• Romanella est une ragazza*
    Qui vit sur la Riviera.
    Qui aime la dolce vita.
    Elle cherche un petit gars
    Qui  bientôt la lui offrira.
    Elle rêve de bijoux et de tralalas
    D'une Ferrari ,rouge grenat.
    En attendant, Romanella
    Chez Léonidas, vend des chocolats.

    *fille

    C'est une fille pleine de rêves qui arrive à la "cour de récré" de Jill Bill


    28 commentaires
  •  

    Je file sur Séte ce matin tôt avec ma chorale, jusqu’à jeudi. Nous allons chanter à Jigean le 6 et à Sète le 7 ( normal) . Donc,je n’aurai  pas beaucoup de temps libre .Si nous ramassons des tomates,je partagerai avec vous,promis.

    Domi (Dimdamdom) à la barre des "croqueurs de mots" pour la quinzaine, nous demande de broder sur le thème:  "quand  Paris s’enrhume, c’est toute l’Europe qui a froid"

     

    Défi 201: quand Paris s’enrhume

     

    Les parisiens ayant chanté tout l’été

    Se trouvèrent fort dépourvus

    Quand  la neige fut venue.

    Pas un seul  pneu clouté,

    Chasse-neige  ou  véhicule équipé.

    Ils allèrent crier à l’aide 

    Chez  leurs cousins canadiens 

    Leur priant de leur prêter

    L’expérience qui leur manquait.

    Ceux- ci ,se gaussant  de Paris

    Le raillèrent à l’infini.

     Ses voisins européens

    N’y comprenaient plus rien :

    Paris  coulait,  éternuait

    Et c’était eux qui frissonnaient .

     Réunis  ,a l’unisson,

    Ils décidèrent sans façon

    Que Paris , cette orgueilleuse blonde

    Ne serait plus le centre du monde.

    Plus de mouchoirs à lui prêter,

    De Paris, l’Europe s’en ficherait

     


    21 commentaires
  • Je n'ai pu participer au défi que j'ai proposé  pour les jeudis en poésie , ayant passé une journée entière hors de chez moi .Alors, je vous offre ces cyclamens , vus sur le bord du chemin .

     

    C'est ainsi que j'ai vu et  entendu dans une salle d'attente :

    La belle-mère (83 ans ) regarde les consignes de sécurité  .

    Le gendre(plus de 60 ans ) : s'exclame : "

    -Hééé ! Nous n'en sommes pas déjà  au point de nous sauver ! "

    Il m'a pris un fou-rire terrible !

    La même petite dame  demande à l'anesthésiste (une seule vitre séparait la salle d'attente du bureau de celui-ci) :

    -" Je vais être couchée  pour l'opération ? "

    -" Non, vous allez courir dans la salle  et nous allons courir derrière vous  ,pour vous faire l'intervention !"

    Tout le monde était hilare !

    Quelquefois, on ne s'ennuie pas  dans les salles d'attente .

    Cela me rappelle , un autre anecdote aussi dans une salle d'attente.

    Les gens parlaient entre eux ,de leurs bobos.

    Une vieille dame  ,qui parlait un français très" corsisé " , déclare à son voisin :

    - Moi, je viens voir le docteur parce que j'ai les vertèbres entassées .

    Je crois qu'on pourrait  écrire un livre sur tout ce qu'on entend dans une salle d'attente.

    Ce matin nous avons un grand soleil et un grand vent aussi;Je vous souhaite un bon grand week end

     

     

    En attendant Godot

     

    Les orchidées sauvages

     

     

     

     

      

     

     


    23 commentaires
  • Joyeuses Pâques et bonne "merendella "(Dînette  )
    C'est Martine 85

    Qui est à la tête des "croqueurs de mots " cette quinzaine:

    Le défi du lundi consistera à choisir un début
    et une fin de roman et d’écrire l’histoire (en prose ou en vers)
    pour lier le début à la fin. j'ai mis en bleu le deux phrases choisies

     Défi N°184C'est fini !


    "C’est fini« mais je ne reprendrai plus le métro toute seule !
    Je vous raconte :
    Imaginez une paysanne qui a toujours habité la cambrousse , en France ou ailleurs, qui n'a presque jamais habité une grande ville  ...
    Et , donc, cette paysanne  a décidé d'aller voir la famille à Paris  .Paris, pour ellel c'est plus dangereux que la Syrie .
    C'est vous dire !
    Et le , le métro, c'est la jungle !


    Malgré tout ,elle décide , témérairement, d'aller voir sa soeur  et de lui apporter une belle tarte aux poires en prenant le métro : on lui a fait un itinéraire, on lui a bien expliqué où elle doit descendre.Sa nièce doit la réceptionner comme un colis  car elle est aussi fâchée avec l'orientation .


    Mais on a oublié le principal :la petite lumière verte (Elle a peut-être changé de couleur depuis ce temps)
    Elle monte donc dans le métro, terrorisée: tous ces sauvages qui sont coincés comme des sardines , les yeux dans le vague , et qui la serrent.Elle étouffe.
    -"Où est mon ciel , mon air pur ,mon maquis parfumé ? " se dit-elle "Le reverrai-je un jour ? "
    Tout à coup, elle voit  sur le plan qu'elle va arriver.Elle se prépare... mais pourquoi le métro ne s'est-il pas ? Elle a vu sa nièce sur le quai ...
    Bon pas d'affolement :
    -"Je vais retourner en sens inverse , je ne suis pas une paysanne tout de même !"
    Et hop, retour  : la station arrive ... Le métro ne s'arrête pas : elle voit encore sa nièce qui commence à donner des signes d'affolement  .
    La paysanne décide de revenir encore : elle reprend le métro .


    -" Non mais! Je ne vais pas passer la journée dans le métro ! Je ne m'appelle pas Zazie !"
    Cette fois-ci elle est prête à tout,même à tirer le signal d'alarme  pour arrêter le métro à la station prévue!
    Après 4 allers-retours ....
    OUf, cette fois-ci, il ralentit ,il s'arrête ... Miracle!
    -"Bon je vais prendre mon temps pour descendre  ,puisqu'il m'a fait attendre !"
    Mais .. quoi ? Attendez je suis en train de descendre:  ! Ne fermez pas les portes ! Ma tarte aux poires est  coincée ! Mais ils sont fous ces parisiens!  Ma tarte est en accordéon ! Et moi , j'ai failli l'être aussi! Heureusement qu'un voyageur a appuyé sur le bouton qui arrête la fermeture ."


    Elle  descend dignement, avec ce qui reste de la tarte.
    La nièce se jette sur elle :
    -" Mais que s'est-il passé ? Tu  visitais le métro ? "
    -"Mais non, il ne voulait pas s'arrêter !"
    -"Mais il fallait regarder  la lumière verte pour savoir s'il s'arrêtait à la station."
    -"On ne m'a rien dit à moi !Quels gredins que les honnêtes gens  !"

     Défi N°184C'est fini !


    Vous avez compris que la paysanne c'était moi , et que j'ai toujours aussi peur du métro et de Paris.


    26 commentaires
  • C'est lundi et il fait beau

    J'ai profité du soleil printanier pour planter mes légumes ... aulx,oignons, petits pois ...et des arbres fruitiers.

    J'y ai mis tellement d'élan que j'ai cassé le manche de la bêche !

    J'aurais bien voulu planter un bananier mais je n'ai pas trouvé de graines dans les bananes .Dommage.

    Mais je suis contente, non seulement pour cela,mais aussi parce que j'ai retrouvé la lampe de poche que je cherchais depuis 3  jours . Ce n'est pas grand chose une lampe de poche  ; pourtant lorsqu'on en a besoin c'est essentiel.  Je sens que vous êtes impatiens(tes) de savoir où je l'ai retrouvée !

    Non,non, pas au  fond d'une poche: cela serait trop banal ;pas dans mon sac à main  où elle dort sagement la plupart du temps. Non plus coincée entre deux coussins du canapé où le chat aurait pu la cacher .

    Non, je l'ai retrouvée tout simplement dans la porte ... du frigo  entre un mot de confiture et un pot de mayonnaise.

    Je la soupçonne d'avoir eu envie de se rafraîchir les idées  ! Je vous assure que ce n'est pas moi la responsable . Mais le coupable n'a pas encore été repéré. Je cherche.

    En attendant, je vous souhaite une bonne semaine .

    Un sac pour enfant sage

     

     

     

     

     


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique