• Durgalola, aux commandes des" croqueurs de mots" ,pour le défi 234 nous propose:

     

     

    Ecrivez une courte histoire sur une ville,une région, une montagne, tout simplement un endroit que vous connaissez ou que vous souhaiteriez connaître .Seule contrainte:vous mentionnerez le nom d'un poète ou d'une poétesse dans votre texte.

    Cette année, j'avais prévu d'aller  visiter l'Andalousie , et plus particulièrement Séville .

    Je rêve de rencontrer  le barbier , au détour d'une petite ruelle pavée et tortueuse  . Le soir , sous un balcon, écouter le comte Almaviva,  chanter une sérénade pour Rosine.

    Mais hélas Figaro s'est marié et est parti pour un autre destin . Rosine a eu une flopée d'enfants ,est devenue une matrone et le beau comte , a pris du ventre .

    Beaumarchais, n'en reviendrait pas   !

    Pour me remettre de cette déception, je vais aller danser la" Jota" ou le flamenco, avec un beau Sévillan, armé de castagnettes , dans le quartier de la Macarena .

    Manger des tapas dans les petits bars de la ville.

    Mais je m'égare ... Il faut que je redevienne sérieuse et que j'aille visiter les merveilleux monuments qui ont fait la réputation de cette ville.Non je ne vais pas les énumérer, n'ayez crainte. Vous les connaissez ,comme moi,  au moins par le net.

    Et j'espère bien y aller un jour  ,malgré tout !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    19 commentaires
  •  

     Les

    Cabardouche , toujours à la tête des "croqueurs de mots" ,nous demande: A la manière de Sophie Barbaroux. Composez une poésie  en utilisant des proverbes et des expressions connues.

     

    Colin Maillard

    Il est fort comme un turc

    Et sourd comme un pot

    Mais toujours

    Tiré à quatre épingles

    Il a un appétit d’oiseau

    Et un cœur d’artichaut

    Un œil de bœuf

    Une taille de guêpe

    Mais vraiment

    Menteur comme un arracheur de dents

    Devinez ?

    C’est à vous maintenant

    De suer

    Sang et eau

     

    Il est fier comme Artaban

    Alors voici :

    Il est fier comme Artaban

    Et droit comme un » I »,

    Mais une tête à claques.

    Et des yeux de merlan frit.

    Il mange comme quatre.

    Et boit comme un trou.

    Curieux comme une belette,

    Il joue avec le feu.

    Il me met la tête à l’envers.

    Alors, si vous voulez bien

    Je vous laisse

    Tête à tête avec lui

    Et je m’en lave les mains.

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  • Les Cabardouche

    à la barre des "croqueurs de mots " nous propose le défi suivant :

     

    Au pays de PADI-PADO on a supprimé tous les "i" et tous les "o". ( c'est pour ça que le roi de là-bas s'appelle R ) . Racontez une visite au zoo de PADI-PADO sans jamais utiliser, ni la lettre "i" ni la lettre "o". Vous décrirez ainsi un ou plusieurs animaux.

     

     

     

    Au zoo de « padipado » j’a(bon d'accord je triche )   vu une autruche cacher  sa tête dans le sable :  ne pas entendre un macaque" parler "  fleurette à  un chameau .

    Dans une allée  ,une gazelle   danse : un jaguar la regarde en pensant :    -« je la saute ?  Je la mets  dans le four ? « 

    La perruche , sur le nez du léopard  , n’en perd pas une !

    -«   Ce méchant  jaguar, je l’escagasse avec le  bec et le franc parler  ! « 

    Le hamster, dans l’herbe, saute haut   sur la queue  du varan  très pressé de manger la pauvre mésange ,paressant  sur le banc bleu.

     

    A l'angle du parc , j'avance  nez à nez   avec  un éléphant : aaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh ! Peur ? Heu …Juste prudente,  je prends mes jambes à mes bras  et je pars   sans lever la tête .

     

    Là-bas, sur l’arbre  le paresseux ,  écarte une branche et regarde le zèbre  chercher ses rayures …

    Le puku  se demande : cette galère  va-t-elle durer ? Pas plus que cela : je rentre à la case et c’est assez . Basta !

     

     


    29 commentaires
  • ABC, à la barre des "croqueurs de mots " pour cette quinzaine nous propose :

    "J'emmène tous les matelots, en espérant qu'ils n'ont pas le vertige, faire un petit tour en montagne. Durant notre randonnée nous sommes attirés par un message envoyé du sommet du plateau.  Vous devez, tout simplement, décrypter ce message et nous dire qui peut bien nous l'envoyer ?"

    Défi n° 231 : ça fume ...

    Un petit groupe de personnes, aux mines de conspirateurs sont assis en rond, sur le sommet  de la colline.

    -Jules, nous sommes foutus !

    -Quoi ?  Nous sommes joufflus ? Tu trouves ?

    "-Non, il dit que nous sommes foutus" , rectifie Simone , dans un fou-rire ,qui manque  d'éjecter son dentier dans l'herbe . Elle a une ouïe  qui défie  les ans , au grand désespoir de des coéquipiers, car sa langue est aussi bien acérée

    - Mais pourquoi nous sommes foutus ? demande Jules qui est un peu dur de la feuille et qui a mis  son Sonotone  dans sa poche,pour ne pas le perdre.

    - André a raison : Regarde la fumée que nous produisons... Toute la région va savoir que nous fumons .Il fut trouver uen solution.

    - Une seule portion ? Pas question, j'ai le droit de fumer la même quantité que vous , s'obstine Jules.

    -Jules, tu nous fatigues , s'énerve, Pierrette , en tapant de sa canne sur le sol. (Il faut dire, que sa canne est redoutable; elle en use comme d'un moulinet et gare à l'objet de son courroux .On la surnomme :"la mère-tapedur")

    Jules préfère se taire devant cet argument frappant.

    -J'ai une idée, claironne  Paulo, qui fait la concurrence à Jules en ce qui concerne l'audition. Lui, il a jeté ses appareils aux orties, comme on jette grand-mère.

    Les autres dressent  une oreille  plus ou moins attentive (voir précédemment ). Nous allons jouer aux indiens  !

    -Quoi? Il ne reste rien ? Rabâche  Jules.Mais je n'ai tiré que deux bouffées ! Vous me brimez. Je vais me plaindre.

    -A qui? ricane Simone . N'oublie pas que nous sommes ici en cachette.Tu oublies que je t'ai tiré pour arriver ici ?

    Silence lourd de reproches de Jules.

    - Paulo , dis-nous , demande-t-elle en lui  lançant un oeil langoureux (Elle est secrètement amoureuse de cet homme intelligent et élégant  qui a toujours son noeud papillon  autour du cou, même la nuit.Mais cela ne nous regarde pas.

    -Oui, reprend Paulo: nous allons envoyer un message en fumée ,comme font les indiens dans les westers.

    -Voilà qu'il se prend pour Sitting Bull ,soupire André, avec une pointe de jalousie (lui est amoureux de Simone . ) C'est pire que Roméo et Juliette  .Vous allez voir qu'un jour il y aura un drame dans la maison de retraite.

    -Et quel message allons-nous faire fumer ? s'extasie Simone .

    -Nous allons fumer : " Nous sommes encore vivants et nous allons vous en faire voir jusqu'au bout " déclare Paulo , tout content de lui. Pierrette , passe-moi, ton vieux  fichu .

    -Mon fichu ? Tu veux fumer mon fichu ?  s'affole -t-elle

    -Mais non, c'est pour  faire des effets de fumée .

    Et aussitôt, dit, aussitôt fait ; bon quand je dis aussitôt,il faut compter avec le remue-ménage , de la canne,  du dentier qui finalement est bien tombé dans l'herbe (pas celle qui se fume )

    Vous comprenez pourquoi maintenant   , ces nuages sont un peu étranges ....Mais il y a peut-être une autre raison  :

    -Ce n'est pas tout cela, déclare, Pierrette: maintenant il faut redescendre ;ils vont commencer à nous chercher dans la maison de retraite.. Et puis, l'odeur ? Vous y avez pensé à l'odeur des joints ?

    Défi n° 231 : ça fume ...

     

     

     


    28 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    La transhumance vers la montagne :ABC, à la barre des "croqueurs de mots nous demande de parler de la montagne

    Ch'ellu si n'hè scorsu maghju

    Le mois de Mai passé

    Sarà più d'una simana

    Il ne restera plus d'une semaine

    Appròntati, o capraghju !

    (Alors) Prépare-toi, chevrier !

    À lascià piaghja è calmana

    Pour laisser la plaine et la chaleur de l'été

    Ch'hai da fà l'altu viaghju

    il faut maintenant partir sur les hauteurs

    Dopu ghjuntu in Barghjana

    Bientôt on se rejoint à Barghjana  etc....

     

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique