•  

     

    Anus est assis...

    Anus est assis sur son fondement

    Cela suffit pour le rendre content.

    Il avoue être un peu fainéant

    Tant pis si cela n’est pas bienséant.

     

    Il laisse s’écouler …les heures

    Savourant ces moments de bonheur.

    Il est aussi un peu gourmand

    Ce qui lui cause quelques tourments.

     

    Il ne rêve pas d’une autre vie

    Ce farniente heureux le ravit.

    Anus ne se fait pas de bile,

    Il n’aime que la vie facile.

     

    C'est un drôle de prénom pour un élève qui va dans la cour de récré de Jill Bill

    (Je suis  en vadrouille  en Italie pour quelques jours; je viendrai vous visiter en rentrant.


    24 commentaires
  •  Martine "Quai des rimes  " à la barre des "croqueurs de mots pour cette quinzaine  nous propose :Pour le défi du lundi 30 septembre des croqueurs de mots, je vous propose dans le tableau ci-dessous trois thèmes au choix et pour chacun des thèmes deux titres pour vos écrits  

    THEMES 

    TITRE 1 

     TITRE 2 

    Passé 

    Hier à Hyères ou ailleurs 

    Poussière d'hier 

    Présent 

    Sauf-conduit pour aujourd'hui 

     Aujourd'hui inédit 

    Futur 

    Demain à deux mains 

    Demain en sous-main 

    A vous de choisir un thème et un des deux titres proposés et d'imaginer le texte adapté au titre retenu.

    Je suis actuellement en Italie pour une semaine , alors, je viendrai vous voir à mon retour

    Hier , à Hyères ou ailleurs

     

    Il y a quelques années .. c’était hier , quoi,  mon groupe de danses traditionnelles, et moi, avons été invités à Hyères, pas ailleurs .

    Le jour du départ, il y avait une grosse tempête dans le port  d’Ajaccio et sur la mer.

    Nous avons embarqué  vaillamment, d’autant plus que nous étions accompagnés  d’un prêtre : il ne pouvait donc rien nous arriver.

     Pour prévenir le mal de mer, j’avais emporté un bouquet de persil  (je crois que je vous en ai déjà parlé  ) . On m’avait dit que c’était très efficace .et comme je suis très naïve …

    Je vous touche deux mots de la traversée .. sinon nous y serions encore, et il  ne vaut mieux pas ..

    Le bateau penchait de tous les côtés : à table , lorsqu’on croyait manger dans son assiette , c’était celle du voisin qui avait glissé devant nous ..Le  curé, un gai luron, n’arrêtait pas de plaisanter pour nous remonter le moral.

    Mais lorsqu’on mange une bouchée  de spaghetti, à la place d’une bouchée de salade…. Cela   ne marche pas forcément.

    Pour aller dans les cabines, il a fallu se tenir aux murs :inutile de boire ce soir-là : tous les passagers avaient des allures d’ivrognes en goguette .

     Au bout de 3 heures, j’ai senti que quelque chose se passait dans mon corps : la salade voulait retrouver l’air libre et son potager .

    Mes copines de cabines avaient comme moi, la couleur des draps des couchettes … Plus blanc que blanc .

    J’ai fait un long séjour, à genoux  dans les toilettes, en hoquetant que j’allais mourir , qu’on aille chercher le curé pour que je puisse me confesser et espérer aller au paradis.

    Mais mes copines , lâchement, ont refusé de se lever ,menaçant de  me sortir des toilettes pour y faire un séjour  elles  aussi, si elles bougeaient , ne serait-ce que le petit doigt  !

    Un camarade  est venu aux nouvelles :il supportait  plus  le  roulis que le reste de la troupe .

    Nous avons appris que ce n’était guère mieux du côté des hommes et que le curé était en train de réciter des « pater noster « au rythme d’une mitraillette ….à   douter de la bienveillance du ciel envers ses fidèles servants .

     Vous imaginerez sans effort, l’état dans lequel nous sommes arrivés , tous vivants ,même moi, (juste un peu ) , à Hyères   et pas ailleurs : d’ailleurs nous n’aurions pas pu aller plus loin .

    Nous avons malgré tout- conscience professionnelle oblige- dansé le soir même devant 3000 personnes  .

     


    17 commentaires
  •  

    Dévote est la mascotte

    (Ce n'est pas moi sur la photo )

    (J'ai failli m'appeler Dévote, comme une de mes 2 grands-mères, ou Ambroisine, comme l'autre)

     

    Dévote  est la mascotte

    Du clan des bigotes .

    Le dimanche à la messe

    Elle les mène à confesse.

     

    Le curé en les voyant arriver

    Cache en hâte son bénitier :

    « Seigneur ,préservez-moi

     Des grenouilles que voilà. »

     

    On la soupçonne d’être fayote

    Pour  aller droit au paradis

    Le curé en a la tremblote.

    Il en fait des cauchemars la nuit

     

     C'est le prénom du jour dans la "cour de récré" chez Jill Bill

    Elle va lui gâcher


    21 commentaires
  • Sur une idée de Lenaïg,décliner un acrostiche  : illuminations

    Il était une fois la nation

    Les hommes en ont pris possession

    Les femmes ont été effacées

    Unis , eux, pour les inégalités.

    Mais  , tenaces , elles ont lutté

    Intrépides,elles se font une place

    Naissance d'une nouvelle race

    Avenir plus radieux ,nouveau destin

    Tenir sa destinée dans ses mains

    Il y a cru le général :" votez mesdames"

    Oser réparer l'injustice sans drame.

    Nous tenons notre avenir dans nos mains

    Saluons cet anniversaire ,joie,fête et tout le tintouin ...

    Cette année c'est l'anniversaire du droit de vote accordées aux femmes , sur l'incitation du général De Gaulle


    20 commentaires
  • Bambou a mis les bouts

    Vers un pays merveilleux

    Le pays des rêves bleus

    Ne m’a même pas fait coucou.

     

    Bambou est retombée sur terre :

    Tout était en jaune  là-bas

    Le riz était  un peu bas

    A même dormi sur des pierres .

     

    Bambou est revenue chez nous :

    Quand on lui parle de voyage

    Elle regarde les nuages

    Elle rit jaune , c’est dommage .

     

    Une élève un peu désabusée qui arrive dans la cour de récré de Jill Bill

     

    Ce n'est pas une expérience personnelle ...


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique