•  

     

    Jouer les touristes ,le temps d'un soir ,

    parcourir les petites ruelles ,

    Le linge étendu  a trouvé un peu de fraîcheur entre les murs étroits ...

    Se retrouver au Mexique , au détour d'un escalier...

    Admirer l'église st Jean aux deux clochers ...

    Qui dominent le vieux port ...

    Le proverbe corse dit: Bastia , Bastia

    A ch'un ha soldi, un ci stia...

    (Bastia, Bastia, celui qui n'a pas d'argent,

    qu'il n'y reste pas ...)

    Est- ce un signe ?

    Je suis débordée par les festivités regroupée sur quelques jours, et je fais un aller-retour sur le continent pour récupérer mes petits-enfants .Je vous souhaite une bonne suite d'été

     


    27 commentaires
  • Pendant la saison touristique ,  au village ,comme dans beaucoup d’autres, je présume, il y  les « estivants » et les  <autochtones » : deux mondes parallèles, qui se côtoient et se rencontrent occasionnellement ….

    Les premiers, sont très variés (comme la qualité des fruits d’été ) : certains sont respectueux des us et coutumes des autres ; ils sont  discrets, s’intègrent (ou font beaucoup d’efforts  pour y arriver).D’autres, arrivent en terrain conquis, regardent de haut ces sauvages qui ne sont pas contents qu’on prennent leur place  de parking ( d'accord,les places sont à tout le monde mais bon, nous avons nos habitudes ...) ; ils ne font aucun effort pour se mêler de la vie du village .

    Ils ne sont là que pour aller à la mer et c’est tout. Le reste , le village, ça ne les regarde pas.

    Mais  les estivants  de quelque sorte qu’ils soient  ont des  points communs : ils se réunissent entre eux , font la fête entre eux, des sorties entre eux ; ils ont presque un langage spécial , « estivants qui se retrouvent chaque année au village » …Il faut faire partie du clan pour comprendre

    Les autochtones, on pourrait presque dire, les « indiens dans leur réserve », ceux qui ont l’inconscience, ou le courage ( c’est selon ) de passer toute l’année au village :

     -« Mais comment vous faites, sans les magasins, le bruit de la circulation ,les dangers de la ville  ? »

     Donc les autochtones, disais-je, regardent avec  méfiance/ énervement /commisération/ contentement (c’est selon ), tous ces gens , qui bousculent leur petite vie tranquille , l’espace d’un été, et qui pourtant réveillent le village de sa torpeur hivernale.

    Ils se disent :

    -« Bah ! Cela ne dure pas longtemps…  »

    Ou bien

    -«  -Vivement qu’on retrouve notre village  comme avant »

    Ou bien

    -Ah ! Si seulement,il y avait tout ce monde en hiver… »

    Ou bien

    -« Ils roulent au milieu de la route ,comme des tortues ;y en a marre »

    Bref, cela n’empêche pas la cohabitation  plus ou moins harmonieuse , mis à part quelques frictions assez rares .

    Mais pourquoi donc, lorsqu’on les voit partir ,les estivants, on ressent comme un petit brin de mélancolie ,une petite tristesse …… comme un regret.

    D'ailleurs, s'ils ne venaient pas, nos estivants, nous nous ennuierions ...

     


    29 commentaires
  • Mes vieilles pierres ont dû se désintégrer  :il ne reste que le titre ! Plus qu'à recommencer!

    Vieilles pierres

    Dans le vieux village , en bas de la colline, on trouve encore un vieux four à pain : s'il pouvait parler, il nous dirait, les champs semés de blé ,  le travail des boeufs dans l'aire de battage , pour séparer la paille du grain; il nous dirait les femmes, avec les planches à pain chargées de pâte  prêtes à être mises au four;Il nous dirait l'odeur du pain croustillant   et chaud , sorti du four ... Il nous dirait tellement de choses ....

    Vieilles pierres

    Y a-t-il un traducteur dans le coin ?

    Au lieu de parler, le four  -t-il écrit ses mémoires ?

     

    Vieilles pierres

    Ou bien, sont-ce les génois qui pourraient traduire  ces écrits du haut de leur tour  ?

    Vieilles pierres

    La source s'est tarie  au grand désespoir du...

    Vieilles pierres

    veau , plein de terre, qui ricane:

    -Elle

    s feront moins les malignes, lorsqu'elles vont grimper pour remonter au village ...

    Vieilles pierres

    Je vous souhaite une bonne suite de vacances ou d'été...


    26 commentaires
  •  

    La coupe est gagnée , ouf! Nous allons enfin entendre parler d'autre chose que de foot  ...

    Certains y ont laissé leur voix  ...

    D'autres leur chapeau...

    La Belgique n'a pas eu l 'appétit coupé  par la défaite de son équipe, heureusement ...

    Avé César : la France a marqué  !

    Et bien sûr, tout le monde a participé à   la victoire ...

    La vraie coupe c'est nous qui l'avons: l'équipe de France a juste une copie....

    Et , après l'effort, le réconfort ...


    25 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Lorsque le plombier a besoin de  réserver une place pour son auto, il emploie les grands moyens ..

    En mode vacances...

    Coucher de soleil dans la baie d'Ajaccio

     

    En mode vacances...

     

    Et il me reste de toi, un sourire secret

    Qui cherche dans mon cœur  l’ardente fillette

    Et il me reste de toi, la chevelure lumineuse

    D’une étoile cachée, tombée dans le matin,

    Et qui vient à la rencontre de ma vie

     

    Et il me reste de toi, comme un souvenir sacré,

    Qui cherche son chant , disparu dans la tombe,

    Et il me reste de toi, le vent qui s’entête

    A dépouiller la forêt, lorsque l’automne finit

    Et qui vient, à la rencontre de ma vie.

     

    Et il me reste de toi, le fleuve majestueux,

    Qui descend furieux, à l’assaut des plaines,

    Et il me reste de toi, cette douce caresse,

    Qui chassait la tristesse, de chaque lendemain.

    Et qui vient à la rencontre de ma vie.

     

    Et il me reste de toi, cette larme amère,

    D’une fillette aimée, qui cherche son destin.

    Et il me reste de toi, cette vieille blessure

    Qui , de temps en temps, se reflète, sur ma cheminée.

    Et qui vient  à la rencontre de ma vie ….

     

     

     


    28 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires