• Demain  dimanche, je participe à un marché de Noël pour notre atelier de loisirs créatifs.

    pis.jpg

    Pensées :

    Je me demande si, à terme, le changement climatique finira par avoir des conséquences irréversibles sur les pizzas 4 saisons...


    Mieux vaut être une vraie croyante qu'une fausse sceptique.


    Ma femme me traite comme un Dieu. Elle oublie totalement mon existence sauf quand elle a besoin de moi.


    Pour s'endormir, un mouton ne peut compter que sur lui-même. 

    (envoyées par Nina  )

     

    Il existe un professorat de langue et culture corse : ce groupe de chanteurs corse, se moquent de ces profs.

     


    36 commentaires
  • rhume-mono.jpg

     

    Un type dit à son copain :
    - Chaque fois que je m’engueule avec ma femme, elle devient historique !
    - Tu veux dire hystérique !
    - Non, historique ! Elle se souvient de tout ce que j’ai fait de travers… du jour… et de l’heure !

     


    Un peu de guitares  : allez on danse!

     

     


    30 commentaires
  • Pido: Bienvenue en Corse

     

     


    22 commentaires
  • Lors d'un congrès de violonistes, deux musiciens bavardent, un Parisien et un Marseillais.

    Tous les deux sont fiers de leur talent.

    > Le Parisien dit :

    -" il y a 2 semaines, j'ai joué un concerto dans la Cathédrale Notre-Dame de Paris devant 6.000 personnes. J'ai tellement mis dâémotion en jouant, que j'en ai fait pleurer la Vierge Marie ".

    > Le Marseillais réfléchit, puis répond:

    -" Moi, la semaine dernière, j'ai joué devant plus de 10.000 personnes dans la basilique de Notre Dame de la Garde à Marseille. A un moment, j'ai vu Jésus se décrocher de la croix et venir vers moi.

    Alors là, je me suis arrêté de jouer, et dans un silence de mort, il s'est approché de moi et m'a dit :

    -" Minot, je te préviens, tu as intérêt à bien jouer!

    Surpris je lui dis :" mais oui Seigneur, mais pourquoi tu me dis cela ?"

    Et il m'a répondu :

    > -" Parce que la semaine dernière, lors d'un concert à la cathédrale Notre-Dame de Paris, il y a un   parisien prétentieux qui a tellement mal joué, qu'il a fait pleurer ma mère ! "

     

     

    Le chemin des dames : (Un soldat de 14-18 dans les tranchées pense à son village )

     

     

     Vecu un pratu sott'à lu sole   Je vois un pré sous le soleil
    È tanti panni tesi nantu           Et beaucoup de linge étendu
    Un acellu piglia u so volu         dessus          Un oiseau prend
    È aghju u mio core frantu.          Son vol     Et j'ai le coeur   qui fond

    Culà l'ochji spenti Miola sunnieghja    Les yeux fermés , Miola rêve
    Culà u mio estru corre è a fideghja       Là-bas mon chant court et
    Culà ci s'hè firmata a mio vita.                 la regarde  Là-bas  est restée 
                                                                           ma vie
    Vecu un pagliaghju fumichendu              Je vois une cabane qui fume
    Còmpulu à l'ora di a munta                     L'heure de la traite arrive
    È a mio mimoria s'accende                      Et ma mémoire s'allume
    Per un pizzacciu di pane untu.                Pour un bout de pain trempé

    Culà Francesc'Antone zappa l'ortu           Là-bas François-Antoine pioche le jardin
    Culà vecu ballà e barche in portu          le jardin     Là-bas je vois danser les barques
    Culà ci s'hè firmata a mio vita.                 dans le port     Là-bas est resté ma vie

    Vecu una scola è un tavulone         Je vois une école et un tableau
    Sentu mughjà mille zitelli                J'entends crier mille enfants
    È di babbò tante canzone             Et tant de chansons de mon grand-père
    Mi danu u fretu à a pella.                       Font frissonner ma peau

    Culà Fasgianu trascina duie legne        Là-bas Fasgianu transporte du bois
    Culà sentu lu mio paese pienghje          Là-bas j'entends mon village pleurer
    Culà ci s'hè firmata a mio vita.                     Là-bas est restée ma vie

    Vecu una ghjesgia sott'à l'invernu         Je vois une église dans l'hiver
    Dui tizzoni è un casgile                        Deux  tisons et une cave à fromages
    A piaghja cutrata è inferma                  La plaque gelée et infirme
    Chì aspetta u mese d'Aprile.                 Qui attend le mois d'avril

    Culà sentu u ventu frà i pini                Là-bas j'entends le vent dans les pins
    Culà di Roccu sentu u viulinu             Là-bas , j'entends le violon de Roccu
    Culà ci s'hè firmata a mio vita.           Là-bas est restée ma vie

    Vecu un chjarasgione fiuritu             Je vois le grand cerisier fleuri
    È sentu fiscà i pastori                     Et j'entends siffler les bergers
    È tanti mumenti felici                   Et tant de moments heureux
    L'aghju inchjudati in lu mio core.     Je les ai cloués dans mon coeur

    Culà vecu a neve per i chjassi         Là-bas je vois la neige dans les ruelles
    Culà sempre voltenu i mio passi     Là-bas toujours reviennent  mes pas
    Culà ci s'hè firmata a mio vita.              Là-bas est restée ma vie


    19 commentaires
  •    faceb.jpg 

    Un garçon de huit ans demande à la religieuse qui lui enseigne le catéchisme comment elle est née.
    -«Heu, répond la sœur embarrassée, dans un bouquet de roses.
    Pas satisfait pour autant, le petit bonhomme arrête le sacristain
    pour lui poser la même question .
       -«Je suis venu dans un chou », répond-il à l'enfant.
    En désespoir de cause, le gamin va trouver le curé et lui demande :
    -«Et vous, monsieur le Curé, vous êtes né dans une rose ou dans un chou?
       - «Ah, moi, mon petit, c'est une cigogne qui m'a apporté...
    -«Mais alors, dit l'enfant, il n'y a donc pas une seule naissance normale dans cette paroisse !»




    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique