• Juda ,il ne fallait pas faire cela !

    Tu sais très bien que c'est mal.

    Je suis obligée d'étudier ton cas.

    Juda, c'est très déloyal  :

    Tu as trahi ma confiance ,

    Moi qui étais vraiment  sans défiance .

    Pendant que j'avais le dos tourné

    Tout le chocolat tu as mangé !

     

    Un élève dont il faut se méfier arrive dans la cour de récré de Jill Bill

     

     


    23 commentaires
  •  

    Colette, à la barre des "croqueurs de mots" pour la quinzaine, nous propose comme défi : comme thème: faire un lipogramme sans la lettre A.

    Je ne rêve plus, je ne fume plus, je suis comme une orpheline  , et même mon lit devient un bord de trottoir, s'il est  pffffuittttt.

    Comme sur un rocher, comme sur un pêcher , je suis liée ; je bois toutes les nuits, et tous les whiskys ont le même goût   hic...  et  ne pourront me consoler de son éloignement.  Et je suis comme un oiseau mort  lorsque  lui il sort ...( Merci serge)

    Je le veux, je le cherche, je suis triste s'il est loin.

    Il me donne du "peps" ;il me rend joyeuse .J'en suis privée ; le temps  me semble aussi long que le  discours d'un ponte disciple d'Hippo ....  sur BFMTV  , sur le le sujet du Covid;long comme un  jour privé de choco ; long comme une lessive à cent dégrés...long quoi....

    Comment rire  s'il est absent ? Dites-moi ? Hi!Hi!Hi  ? Peut-être ... Moi, je le préfère...

    Qui donc ?  Qui ?

    Lui, voyons , lui ,le seul, l'unique , le "AAAAAAAAA".

    Zut , j'ai craqué !

     

     

     

     


    18 commentaires
  • (Avec la complicité des 2 ombres)

     

     

    Elle se promène  par une belle matinée  bien fraîche .

    Le soleil brille .Elle respire à pleins poumons  l'air pur  .

    Oubliés, les petits soucis de la vie quotidienne . Elle vide sa tête de toutes les pensées négatives .

    Elle marche tranquillement. Elle est seule  face à ce grand espace .

    Tout à coup, elle entend un pas feutré  se rapprocher .  Une ombre  grandit près de la sienne. Son cœur s’affole un peu .

     

    Elle n’ose tourner la tête . Son  esprit entre en ébullition : va-t-elle se mettre à courir en criant à l’aide ?

    Va-t-elle s’arrêter et attendre le coup de grâce ?

    L’ombre grandit encore … Tout à coup, elle s’aperçoit que l’ombre menaçante porte un chapeau… Un chapeau …un chapeau  sur la tête de l’ombre ?

    Mais…. Oui, c’est lui…L’homme au chapeau … Celui qu’elle aime en secret depuis si longtemps … Celui qui hante ses rêves la nuit, lorsqu’elle ne dort pas..Celui qui habite si près de chez elle et qu’elle croise tous les matins lorsqu’elle va promener ses chiens….

    C’est lui ! Il se rapproche ; ça y est ,il est à sa hauteur. Il chemine à son pas. Elle tourne la tête, et lui sourit  .Il lui rend son sourire … Son cœur bat vite : elle a tout à coup la certitude que son avenir sera  plus joyeux.

    Désormais, ils seront deux ombres sur le chemin de la vie 

     


    16 commentaires
  • C e n'est pas très "mimi" .

    Ce n'est pas joli, joli .

    Ce n'est pas par dépit ?

    Ce n'est  pas sur un pari ?

    Ce n'est pas pur esprit ?

    C'est peut-être un oubli ?

    C'est peut-être le mari ?

    C'est peut-être un défi ?

    C'est peut-être pour tout ceci,

    Qu'on t'a appelée Zizi !

    Ah! Les parents sont ainsi !

    Voilà une nouvelle élève dans la cour de récré de Jill Bill

    J'ai connu une Zizi dans ma jeunesse (diminutif de Césarine)

    ça y est ,la neige est arrivée...

    Zizi ?

     

     


    20 commentaires
  •  

    Je me lève et je me bouscule,

    Je suis mal  réveillée ,

    Comme d’habitude

    .Sur le lit, je remonte le drap,

    Je mets mes lunettes, comme d’habitude.

    Je descends , parfois sur les fesses,

    Le grand escalier, comme d’habitude :

    Car le chat, dort sur une marche ,

    Comme d’habitude.

     

    Je nettoie l’insert,et je vide la cendre

    Comme d’habitude.

    Je vais chercher le bois, je prépare le feu

    Comme d’habitude.

    Je vais me doucher et me pomponner

    Comme d’habitude.

    Enfin ,je m’assois, je petit- déjeune

    Comme d’habitude.

     

    Comme d’habitude

    Toute la journée, je vais essayer  ,

     de faire semblant, de m’occuper ;(ça c’est faux).

    Comme d’habitude,

     La journée va passer, sans avoir fait ce que je voulais.

    Comme d’habitude,

     le soir sera là

    Et moi je serai plus ou moins flagada.

    Comme d’habitude

    J’aurais couru partout

    Pour essayer d’arrêter le temps.

     Comme d’habitude

    J’irai me coucher

    Comme d’habitude ...

     

    Je vais aller marcher, tiens,avant que la neige ne tombe

     


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires