnes vacances à tous les élèves de la cour de récré de Jill Bill et merci à elle, de nous avoir supportés tout au long de l’année .

     

     

     


    13 commentaires
  • Le charme des vieux lavoirs d'autrefois.

    Il y avait au village un jeun homme ,un peu simplet , dont le père était boucher;.

    Il arrivait avec une montagne de tabliers tachés de sang, en plus du reste  . Et , il lavait son linge   parmi les femmes .

    Le problème , c'est que cela durait 3 heures au moins entre le lavage et le rinçage. Ainsi, tout le monde attendait avec impatience qu'il ait fini de rincer son linge .

    C'était la course, pour arriver avant lui au lavoir , afin de ne pas être bloquées trop longtemps ,par Benjamin.(C'était son prénom)

    Cela faisait des histoires à n'en plus finir ,mais Benjamin  ne se laissait  pas intimider .

    Pendant ce temps, à la belle saison, nous jouions  pas loin de là, près du ruisseau, à attraper les papillons .

    Je me souviens des draps blancs  étalés sur l"herbe , avec leurs reflets bleutés , car ils étaient rincés avec une sorte de boule bleue . Je ne sais plus ce que c'était .

    Bonne semaine

     

     


    13 commentaires
  • L

    La pollution du Sahara arrive jusque dans nos montagnes  :on avale de la poussière sablonneuse... Cela arrive de plus en plus souvent

     

    Heureusement que l'immortelle aux nombreuses vertus  ne se laisse pas impressionner par  le Sahara !

    La pleine lune non plus ...

    Et moi, je vais aller méditer sur mon fauteuil presque centenaire ....

    Je vais d'abord y mettre deux coussins pour faire plaisir à mon popotin ....

    Je vous souhaite un bon week end

     


    17 commentaires
  •  

    Circé, ne fais pas ta mijaurée :

    Ton manège, je l’ai repéré.

    Tu les attrapes dans ton filet

     D’un simple clin d’œil énamouré.

     

    Ils tombent comme des mouches

    Les employés du restaurant .

     Mais au mien, pas touche :

     Car je te mets le nez dans les nouilles,

    Tes cheveux dans la sauce rouille

    Ta bouche dans le  fondant chocolat

    Et tes nénés en œufs sur le plat .

     

    Tu as  bien compris Circé ?

    Passe au large de mon Dédé !

     

     

    Méfiez-vous de cette tombeuse qui arrive dans la cour de récré de Jill Bill

     

     

     


    19 commentaires
  • Cette plante bizarre , menace-t-elle notre clocher ?

    Nous sommes en été; c'est pour cela que je deviens paresseuse ...La chaleur est arrivée  avec la pollution qui vient du Sahara : on nous demande de ne pas faire de sport...Donc , je ne fais rien : écrire, c'est faire du sport avec les doigts...

    De plus j'ai les doigts de la main gauche qui vont plus vite que ceux de la main droite : cela m'oblige à rectifier les mots  car j'écris des lettres avant les autres .

    Je ne souffre pas de dyslexie tout de même , en vieillesse ? Après tout ,il ne faut plus s'étonner de rien ...

    Il vaut mieux aller à la plage , mais dans l'ouest car à l'est nous avons été pollués par un bateau pirate.

    Entre le ciel et la mer, on ne sait plus où se réfugier !

    Pourquoi pas au restaurant ,mais en choisissant bien son menu , comme eux ?

    Et bonne fête aux papas !

     

    Et une chanson tristounette pour rendre hommage à un papa : "babbu" (papa )

     

     Sous le vieux châtaigner

    Papa s'est allongé

    Avec sa casquette sur les yeux

    A l'ombre et  tranquille

    Mais comme c'était son destin

    Il ne s'est plus réveillé

    Il est parti dans l'autre monde

    Sans angoisse et sans  inquiétude

    Ayant pour ce voyage

    Moins de 68 &ans

    Aujourd'hui papa s'est éteint

    Comme un feu de la st Jean

     

    Il n'y a pas de plus grand deuil

    Que de perdre son compagnon

    Mais pour toi quel malheur

    Ô maman combien je te plains

    C'est toi qui l'a trouvé mort

    Sous le vieux châtaigner

    C'est toi qui l'a trouvé mort

    Sous le vieux châtaigner

     

     

     


    14 commentaires