•  

    (les Cabardouche) françois-marie  à la barre des croqueurs de mots pour le défi 246 nous proposent  :Voici un portrait à partir duquel vous raconterez une anecdote, vous devez impérativement utiliser les verbes suivants.

    • barguigner
    • renauder
    • vermiller
    • écuisser
    • musser

    "Papy tricote" peinture de François.

     

    Je suis trop bavard ! C'est mon grand défaut.

    Je n'arrête pas de clamer que je m'ennuie depuis que je suis à la retraite.

    Et l'autre jour, badabam :  sans me laisser le temps de barguigner,ma fille vient me mettre mon petit-fils dans les bras  en déclarant  que cela va m'occuper à temps plein . Il faut que je le garde pendant qu'elle s'occupe à autre chose. Et puis, aujourd'hui, elle va participer à une manif pour la journée des femmes ....C'est important

    Je n'ai pas osé renauder  !

    Mais bon, chouchouter à mon âge, ce n'est pas évident . Alors pendant qu'il sommeille dans mes bras,je me suis pis au tricot ! Une maille à l'envers, une maille à l'endroit

    Un point pour st Christophe,un point pour st Thomas . Mais qu'est-ce que je raconte ?

    Si mes copains viennent me voir , je serai obligé de me musser; sinon on ne va parler que de moi au bistrot !

    Je tricote une chaussette  , ! Une chaussette ! quelle idée ! J'ai toujours eu le goût du risque ...C'est pourtant aussi difficile qu'écuisser un chêne centenaire. Avant qu'elle soit finie, le petit sera adulte! Mais cela le berce...Alors, je tricote, je tricote... Je ferai peut-être la plus grande chaussette du monde ...

    Maintenant ,le chêne c'est moi. Et  ce sont mes enfants qui vermillent autour de moi.

    Enfin, façon de parler... Je suis un vieux chêne ... Mais avec un coeur tendre... Ce petit , c'est comme une jeune branche  qui va pousser  pour remplacer l'ancienne.. Et au fond de moi je suis bien content , de participer à sa pousse.  Finalement ,la retraite , ce n'est pas si mal ...

     

     


    20 commentaires
  • ABC(Annick) à la barre des "croqueurs de mot "propose le défi suivant :

    Cher Amiral, vos croqueurs sont des « motivores », en passant par mon jardin, ils ont dévoré

    tous mes mots. Sans mot, mon jardin de mots n’a plus de sens, il est anéanti. Demandez-leur,

    je vous en conjure, de m’envoyer chacun sa meilleure recette, pour que les mots de mon jardin

    puissent refleurir dès le début du printemps.

     

     

     

    J’ai descendu dans son jardin

    Pour y cueillir du romarin .

    Et puis,, j’ai vu le mot amitié 

    Caché  dans  ses jolis  rosiers

    Et je l’ai cueilli avec délicatesse.

    J’ai trouvé le mot gentillesse

    Eparpillé dans les magnolias

    Et je l’ai volé  sans tralalas ;

    J’ai aperçu le mot tendresse

    Derrière  un bouquet d’ail en tresse

    Et je l’ai pris sans trompette ni tambour .

    J’ai  enfin  déniché le mot amour

    Sous quelques pieds de pâquerettes

    Je l’ai  emporté le cœur en fête.

    Et puis j’ai eu quelques remords…

    J’ai mis tous ces mots à bord,

    De mon auto, et je les ai ramenés

    A leur propriétaire   très affolée

    De ne plus les retrouver

    Dans son jardin enchanté.

    Donc , pour la recette...Il n'y a plus qu'à tout replanter ...

     

     

     

     

     

     

     


    20 commentaires
  • Pour le second jeudi en poésie des "croqueurs de mots" j'avais demandé un poème ou une chanson qui parle de l'enfance ...

    (Ma mère ,mon grand-frère,ma grande soeur et moi )

    Qu'il est beau le temps de l'enfance:

    Tous les chemins mènent à l'espérance ;

    La vie n'a que des couleurs douceur

    Et le temps est parsemé de fleurs .

     

    Ma mère  me chantait des berceuses

    Qui parlaient de vagues en colère.

    L'été  j'écoutais , lors des soirées rieuses

    Des histoires racontées par mon père.

     

    Pouvoir revenir un instant  en arrière,

    Revivre des moments heureux.

     Accepter les souvenirs sans méfiance

    Qu'il est  court le temps de l'enfance.

     

     

     

     

     


    24 commentaires
  •  

    Pour le défi des" croqueurs de mots"  :

    "Souvenirs, attention danger ..." !

     

    A partir d'une photo, ou d'un objet,  d'une odeur ,racontez- nous en quelques lignes , un souvenir ,ou une anecdote de de votre enfance , que cela a réveillé en vous .

     

    L’autre jour , j’ai retrouvé une poupée  qui avait appartenu à ma fille.

    Cela m’a rappelé un souvenir d’enfance.

     

    Défi N°245: jolie poupée

    (La poupée de ma fille)

     L’été de mes dix ans, mon grand frère  est arrivé en permission ,il était  dans l’armée et il m’a apporté une poupée . Pas n’importe quelle poupée : celle-ci était immense, presque aussi grande que moi.

     Je ne pouvais même pas la tenir dans mes bras .

    Alors, » je me suis faite  toute petite devant une poupée ,qui  ferme les yeux quand on la couche »…’Mais elle ne disait pas maman ..Qu’importe..

    Elle avait un joli noeud dans ses cheveux blonds , des yeux bleus, une jolie robe fleurie, des chaussures en plastique …

     

    J’étais émerveillée .

    Je frimais devant les copines qui, comme moi, n’avaient jamais eu de poupée aussi grande.

      J’ai joué longtemps avec elle ; et puis, bien sûr , en grandissant, je l’ai mise au fond d’un placard.

     Sans doute ,désespérée, un jour , elle s’est suicidée  en se jetant la tête l première dans une marmite de sauce tomate prête à cuire.

     

    (J’ai toujours soupçonné mon petit frère  de l’avoir aidée..mais , faute de preuve ,il a bénéficié de la présomption d’innocence .)

    Ma mère a bien essayé de la sauver , mais avec sa tête à moitié pelée, elle n’était plus aussi jolie. .

    Elle a donc fini  à la décharge un triste jour .

    Mais , son souvenir est  toujours quelque part,là où je conserve encore un petit peu de mon âme d’enfant.

     

     


    28 commentaires
  • Souvenirs d'une guitare

     

    Pendue par un vieux clou rouillé

    Au dessus de la cheminée

    Elle est là comme abandonnée

    La vieille guitare 

     

    Mais si elle pouvait parler 

     

    Au lieu de rester là figée

    Dieu sait qu’elle en raconterait

    De belles histoires

     

    Elle dirait qu’un jour

    Elle a vu pleurer Francesca Maria

    En revenant elle sait bien pourquoi

    De prier Notre Dame de la Serra 

     

    Elle dirait qu’un jour

    Sur la petite place d’un village

    A l’occasion d’un très grand mariage

    Elle a fait danser tout le voisinage

     

    Personne n’y fait plus attention

    Mis à part quelques réveillons

    Elle est là pour décoration

    La vieille guitare

     

    Comme le font souvent les vieux

    Fatigués par leurs mauvais yeux

    Elle se repose au coin du feu            

    La vieille guitare 

     

    Elle en a tant joué                                            

    De ces lamenti, de ces airs bizarres

    Où se mêlaient les joies les désespoirs

    Des voisins qui venaient veiller le soir 

     

    Mais le temps a passé

    Maintenant la maison est presque vide

    Au milieu des souvenirs, et des rides

    Elle reste là la guitare 

     

     

     


    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique