•  

    Colette, à la barre des "croqueurs de mots" pour la quinzaine, nous propose comme défi : comme thème: faire un lipogramme sans la lettre A.

    Je ne rêve plus, je ne fume plus, je suis comme une orpheline  , et même mon lit devient un bord de trottoir, s'il est  pffffuittttt.

    Comme sur un rocher, comme sur un pêcher , je suis liée ; je bois toutes les nuits, et tous les whiskys ont le même goût   hic...  et  ne pourront me consoler de son éloignement.  Et je suis comme un oiseau mort  lorsque  lui il sort ...( Merci serge)

    Je le veux, je le cherche, je suis triste s'il est loin.

    Il me donne du "peps" ;il me rend joyeuse .J'en suis privée ; le temps  me semble aussi long que le  discours d'un ponte disciple d'Hippo ....  sur BFMTV  , sur le le sujet du Covid;long comme un  jour privé de choco ; long comme une lessive à cent dégrés...long quoi....

    Comment rire  s'il est absent ? Dites-moi ? Hi!Hi!Hi  ? Peut-être ... Moi, je le préfère...

    Qui donc ?  Qui ?

    Lui, voyons , lui ,le seul, l'unique , le "AAAAAAAAA".

    Zut , j'ai craqué !

     

     

     

     


    18 commentaires
  • Avec un jour de retard pour cause d’oubli(c’est grave docteur ?) ,je rends ma copie pour le défi N°242  , que nous a proposé Jill Bill à la tête des « croqueurs de mots » pour la quinzaine.

     

    Je mijote un plan mortel pour empoisonner avec des champignons, le patron  harceleur de ma petite amie   avec un menu imposé.et un mot :

    Hexakosioihexekontahexaphobie

    Défi N°242 : le repas

    J’ai chargé ma petite amie d’inviter son patron samedi soir  ,pour lui préparer un repas aux petits oignons champignons .

    Nous avons fait une bonne cueillette , d’autant plus que je ne connais rien aux champignons .Alors,au petit bonheur la chance….

    Ah ! ça sonne,  Marilyn va vite lui ouvrir :

    -Bonjour  , bonjour … hummm ! cela sent très bon ,je crois que je vais me régaler.

    -Bonjour ; entrez Mr Darjee .

    -Appelez –moi Ling .Pas de chichis entre nous. Je vous ai apporté un tapis avec une tête de tigre du Bengale , en relief  pour vous remercier.Vous m’en direz des nouvelles.(Rira bien qui rira le dernier : je suis méfiant de nature et cette invitation ne me dit rien qui vaille ) Le vin c’est trop banal.

    -Ohhhhh ! Merci

    - Mettez-le tout de suite par terre .

    -D’accord . Voilà , c’est fait . Je vais aider mon compagnon à la cuisine pour voir si tout est prêt.

    -Chéri, tu ne trouves pas étrange, ce cadeau ; la tête de tigre m’impressionne.

    -Mais non, c’est peut-être une coutume indienne…

    -Voilà ça vient ;le potage arrive…

    Marilyn apporte une soupière  bien remplie dans laquelle une bonne dose de champignons étranges a été pilée.

    Hélas ! Son pied cogne dans la tête de tigre et   vlan…la soupière s’envole et atterrit aux pieds de Mr Darjee, médusé (il me semble tout de même que son regard est un peu  narquois.

     Marilyn se relève en s’excusant nettoie tout .Son compagnon arrive , catastrophé :

    -Ne vous inquiétez pas M Darjee,pardon Ling, je vais vous servir les côtes avec une sauce dont vous me direz des nouvelles et une belle omelette aux cèpes de la forêt …

     

     Il s’empresse d’apporter ces mets dont la part de l’invité a subi un traitement spécial ;;. Hélas, deux fois hélas ! Lui aussi, se prend les pieds dans la tête de tigre (Indra au secours … Bon d’accord, nous ne sommes pas à fort Boyard ..) et l’omelette, telle une soucoupe volante  arrive sur la tête de Mr Darjee,( Ling pour les intimes ), pendant que la côtelette poursuit sa vie individuelle vers la télé..

    Mr Darjee , toujours l’air désolé ,mais jubilant intérieurement , les rassure :

    -Je n’ai pas trop d’appétit à cause de mon estomac  fragile. Ne vous en faites pas . Je me contenterai du dessert.

    -Il arrive,il arrive . (Chérie, cette fois-ci, je l’apporte et je contourne la tête de tigre … Je commence à me demander s’il ne l’a pas fait exprès de nous offrir cet affreux tapis )

    Hélas ! trois fois hélas !   La tête de tigre a changé de place : Mr Darjee a tourné le tapis …

    Le compagnon, s’étale une nouvelle fois sur la tête de tigre qui semble lui aussi ricaner  en silence.

    La truffe pâtissière , s’envole et s’aplatit sur sa tête . Là,il craque

    -BOOOUUUUUHHHHH ! J’EN AI ASSEZ  MARILYN !DEBROUILLE-TOI AVEC TON  PATRON .

    -Chéri ! Voyons , calme-toi ! Tu vas dire des bêtises ! Excusez-le Mr Darjee, pardon Ling .Il a tellement travaillé pour faire ce bon repas pour vous, qu’il a un coup de blues….

    -Je comprend très bien ;  ce n’est que partie remise (mon œil ).

    Je vais vous laisser   calmer votre compagnon

     lundi,au bureau  Marilyn !Je vous offrirai un thé .

    ( Mon tapis a joué son rôle . J’ai peut-être eu tort de me méfier .Mais je souffre d’Hexacosioihexekontahexaphobie ; c’est plus fort que moi: ma secrétaire est née le 6/6/66 )

     

    Défi N°242 : le repas

     


    16 commentaires
  •  

    Lenaïg  ,à la barre des "croqueurs de mots " pour cette quinzaine, nous propose :Pour le grand défi du lundi 23 novembre :
    nous choisirons chacun(e) un tableau célèbre, si possible l'un des 22 exposés dans l'article joint et dans un petit texte en prose ou en vers nous devrons l'évoquer sans le nommer, donc le faire deviner. Pour corser le défi, nous devrons glisser dans notre présentation au moins l'un des mots suivants (ou tous) :
    chaise-longue, oiseau, arrosoir

    Donc ,à vous de deviner de quel tableau il s'agit.Un indice (c'est un impressionniste )Sur le lien de Lenaig vous pouvez voir les tableaux proposés

    -"Ah! Mais que vois-je  là? On brave  le confinement ?  Mais quel toupet ! Je sens que je vais faire le plein de PV! "

    Je suis le policier municipal et c'est mon devoir de faire respecter les consignes . Et ma tactique , c'est d'apparaître là où l'on ne m'attend pas. Vite, mon carnet  de PV et mon sifflet.

    Zut, où est mon carnet ? Je l'ai laissé au bureau , sur la chaise-longue . Tant pis, j'ai un rouleau de papier-toilette, je vais l'utiliser pour remplir les PV.

    -Bonsoir  m'ssieurs-dames .  Qu'est- ce que vous faites attablés  dehors ,dans cette rue? Vous ne savez pas que c'est interdit d'aller dans les bars, et de traîner le soir ? Le couvre-feu? Vous en avez entendu parler?   Allez, hop!  Vous avez droit à un PV.

    -Et vous le cafetier: Commet se fait-il que votre bar soit ouvert ? C'est interdit! Un PV pour vous aussi.

    Quoi? Vous ne voulez pas de papier toilette! Ne faites pas le difficile .On n'en trouve plus dans les magasins.Alors....

    -PPPPPPVVVVVVVIIIIIIII...(Je siffle )

    -Eh! Vous là-bas! Ne vous sauvez pas ! Vous y avez droit aussi. Les étoiles sont assez grandes pour que je vous voie courir au bout de la rue.. Stop! Où bien je vous lance un paquet de papier toilette dans les jambes... Zut ... Voilà que le rouleau  s'est défait.

    Plafffff; oh! Non! Je suis tombé! Ma dignité policière en prend un coup ! Mais quelle idée de faire une rue pavée! Je vais en parler au maire ...."Comment je vais faire pour  me ramasser et enrouler le rouleau ?

    -J'en ai marre  , mais marre ! Maintenant les gens rient de moi .Le reste du temps,   tout le monde me regarde de travers ! Je suis une victime moi aussi du confinement  .Je vais me confiner tout seul au bureau , na!

    (Je mettrai le tableau ce soir ou demain )

    Voici le tableau :

     

     

     Défi N°241  :Et le confinement?

    -

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  Je sors de chez le médecin : il m'a dit que je devais me faire opérer de la prostate  !

    Voilà : la malédiction masculine m'est tombée dessus. Tout à coup, je me sens tout faible ... Quelles séquelles vais-je garder? Est- ce que  je vais devenir impuissant? Il paraît que cela arrive.

    Ah ! Les femmes n'ont pas ce problème au moins. D'accord ,elles en ont d'autres mais bon, qu'est- ce que c'est à côté de la prostate?

    Je crois que je vais aller boire un verre  pour me remonter le moral.

    Mes copains m'attendent pour une partie de belote .  Après-midi j'ai la pétanque  et ma femme m'a demandé de  couper un peu de bois c pour l'hiver.

    Les femmes sont exigeantes  et jamais contentes .Elle prétend que je laisse traîner mes affaires ,que je ne l'aide pas ....que je m'endors devant la télé ...

    Mais je suis occupé, moi : les copains, le foot à la télé, le journal à lire,la poubelle à descendre,le chien à promener: ça suffit, non ?

    Elle n'a même pas pitié de moi,lorsque je lui annonce la  sentence du médecin.

    Et moi , je suis obligé de la plaindre quand elle a la migraine !

     La journée  a passé très vite finalement.

    Ce soir, le PSG a gagné ; je vais me coucher avec le coeur plus léger.

    - Quoi ? Je n'ai pas mis mes chaussettes dans le panier de linge sale?  J'ai oublié !

    (Jamais contentes les nanas )

    Ah je suis bien dans mon lit ;je m'étale bien , c'est agréable  .Mais là aussi, elle rouspète : elle prétend que je m'étale trop et qu'elle est obligée de dormir sur le bord du lit .Et il paraît que je ronfle comme un soufflet de forge.

    Je vous le dis: jamais contentes , les femmes !

    Allez, je sens que le sommeil me gagne: dès que je pose la tête sur l'oreiller .

    C'est un privilège masculin cela ,heureusement .Bonne nuit.

    Je m'assois dans mon lit : il fait noir, je me tâte à tâtons  ... Non, je ne suis pas un homme  ,je suis une femme,; ouf ! quel soulagement .

    C'est Martine de" qua ides rimes "qui nous a  proposé  de nous glisser dans la peau d'un homme pour 24 h avec le défi 240 des "croqueurs de mots dont elle est le capitaine pour la quinzaine .

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    22 commentaires
  • Jeanne" Fadosi" à la barre des croqueurs de mots  pour le défi de cette semaine nous propose:

     

    Je vous invite donc à écrire un petit texte en prose ou en vers portant sur un moment (passé, présent, à venir, réel ou imaginaire) particulier (joyeux, saugrenu, étrange, stressant, agréable ...) dans lequel l'électricité (ou son absence) y a joué un rôle important. Mots imposés à inclure (ambre, ampoule, appareil). 

    Défi N°359

    Au village, les lampadaires s'éteignent à 23h30  de septembre à juin.  Après cette heure -là, on se débrouille comme on peut pour trouver le chemin de sa maison.

     Un soir, ma copine et moi, nous rentrions d'un concert  qui s'était un peu prolongé .La 3 ème mi-temps .... .Il était 1h du matin. Le village était plongé dans le noir... et le silence (relatif ) : 35 habitants , forcément ...

    Nous avons garé la voiture et j'ai voulu accompagner ma copine qui habite au milieu du village ,elle n'avait pas de lampe  de poche.

    Nous commençons à gravir les escaliers (il y en a partout dans le village)  . Tout à coup la lampe de poche s'éteint:l'ampoule avait grillé.

    Nous continuons à tâtons en discutant pour nous donner du courage ..

    --Ahhhhhhhhhhhhhhhhh! (c'était ma copine )

    - Quoi? Qu'est- ce qu'il y a ?

    -Là... derrière cet espèce d'appareil ! On nous regarde !

    -Quel appareil ? ...Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh(c'était moi )

    -Des yeux ,(deux paires ) couleur d' ambre brillaient dans le noir  , et nous regardaient fixement.

    Nos cheveux se sont dressés sur nos têtes  : je ne sais pas lesquels étaient les plus dressés;dans le noir ,on ne voit pas .

    Ma copine  essaie de fuir, je la suis , elle s'étale dans les escaliers; je lui tombe dessus.

    On entend une cavalcade :

    - On ne bouge plus ,ou bien on continue ?   chuchotai-je

    --D'abord, tu te lèves   et on continue ... (répond ma copine ). Nos répertoires  étaient éparpillés par terre ;mais c'était le dernier de nos soucis.

    On se relève précautionneusement et là on entend:

    -Miaouuuuuuu. Miaouuuuuuuu....

     Ce n'était que des chats  , aussi affolés que nous ,qui avaient pris la poudre d'escampette, pour nous imiter je suppose ...

     

    -

    Défi N°359

     

     

     

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique