• J'ai 3 minutes pour essayer de faire le défi  que nous propose Laura Vanel-coytte ; c'est une histoire de CDI, de bibliothèques et de livres.:le partage.

     La première bibliothèque  dont je me souviens, c'est celle de ma petite école rurale : le bibliobus bibliothèque ambulante du conseil général qui visitait dans toutes les écoles du département )  passait une fois par trimestre et nous choisissions les livres avec la "maîtresse ". Nous essayions d'en prendre beaucoup car on savait qu'il fallait les faire durer 3 mois.

    Ensuite on les rangeait dans un petit placard , au fond de la classe . J'ai aimé très tôt la lecture.

    A l'époque, c'était sans doute le seul moyen de s'évader .. Pas de TV ,juste la radio .

    J'adorais les livres et cela continue  encore . Quand je peux m'isoler pour lire , n'importe où, je suis al plus heureuse.

    J'ai d'ailleurs failli mettre le feu à ma maison un jour : j'avais mis du caramel à chauffer , en attendant, je lisais dans ma cuisine.   Tout à coup, je vois arriver mes enfants, alertés par la fumée qui s'échappait pa sous la porte. C'était la casserole qui était entièrement consumée .J'étais entourée de fumée et je n'avais rien vu ni senti, tellement absorbée par ma lecture ....

     Vive les livres!

    Je vous laisse ,on m'attend ...Je vais faire la "merendella "( la dînette) .

     

     


    27 commentaires
  • Je ne vais pas laisser Pablo se plaindre toute la semaine  . Alors, voici un poème pour la consigne des "croqueurs de mots "  de Durgalola :  poèmes du 18ème siècle    ,un poème de Victor Hugo  ...

    Juste un tout petit bout ... A plus, j'embarque tout à l'heure ..

    Les pauvres gens (Victor Hugo )

    L'homme est en mer. Depuis l'enfance matelot,
    Il livre au hasard sombre une rude bataille.
    Pluie ou bourrasque, il faut qu'il sorte, il faut qu'il aille,
    Car les petits enfants ont faim. Il part le soir
    Quand l'eau profonde monte aux marches du musoir.
    Il gouverne à lui seul sa barque à quatre voiles.
    La femme est au logis, cousant les vieilles toiles,
    Remmaillant les filets, préparant l'hameçon,
    Surveillant l'âtre où bout la soupe de poisson,
    Puis priant Dieu sitôt que les cinq enfants dorment.
    Lui, seul, battu des flots qui toujours se reforment,
    ll s'en va dans l'abîme et s'en va dans la nuit.

     

     


    25 commentaires
  •                 Andrée ( Les petites graines) ,à la tête des  « croqueurs de mots » pour la 200 ème,  nous propose d’écrire un texte : la principale consigne est de commencer son texte par

    "je me souviens"

    et une proposition de consigne supplémentaire, uniquement si vous en avez envie,  : choisir un mot unique dans la liste et l'intégrer dans votre texte :

    "maison, anniversaire, rouge, bateau ou lundi"

    Je vais partir sur le continent, pour une quinzaine de jours. Je vais garder les petits-enfants et ensuite, voyage à Sète,et Gigean  pour chanter avec ma chorale  les 6 et 7 mars.

     Je me souviens donc, d’un voyage  épique, en bateau, avec mon groupe de danses traditionnelles "ochju à ochju"  : c’était la tempête ;pluie , vent violent , mer démontée …

    Je me souviens qu’une copine (qu’elle soit  maudite..., bénie,...m’avait recommandé   ceci :

    « - Contre le mal de mer, rien ne vaut le persil ! Tu en mets un bouquet dans ton corsage , sous la gorge  et tu  feras le voyage les doigts dans le nez ! »

    Moi, naïve, bête et disciplinée  , j’achète le persil et je le mets dans mon corsage, sitôt embarquée .

    Je ne vous raconte pas, le bon repas, les chants .. le retour en cabine en s’accrochant aux murs du couloir , comme des ivrognes.

    Au bout de deux heures, je sens que le repas a des velléités de liberté . Je sniffe  désespérément mon persil .Rien à faire .. Pour faire court : j’ai passé la nuit, assise par terre, dans les toilettes ,en gémissant :

    -«  Je vais mourir , je vais mourir »

    Les copines , dans la cabine, étaient juste un peu moins malades que moi. Notre « cheffe » (médecin ) malade aussi ,me répondait :

     «  -Mais non, mais non, tu ne vas pas mourir « …

     Je suis quand même arrivée vivante, à Hyères  , mais dans un état proche d’un sac de patates écrasées et oubliées quelque part.

    Quant au persil, je n’i plus voulu en voir une feuille pendant longtemps. Les copines m’en parlent encore lorsqu’ils ont envie de rire …à chaque voyage :

    -«  Tu n’as pas oublié ton persil ? « 

    Je vous souhaite ,une bonne semaine


    28 commentaires
  • François et Marie Cabardouche ,pour le jeudi en poésie , nous propose:

    - Choisir une fable connue.
    - Remplacer chaque nom et chaque verbe par le septième qui le suit dans le dictionnaire. ( ou le cinquième ou le quatrième...)
    - Proposer votre nouvelle fable : J'ai choisi

    " Le lion et le rat "( Je ne sais pas pourquoi, j'ai pris  plutôt le dixième mot  du  dictionnaire ...)

    jeudi poésie :fable  dérangée

     

    La liqueur et le râtelier

     

    Il faut autant qu'on pratique obnubiler tout le moniteur.

    On a souvent bête d'un plus petit que soi.

    De cette vermoulure, deux facéties en faiseur foison.

    Tant le chou-fleur en prévenu  abouchent.

    Entre les paumes d'une liqueur,

    Un râtelier sottisa d'un terrien assez à l'étourdie

    Le roman des anis  en cet occident

    Moqua ce qu'il était et lui laitonna la vie.

    Ce bienvenu ne faisselle pas perdu

    Quelqu'un avouerait-il jamais croisé

    Qu'une liqueur d'un râtelier  avoua affaire ?

    Cependant, il aérodrama qu'au sortir des forges,

    Cette liqueur  faissela dans des retables.

    Dont ses ruissellements ne le pratiquèrent  défalquer.

    Sire râtelier accrocha et étripa  tant par ses  dentitions

    Qu'un mainate rongé emprisonna tout l'ouvrier.

    Patine et lorgnade de tenaille

    Faissellent  plus que forer et que ragoût .

     

     

     

     

     

     

     

     


    20 commentaires
  • François et Marie Cabardouche,à la tête des "croqueurs de mots " nous proposent :

    A la manière de Clémentine Mélois dans son ouvrage "Sinon j'oublie"

    " Vous avez trouvé une liste de courses qui trainait dans un chariot de supermarché, faites parler la personne qui a pu l'écrire...."

    -"Qui a pris  la liste de courses qui était sur le frigo ? Il faut que j'y  aille là "                             

    -"Pas moi-pas moi-pas moi...     "                                                                                                         

         -"Ok, c'est le chat comme d'habitude. Je vais la chercher "...                                                              

    C'est toujours pareil dans cette maison, tout disparaît , mystérieusement .  

    Je suis  pourtant sûre de l'avoir mise sur le frigo  !

    Qui est-ce qui rit dans le salon ?  ça veut dire quoi ? Que je perds tout ? Oh! ça va , hein !

    Quoi? Je n'oublie pas le Nutella ? Il n'y en a plus du Nutella ! Les clients d'Intermarché  ont tout acheté  ! Et puis, il n'y a pas d'Intermarché en Corse  ! Et même s'il y en avait , je n'irai pas !

    Et c'est mauvais pour la santé , je vous l'ai déjà dit  ! Pas de Nutella , compris ?

    Comment ? Mon Nutella "maison "était immangeable ?Vous êtes  "troppu teghji" ! (trop bien nourris )

    -Et aussi des oeufs ? C'est prévu !  Mais qu'est- ce que vous faites avec les oeufs, d'ailleurs  ? Vous jouez au tennis avec ? Il n'y en a jamais assez.

     Toujours pas de liste  ! Je vais être obligé de la refaire cette liste !

     Les enfant : aujourd'hui,  j'ai prévu des croquettes au saumon  , c'est bon pour la santé, le saumon .Donc, je sais que je l'ai marqué sur la liste.

    -Nous allons manger comme le chat ?

    "- Exactement: tout le monde mangera du saumon aujourd'hui  !  (In petto :"Zut: les croquettes c'est pour le chat ! Je perds la tête avec cette liste introuvable ! )

    Quelle corvée ,les courses ; si seulement on ne mangeait qu'une fois par semaine, ce serait super !   Il faudrait inventer un système de  livraisons par hélicoptère pour  les petits villages perdus ...

    Je rêve encore.

    Le problème c'est qu'on oublie toujours quelques chose, même avec la liste lorsqu'on ne l'oublie pas à la maison.  On ne peut pas faire 15 km toutes les heures pour aller au supermarché.

     Donc, il faut absolument que je la retrouve cette liste  .

    Et si je regardais dans mon sac ?  

    ......... - Qui a mis la liste des courses dans mon sac ?

    -" TOI !

     

     

     

     

     

                                                                                                 

      

     

                                                                                           

                                                                                                       

     

     


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique