•  

     

    Prune méditait sous un prunier :
    -" Est-ce  pour des prunes
    Que je me suis décarcassée ?

    -" Je lui ai porté la sérénade ,
     J'ai  chanté au clair de lune
    Et il y a   eu une tornade  !

    Il n'a pas  ouvert  sa fenêtre
    Je me suis fait   secouer les prunes
    Accusée , d'affoler l'alcoomètre.

    Je suis rentrée à toute allure
    Je me suis pris une prune
    Je suis en  pleine déconfiture !

    Et, à ce moment-là, une prune lui est tombée sur la tête !

    Prune va chanter dans "la cour de récré " de Jill Bill

     


    30 commentaires
  • Lilousoleil  à la barre des" croqueurs de mots", nous propose:

    Un logorallye ? Jamais fait chez les Croqueurs ! Et pas n’importe lequel…  avec des mots anciens qui commencent tous par la lettre f. Alors vous ferez un texte en vers en prose ou les deux à la fois avec les mots suivants.

     (Je les mets à la fin du texte)

    .Difficile de faire court pour avoir un ensemble cohérent...

     

    Défi N°182: je me marre près de la mare

    Hier ,j'attendais l'inspiration  pour une recette qui emmènerait mes invités au 7ème ciel, tout en me promenant  au bord d'une mare, près d'une ferme . Un foucard traînait au bord de l'eau; ne me demandez pas d'où il sortait,c'est un secret de famille. J'eus une illumination : et si je leur faisais une salade aquatique ?

     Sans hésiter ,je plongeai, et je me mis à couper les herbes  sous l'eau .Deux cygnes , me regardaient du coin de l'oeil .

    Les herbes résistaient.J'attrapai (je parle au passé simple, ça fait plus chic ) un fentoir (autre secret de famille , quant au lieu d'où il sortait)  et je me mis à couper à tour de bras .

    -"Ouf! ça y est, j'ai ma salade, me dis-je ,à bout de souffle  .

    Sur le chemin du retour, je croisai un paysan , armé d'une ferrade, qui courait à perdre haleine : il était poursuivi par un taureau qu'il avait essayé de marquer au fer rouge.Celui-ci n'étant pas d'accord, (j'étais de son avis),voulait le lui faire sentir   avec ses cornes.

    Défi N°182: je me marre près de la mare

    Le paysan, s'étala de tout son long,  dans les fétuques. Après forces éternuements, dont la sonorité fit reculer le taureau, il se releva sans demander son reste.Je vis alors, avec surprise, se pointer un ferrandinier  , au bout du chemin , chargé comme un ciel ,un jour de pluie.

    Il avait  sur l'épaule, des tissus de toutes sortes c'est pour cela que je l'avais pris pour un marchand de tapis , comme on en voyait  autrefois.

    Mais que faisait-il au milieu de ce champ ?

    - Mr, vous m'aviez commandé des étoffes et il n'y avait personne chez vous ! Vous vous moquez de moi?"

    - Je ne vous achète plus rien; ma femme est parti avec un filetoupier   et avec la carte bleue."

    -Ah! Mais , je ne suis pas d'accord; et vous madame , vous étiez son fédijusseur , je crois ; donc , vous allez payer à sa place.

    -Quoi? Je ne suis rien du tout, moi, juste une passante qui passe je ne fédijusse rien  ! Non mais! Vous me confondez avec un fissipède !

    Les laissant , s'expliquer , je filai avant qu'un filaire ne vienne s'infiltrer dans mon pied, si je ne bougeais pas.

    Dans ma hâte, je trébuchai contre un tonneau m'étalai  à mon tour, en touchant le trébuchet  .  Du coup ,le vin commença à couler comme un fleuve.  Un peu sonnée, sentant le vin , mes herbes aquatiques dégoulinantes    , je me dépêchai de quitter cette ferme peu accueillante .

    Je ne rêvais que d'une chose :monter à bord d'une flette  et partir  à l'aventure. Tant pis pour mes invités !

    PS: je me suis aperçue que j'ai perdu ma fustanelle  en chemin(c'était un cadeau d'un beau grec aux yeux ténébreux) ,à force de forlonger  le paysans avec son taureau .Je mérite juste  de m'allonger sur une fonçaille!

     

    Défi N°182: je me marre près de la mare

    Et vive le printemps !

    faucard : instrument de coup fait de plusieurs lames articulées utilisé pour les herbes aquatiques

    fentoir : large couperet à l’usage des bouchers

    ferrade : marquage des bœufs au fer rouge

    fétuque : une graminée des prairies

    ferrandinier : fabricant d’étoffe de soir

    fidéjusseur : celui qui se porte caution pour autrui

    filaire : ver parasite d’Afrique tropicale de l’homme et de divers animaux

    filetoupier : batteur de chanvre

    fissipède : qui a le pied divisé en plusieurs doigts

    fausset : broche de bois pour boucher un trou fait au foret dans un tonneau

    flette ; petite chaloupe au service d’un chaland (péniche)  de rivière

     

     

     

     

     

     

     


    27 commentaires
  • Voilà, c'est moi .

    Vous ne me reconnaissez pas ?

    Nettoyez vos lunettes ,il y a du brouillard sur les verres .

    Vous y voyez mieux ? Alors ?Qu'en pensez-vous ?

    Je ressemble à un lapin ?  Alors, là, vous me décevez ! Vous avez mal nettoyé vos lunettes !

    D'accord, j'ai de grandes oreilles  mais la mère- grand du petit Chaperon rouge aussi avait de grandes oreilles et ce n'était pas un lapin .

    D'accord , j'ai de grandes pattes, jambes mais la mère- grand du petit Chaperon rouge aussi, avait de grandes jambes et ce n'était pas un lapin.

    Elle avait posé un lapin à sa petit-fille ? Ce n'était pas de sa faute , quand même .

    Arrêtez d'être de mauvaise foi, enfin . Moi je ne pose pas de lapin à mes petits- enfants .

    Vous vous demandez pourquoi, Lucie , m'a dessinée ainsi ,alors ?

    Peut-être parce que je lui ai raconté une histoire de lapin,la dernière fois que je l'ai vue ?

    Peut-être parce qu'elle rêve d'être un petit lapin elle-même ?

    Peut-être parce qu'elle a vu un lapin à la télé ce jour-là ?

    Oh! Mais vous posez trop de questions  !

    Je ne suis pas un lapin ,na !

    PS /  MAMMÒ   est un abrégé de "mammone" qui veut dire grand-mère en corse (on peut dire aussi "minnana" ou" cacara "selon la région  )

     

    Je ne suis pas un lapin !

    Je bricole

    Bon, je vais aller voir s'il n'y a pas de lapin dans mon jardin


    24 commentaires
  • Je vous présent hilarion

    Je vous présent Hilarion :
    Il rêvait d'être troufion,
    Il s'est engagé à la Légion
    Pour  ne pas être en perdition.

    Il a sauté sur Kolvesi
    Il ne s'en est pas remis
    Il a bivouaqué au Mali ,
     En apprenant le swahili .

    Je vous présent hilarion


    Il voulait devenir un gradé
    S'est tiré une balle dans le pied
    Il  est resté  deuxième classe,
    Hilarion était dans la mélasse !

    Il s'est retiré à Bamako
    A épousé une belle afro
    A présent il vend  des frigos
    C'est le bonheur fortissimo.

    Je vous présent hilarion

    C'est le nouvel élève qui vient  s'inviter dans la" cour de récré de" Jill Bill


    26 commentaires
  • Bonne semaine à toutes et tous.

    Ce matin, dentiste .

    Cette nuit, je ne dormais pas et je pensais , quelle drôle d'idée, aux chansons qui ont peu de mots .

    A notre époque, beaucoup de chanteurs  accompagnent la musique , alors qu'auparavant, c'était plutôt le contraire  .

    Ils ont trouvé le "truc "ils répètent à l'infini les mêmes paroles  et finalement,on finit par les chantonner nous aussi à l'insu de notre plein gré

    -"Il est où le bonheur? il est où ?

    A force de demander , quelqu'un va lui répondre , peut-être Dieu le père lui-même?

    -Où t'es papa ?

    Alors papa ? Tu ne peux pas lui téléphoner, juste pour lui dire où tu es ?

    Et je ne parle que des chansons françaises !

    Certaines chansons étrangères sont pareilles . Parfois, on a envie de leur crier:

    -Stop! ça suffit ! Arrête disque rayé!

    Je connais une chanson corse , de  notre  groupe emblématique "i Muvrini" qui n'a qu'un mot .Ils ajoutent juste un second mot à la fin ! Il faut le faire !

    Si vous avez le temps , écoutez-là .

    Je leur pardonne  car c'est un hymne à la terre corse.

     

     


    26 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires