• Zaza, à la barre des "croqueurs de mots" pour la quinzaine, nous propose

    D'écrire un texte avec le maximum d'anagrammes de "chauve-souris"

    Comme je suis paresseuse je n'ai fait qu'un seul anagramme !

     

    Chauve qui peut chantait la cantatrice !

     

    Haro sur le baudet, le pangolin ,disait l’européen !

     

    Alléluia ! psalmodiait les adorateurs et adoratrices

     

    Un monde nouveau va remplacer l’ancien .

     

    Vent en poupe ,tous les gourous de le politique,

     

    Emportait la foule vers un avenir incertain.

     

     

     

    Sur les réseaux sociaux, on voit tous ces comiques

     

    Officier doctement  , donner leur diagnostic.

     

    Une grippette,une pandémie, une punition de Dieu.

     

    Rions plutôt et profitons de la vie qui nous reste

     

    Il sera bien temps un jour de lui dire adieu.

     

    Sortons de notre nid ,mais avec les bons gestes !

     


    19 commentaires
  •  

     

    Jazzy  à la barre des "croqueurs de mots " ,nous propose le défi suivant :

    Si vous voulez bien embarquer sur le navire, je vous propose pour le défi 236

    de lire les titres des livres que vous avez chez vous. Créer une histoire basée sur un, plusieurs titres ou des mots qui s’y trouvent.

    Défin N°236 : la nuit de tous les dangers

    -Doumè,il y a un inconnu dans la maison !chuchote Mamie Davia en secouant son compagnon ,d’un main tremblante.

    -Hein ? Quoi ? Stupeur et tremblements , de Doumè, réveillé en sursaut.

    -Oui, Sauve-moi ! Sans raison , j’éprouve un sentiment plus fort que la peurLève-toi et marche ! C’est la nuit de tous les dangers.

    -Si je me lève, je vais marcher forcément .  Tu es sûre que ce n’est pas le voisin ?

    Doumè  s’arrache péniblement du lit,  s’assoit et  avance la main vers la table de nuit. Splaaachh

    -Qu’est- ce que c’est  ce bruit ? Ne t ‘éloigne pas .. J’ai peur des morsures de l’ombre.

    -Pour l’instant , personne ne te mord : j’ai fait tomber mon dentier par terre. N’éteins pas la lumière ! grommelle Doumè à quatre pattes sur le tapis

    -Oh ! Miserere ! Il est grand temps de rallumer les étoiles !  Tu l’as trouvé ? Je vais t’aider.

    Mamie Davia se lève , fait le tour du lit trébuche sur le pied de Doumè et tombe sur lui.

    -Aïe !J’ai la patience de l’ange, parce que je t’aime. Mais là, tu  as franchi la ligne verte :tu m’écrases  . Cette nuit ne finit pas !

    -J’y pense : tu as pensé à changer l’eau des fleurs ?

    - Non, mais tu crois que c’est le moment  de penser aux fleurs ? Rien ne va plus !

    - Que serais-je sans toi ? murmure Mamie Davia , câline, en chatouillant Doumè. Elle a oublié le visiteur inattendu.

    - Jeux de main… Ah… la tresse est coincée dans mon dentier.

    -Ouille ! ne tirez pas sur l’oiseau moqueur… Heu ! Ne tire pas sur ma tresse. Sans raison, rien ne va plus.

    Doumè , qui a enfin récupéré son dentier, le met, et s’écrie :

    -      . Nous menons une vie si convenable.Personne ne peut nous vouloir du mal.

    -      Je suis glacée. Si tu vas voir  s’il y a un visiteur, je te dirai la vérité sur la vie secrète des écrivains, et sur  l’affaire Harry Québert.

    -      Qui est- ce celui-là ? le clandestin, dans les bois ? C’est ton ultime secret ?

    -      Non, pas du tout. C’est le prisonnier du ciel.

    -       ????La prochaine fois, tu  ne fumeras plus  cette cigarette que t’a proposé  ton petit-fils, compris ?

    -      Pour rassurer mamie Davia, Doumé, bonne pâte, fait le tour de la maison

    -      Il n’y a personne . C’est sûrement l’ombre du vent que tu as entendu.

    -      - Tu crois ? Me voilà tranquille.Si c’était à refaire, seras-tu là ?

    -     - Bien sûr ! Allez dors ma jolie !

    -      Ainsi résonne l’écho infini des montagnes

     

     


    19 commentaires
  • Dominique,

    à la barre des "croqueurs de mots " de cette quinzaine, nous propose  un improbable dialogue :de faire dialoguer deux personnages réels ou imaginaires, mais n'ayant pas vécu à la même époque .

    J'ai , repris un texte que j'avais écris ,il y a quelques années .C'était Claude François qui rencontrait  Bernadette Soubirou

     

    Un lundi au soleil, Bernadette Soubirou se dirigeait joyeuse, vers la grotte miraculeuse , espérant voir à nouveau , » la belle dame en bleu », comme d'habitude ; elle entre , et , ô surprise:

     

    - »Vingt Dioux de vingt dioux (c'était une paysanne)! Oh! pardon mon Dieu !Que vois-je? Qui est ce sale bonhomme?

     

    • -Bonjour Bernadette: je suis le mal aimé ! Je crois qu'on m'appelle le vagabond. Je me repose à l 'ombre de cette source qu'on dit miraculeuse !!

    • - » Ah! Non ! Elle ne l'est pas encore :il faut d'abord que je prouve que ces belles belles belles dames ..

    • -« Tu bégaies ? On dirait une musique américaine !

    • -Quoi ? Arrête de te moquer de moi ! C'est la même chanson , chaque fois : quand je parle d'Elle , on se moque de moi!!

    • -Pourquoi pleurer ? Il fait beau, il fait bon .Viens te promener avec moi; regarde: y a le printemps qui chante .. nous sommes jeunes ...Je t'emmènerai dans la ferme du bonheur

    • -Pourquoi faut-il que ça tombe sur moi !! Tu aurais pu draguer Eloïse ou Belinda! Et voilà que tu me dragues , moi!! Ça va pas non ? Tu veux révolutionner l'église ? Tu crois qu'elle n'a pas assez de problèmes avec ce pape?

    • -Mais c'est toi qui me plais :je veux rester seul avec toi , sans la Dame .Je me fiche de l'église et du pape!Laisse une chance à notre amour..!

    • - Non, ne me demande pas l'impossible ..moi j'aime la Dame . Pour moi , la Dame c'est comme un jouet extraordinaire ..; jour et nuit, j'y pense et puis j'oublie .. c'est ma Dame..

     

    - Laisse la Dame aux cieux et profite de la vie. Tu n'as que dix-sept ans ..;Quand je chanterai une chanson d'amour ,tu m'aimeras .

     

    • - Non, va-t-en, ; pars où tu veux, à Alexandrie, Alexandra , mais va-t-en.!

    • -Tu sais la solitude c'est après .. Veux-tu que je t'offre des magniolias for ever?

    • -Non, je suis une fille et des fleurs blanches suffiraient ..pour offrir à la Dame.!

    • -Indécrottable!! Et si je vais à Rio , est-ce que tu seras triste ?

    • - Même si tu revenais, tu n'aurais aucune chance avec moi..!On ne peut changer l'histoire!! Il faut que ma source soit miraculeuse!

    • -Eh! bien.! J'attendrai.! En attendant,laisse-moi tenir ta main s'il te plait...  Tiens le téléphone pleure!

    • -Quel téléphone.? Je te rappelle que ma source n'est pas encore miraculeuse !! Ne rêve pas !Il n'y a pas encore le téléphone.!

    • -Ah.? mais alors comment je vais faire pour savoir si elles sont jolies en Angleterre , les filles?

    • -Mais tu es amoureux du monde entier , toi!!

    • -Bon j'ai joué et j'ai perdu.! Je vais te laisser aimer ta Dame, puisqu'il faut bien que cela arrive ! Mais n'essaie pas de me mentir:!Je le saurai si le brouillard est tombé sur la ville au lieu de toi et le soleil!

    • -Promis: chaque jour à la même heure, je serai dans la grotte et le monde entier me croira!

     

    • -Alors donne un peu de rêve au monde , car l'amour se meurt; Adieu. Mais ce soir je vais boire..!!

    • -Allons , viens près de moi et oublie tout ! Dors petit bonhomme!Je t'aime bien quand même tu sais ... mais moins que la Dame ...

    Vous aurez reconnu des titres de chansons de Claude François ....

    Je vous souhaite une bonne semaine et restez confinés

     

     

     

     

     


    20 commentaires
  • Durgalola, aux commandes des" croqueurs de mots" ,pour le défi 234 nous propose:

     

     

    Ecrivez une courte histoire sur une ville,une région, une montagne, tout simplement un endroit que vous connaissez ou que vous souhaiteriez connaître .Seule contrainte:vous mentionnerez le nom d'un poète ou d'une poétesse dans votre texte.

    Cette année, j'avais prévu d'aller  visiter l'Andalousie , et plus particulièrement Séville .

    Je rêve de rencontrer  le barbier , au détour d'une petite ruelle pavée et tortueuse  . Le soir , sous un balcon, écouter le comte Almaviva,  chanter une sérénade pour Rosine.

    Mais hélas Figaro s'est marié et est parti pour un autre destin . Rosine a eu une flopée d'enfants ,est devenue une matrone et le beau comte , a pris du ventre .

    Beaumarchais, n'en reviendrait pas   !

    Pour me remettre de cette déception, je vais aller danser la" Jota" ou le flamenco, avec un beau Sévillan, armé de castagnettes , dans le quartier de la Macarena .

    Manger des tapas dans les petits bars de la ville.

    Mais je m'égare ... Il faut que je redevienne sérieuse et que j'aille visiter les merveilleux monuments qui ont fait la réputation de cette ville.Non je ne vais pas les énumérer, n'ayez crainte. Vous les connaissez ,comme moi,  au moins par le net.

    Et j'espère bien y aller un jour  ,malgré tout !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    19 commentaires
  •  

     Les

    Cabardouche , toujours à la tête des "croqueurs de mots" ,nous demande: A la manière de Sophie Barbaroux. Composez une poésie  en utilisant des proverbes et des expressions connues.

     

    Colin Maillard

    Il est fort comme un turc

    Et sourd comme un pot

    Mais toujours

    Tiré à quatre épingles

    Il a un appétit d’oiseau

    Et un cœur d’artichaut

    Un œil de bœuf

    Une taille de guêpe

    Mais vraiment

    Menteur comme un arracheur de dents

    Devinez ?

    C’est à vous maintenant

    De suer

    Sang et eau

     

    Il est fier comme Artaban

    Alors voici :

    Il est fier comme Artaban

    Et droit comme un » I »,

    Mais une tête à claques.

    Et des yeux de merlan frit.

    Il mange comme quatre.

    Et boit comme un trou.

    Curieux comme une belette,

    Il joue avec le feu.

    Il me met la tête à l’envers.

    Alors, si vous voulez bien

    Je vous laisse

    Tête à tête avec lui

    Et je m’en lave les mains.

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique