• Domi m'a laissé la barre de la coquille de noix des "croqueurs de mots "jusqu'à jeudi  à ses risques et périls. Alors, voici la consigne que j'avais donnée  aux  intrépides matelots :

    Voici la consigne  :

    -Vous allez écrire une lettre pour demander un emploi (sorte de lettre de motivation) , en prose, en vers, en image , comme vous voulez. Mais il faudra convaincre votre futur employeur.

    -Dans cette lettre ,il faudra  "incorporer", pour que la mayonnaise tienne,  des titres de chansons .J'ai choisi Aznavour (Si vous le déteste  choisissez des titres d'un chanteur qui vous convient )

    . Voici les titres (à utiliser dans n'importe quel ordre )

    - Il faut savoir ; la bohême ; non, je n'ai rien oublié ;hier encore ; les plaisirs démodés ;

    je m'voyais déjà ; comme ils disent;tu t'laisses aller ;viens pleurer au creux de mon épaule ; la mamma.

    Mr le PDG

    Je sollicite de votre haute bienveillance  (si elle n’est pas haute, c’est pareil ), un emploi dans votre superbe  et merveilleuse entreprise .

    Non, non, je n’exagère pas.

    Il paraît que » c’est dans les vieilles marmites qu’on fait la bonne soupe » comme ils disent . Alors, j’ai toutes mes chances, n’est- ce pas ?

    Mes amis me serinent,    depuis que je suis à la retraite : « tu t’laisses aller , tu t’laisses aller « .

    Pourtant, je n’ai rien oublié de ma vie active .Il faut savoir  que , je m’active beaucoup , surtout pour une corse , même si j’ai des plaisirs démodés : la danse, le chant …Hier encore, j’ai fait une répétition de chant traditionnel.

     

     Mais , il est temps que la bohême finisse : j’ai donc décidé de  revenir sur le marché du travail , d’autant plus que la mamma ne cesse de me répéter : « ma fille , je ne vais pas te dire : viens pleurer au creux de mon épaule, si tu es fauchée  ! Bouge-toi   « 

     Pourtant , je m’voyais déjà , passer ma retraite  sur une plage de sable fin , bercée par le murmure des vagues, sous les cocotiers,ou plutôt , à côté des cocotiers (je ne prendrai pas le risque de recevoir une noix de coco sur la tête comme mon voisin  qui ne s’en est pas tout à fait remis ).

    Mais je divague : je suis motivée , motivée .Si vraiment , vous n’avez pas un poste pour moi,  il faut savoir laisser la place ..

    Recevez mes sincères salutations distinguées,  respectueuses ,considérables et admiratives (n’en jetez plus, la coupe est pleine ) 

    Fanfan

    Défi N°214: il faut savoir...

     

     


    27 commentaires
  • Pour  ce défi des "croqueurs de mots " l'amiral Domi, nous avait demandé d'écrire une lettre au père Noël avec une liste de mots imposé.

    C'est la copine Zaza qui a gagné.

    ; Donc voici ma lettre:

     

     

     

    (notre feu de Noël traditionnel)

    Cher père Noël

     

    Je t’écris une lettre que tu liras peut-être si tu as le temps …

     

    Oui, car j’ai quelques mots à te dire , en plus de ma commande  pour le 24 au soir.

     

    D’abord, je veux mes jouets dans mes chaussures et pas dans les chaussettes :

     

    je ne suis pas américaine que diable.

     

    Je ne laisserai pas la clé sur la porte : tu rentreras par la cheminée comme d’habitude :

     

    j’ai fait ramoner le conduit, pour que tu ne salisses pas ton pantalon rouge :

     

    le feu sera éteint , je ne suis pas sadique, tout de même  !

     

    La lumière sera éteinte pour ne pas t’effaroucher Je te demande de raser tes mollets ,

     

    car la dernière fois, j’ai cru que c’était un gorille qui descendait par la cheminée .

     

    Je ne veux pas que tu portes une casquette : cela ne fait pas sérieux :

     

    tu n’es pas un rapeur  tout de même ?

     

    Tu ne veux pas que je ne crois plus en toi quand même ?

     

    un père Noël doit avoir  une capuche, un point  c’est tout.

     

    Je te laisserai un verre de lait : ainsi je suis certaine que tu ne seras pas ivre

     

    et que tu ne te tromperas pas de chaussures., comme l’an dernier :

     

    tu avais mis un pumpernickel dans mes botillons !

     

    Quelle idée ! Que voulais-tu que je fasse d’un pumpernickel?

     

    J’ai su , par la suite qu’il était destiné à la famille Cabardouche .

     

    Il a fallu que je leur fasse un colis, car ils n’habitent pas dans ma région, eux.

     

    Un croqueur de mots, m’a même avoué , au téléphone que tu lui avais mis

     

    une pincée d’opium dans un chausson  !

     

    Quelle honte ! J’ai su aussi que c’était pour un chinois qui était sur une jonque !

     

    Donc , cette année , pour que je puisse avoir des étoiles dans les yeux , et croire encore en toi,

     

    nettoie tes lunettes ,sois sobre,  bien habillé , la hotte pleine de bonnes intentions

     

    et de petits bonheurs , etc…

     

    Je suis exigeante ? Forcément , je ne suis plus une enfant , quoique ….

     

    quand je te vois, je redeviens une enfant.

     

    Mais finalement, je t’aime bien comme tu es, car , sans toi dans notre paysage de Noël,

     

    cela ne serait plus pareil

     

    Ce serait comme un jour de l’an sans vœux..…

     

    Promis : je vais te concocter un accueil,comme tu n’en as jamais eu , mon papa Noël  adoré.

     

    Crotte : j’ai oublié de signer ma lettre !

     

    Pardon père Noël !

     


    14 commentaires
  • Romanella est une ragazza*
    Qui vit sur la Riviera.
    Qui aime la dolce vita.
    Elle cherche un petit gars
    Qui  bientôt la lui offrira.
    Elle rêve de bijoux et de tralalas
    D'une Ferrari ,rouge grenat.
    En attendant, Romanella
    Chez Léonidas, vend des chocolats.

    *fille

    C'est une fille pleine de rêves qui arrive à la "cour de récré" de Jill Bill


    28 commentaires
  •  

    Je file sur Séte ce matin tôt avec ma chorale, jusqu’à jeudi. Nous allons chanter à Jigean le 6 et à Sète le 7 ( normal) . Donc,je n’aurai  pas beaucoup de temps libre .Si nous ramassons des tomates,je partagerai avec vous,promis.

    Domi (Dimdamdom) à la barre des "croqueurs de mots" pour la quinzaine, nous demande de broder sur le thème:  "quand  Paris s’enrhume, c’est toute l’Europe qui a froid"

     

    Défi 201: quand Paris s’enrhume

     

    Les parisiens ayant chanté tout l’été

    Se trouvèrent fort dépourvus

    Quand  la neige fut venue.

    Pas un seul  pneu clouté,

    Chasse-neige  ou  véhicule équipé.

    Ils allèrent crier à l’aide 

    Chez  leurs cousins canadiens 

    Leur priant de leur prêter

    L’expérience qui leur manquait.

    Ceux- ci ,se gaussant  de Paris

    Le raillèrent à l’infini.

     Ses voisins européens

    N’y comprenaient plus rien :

    Paris  coulait,  éternuait

    Et c’était eux qui frissonnaient .

     Réunis  ,a l’unisson,

    Ils décidèrent sans façon

    Que Paris , cette orgueilleuse blonde

    Ne serait plus le centre du monde.

    Plus de mouchoirs à lui prêter,

    De Paris, l’Europe s’en ficherait

     


    21 commentaires
  • Je n'ai pu participer au défi que j'ai proposé  pour les jeudis en poésie , ayant passé une journée entière hors de chez moi .Alors, je vous offre ces cyclamens , vus sur le bord du chemin .

     

    C'est ainsi que j'ai vu et  entendu dans une salle d'attente :

    La belle-mère (83 ans ) regarde les consignes de sécurité  .

    Le gendre(plus de 60 ans ) : s'exclame : "

    -Hééé ! Nous n'en sommes pas déjà  au point de nous sauver ! "

    Il m'a pris un fou-rire terrible !

    La même petite dame  demande à l'anesthésiste (une seule vitre séparait la salle d'attente du bureau de celui-ci) :

    -" Je vais être couchée  pour l'opération ? "

    -" Non, vous allez courir dans la salle  et nous allons courir derrière vous  ,pour vous faire l'intervention !"

    Tout le monde était hilare !

    Quelquefois, on ne s'ennuie pas  dans les salles d'attente .

    Cela me rappelle , un autre anecdote aussi dans une salle d'attente.

    Les gens parlaient entre eux ,de leurs bobos.

    Une vieille dame  ,qui parlait un français très" corsisé " , déclare à son voisin :

    - Moi, je viens voir le docteur parce que j'ai les vertèbres entassées .

    Je crois qu'on pourrait  écrire un livre sur tout ce qu'on entend dans une salle d'attente.

    Ce matin nous avons un grand soleil et un grand vent aussi;Je vous souhaite un bon grand week end

     

     

    En attendant Godot

     

    Les orchidées sauvages

     

     

     

     

      

     

     


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique