• - Rien ?
    - Rien !
    - Vraiment rien ?
    - Absolument , rien !
    - Pourtant, il suffirait de presque rien ...
    - Mais, ce n'est rien  tu le sais bien , le temps passe, ce n'est rien ...
    - Tu crois ? Ce n'est pas rien pourtant !
    - Bah ! On n'oublie rien , on s'habitue , c'est tout  !
    - On s'habitue, on s'habitue.. C'est vite dit cela ! Pourtant, je ne vois, rien qu'une larme dans tes yeux , mais une larme quand même ...
    - Non, rien de rien ,  non, je ne regrette rien  ,mais je n'ai rien oublié  hélas.
    - Alors, tu n'as rien à déclarer ?
    - Juste une chose : ce n'est pas parce qu'on n'a rien à dire , qu'il faut fermer sa g....... !
    -????!!!!!!

    C'est ABC qui a repris la barre de la oquille des "Croqueurs de mots"


    6 commentaires
  • J'entends un sifflement : sont- ce des serpents  qui sifflent sur nos têtes ?... Ah! Vous connaissez vos classiques !
    Tiens je vais m'entraîner  à articuler:
    "Les chaussettes de l'archichudesse , non de l'archidussesse, non de l'archiduchesse sont chèches .. sont sèches  ! Paas facile de le dire vite . Elle commence à nous casser les pieds avec ses chaussettes  : si , elles les avait données à son valet de pied, il y a longtemps qu'elles seraient sèches ,ses chaussettes !
    Et cela aussi:
    "un chasseur chassant sasser", zut , "un chasseur sachant sacher , non "chasser"," va chasser chan son sien"  ...ça ne veut rien dire ,  non:" va chasser sans son chien" ;Il paraît qu'il a perdu son chien, donc c'est réglé !
    Ouf, j'y suis arrivée  !
    Et celle-ci ?
    "Son chat SACHA , chante sa sanchon, non,  chanson sans son  "
    Et encore une dernière:
    "Madame est une suissesse, au sous sol de sa maison elle chausse ses souliers secs,  saisit son sac et sort sur le seuil , seule dans le silence du soir, quand soudain elle apercoit une scène sensationnelle "
    Vous ne saurez jamasi ce qu'elle a vu : moi, non plus d'ailleurs  !
    Un "S" géant peut-être  ?
    Et puis il y en a assez de la loi du "S"  ! Laissons-le  là où il est, car je n'ai pas un seveu, pardon un cheveu sur la langue  !
    C'est DimDamDom qui nous a demandé de parler du "S" .

    J'embarque ce soir ... Alors à très vite.


    5 commentaires
  • C'est l'amiral Brunô qui nous a fait la surprise  de reprendre la barre du navire des "croqueurs de mots" pour ce dernier défi avant les vacances.

    "LA TOILE SE DEVOILE"

     ( METTRE EN TITRE DE VOTRE ARTICLE POUR LA LISIBILITE)

    À partir de cette toile du peintre BALTHUS,

    donnez libre cours à votre imagination, racontez votre histoire en prose ou en poésie  en utilisant un ou plusieurs éléments  ou personnages du tableau, en démarrant ou terminant votre texte  par cette scène, en cherchant à retranscrire ce qu'a voulu exprimer le peintre...
    Les choix sont multiples, ouverts et libres.

     

    balthus-le-peintre-et-son-modele-1980-1981-huile-.jpg

    -"Le ciel est bien bas ce matin  ", dit-elle en écartant les rideaux
    -"Il va nous tomber sur la tête , dis maman ? " s'inquiète la fillette , en train de feuilleter  un cahier  ,ouvert sur une chaise.
    - Mais non , voyons , c'est juste une expression !
    - Ah! Bon! Alors, je ne pourrai pas le toucher  ?
    - Je ne pense pas  ! Je me demande si je vais laver les vitres ?"

    - Mais le ciel va rentrer  si tu ouvres la fenêtre  !"
    - Je t'ai dit que c'est juste une façon de parler!"
    - J'aimerais bien qu'il entre  pour que je puisse le toucher ..."
    - Cesse de dire des sottises et apprends ta leçon  !Et puis lève-toi, tu vas te salir "
    - Mais c'est propre par terre ; s'il entrait, le ciel, je pourrais flotter sur lui .."
    - Va plutôt appeler ton père  : il est l'heure de partir à l'école ; c'est lui qui t'accompagne ce matin."
    -D'accord, d'accord . Papa, on y va ? "
    -J'arrive  !
    Le père, entre dans la pièce, s'approche à son tour de la fenêtre :
    -" Le ciel est bas ce matin : il va pleuvoir "!
    -Ah! tu vois maman ! Papa aussi dit que le ciel est bas: si je monte sur ses épaules, je vais le toucher !"
    -Ah! Cette gosse  !Elle a de la suite dans les idées !


    8 commentaires
  • Hier , trop de pannes de courant, à cause du vent violent  , donc  trop compliqué d'aller sur le net: nous n'avons pas le haut débit ,  dans nos montagnes et après on s'étonne que les gens s'énervent et se sentent abandonnés par le pouvoir (sauf lorsqu'il faut payer des impôts  ).Je commence fort ce matin : c'est le vent qui m'a énervée !

    gif-11-1091.JPG

     

     

    C'est le joli mois de mai  et de Marie (du moins c'est ce qu'on dit ):

    "C'est le mois de Marie, c'est le mois le plus beau "...Un vieux cantique d'autrefois ...

    (D'ailleurs, c'était tellement le mois de Marie, qu'on ne se mariait surtout pas au mois de mai chez nous ... Cela aurait porté malheur disait-on )


    Lorsqu'on met le nez dehors, on se demande si nous ne sommes pas en janvier.
    Alors, comme je n'avais rien à faire (ah! si c'était vrai ), j'ai ramassé des mots , "tombés du camion" :" maman  " , "amour" "aimer"  " et je les ai rassemblés .

    Ben oui, demain, c'est la fête des mamans : la fête, la fête, c'est vite dit !
    Est- ce qu'on va leur faire leur fête ou leur souhaiter leur fête ?
    Car , leur fête, on devrait la leur souhaiter tous les jours.

    Une maman, c'est l'amour , le vrai à l'état pur , celui qui pourrait mener jusqu'à la mort pour protéger ses petits.
    Une maman, c'est celle qui conjugue le verbe aimer, à tous les temps, par tous les temps, même en cas de tempête et de tornade.

    Une maman , c'est la seule personne qui aime sans rien demander .Bon d'accord, lorsque les enfants sont grands, elle peut demander  un petit service.
    "-Tu peux me percer deux trous dans le mur ,pour que je puisse accrocher mes rideaux ?

    Mais qu'est- ce c'est , par rapport à tout le temps qu'elle nous a consacré au fil des ans , mettant de côté ses rêves, ses envies, ses plaisirs ?

    Et on ne leur dit - "je t'aime que lorsqu'il est trop tart, lorsqu'elle s'en va  pour un long voyage dans le paradis des mamans :on est tellement sûr, qu'elle sera toujours là !

    Oh! Les papas : attendez votre tour, pas la peine de  rouspéter !

    Et  puisque je suis un peu sadique, je vais vous faire verser une petite larme: "cadeau" de Marie Laforêt.

     

      J'ai profité de la lettre "M" proposée par"DIM DAM DOM ,pour parler des mamans (on n'est jamais aussi bien servie que par soi-même )


    6 commentaires
  • Jill Bill

    , à la barre du navire  des "croqueurs de mots", , nous propose de délirer sur ce tableau"Les glaneuses " de Millet .

     

     

    Deux femmes courbées par le labeur  , en plein soleil , ramassent les épis qui restent après la moisson.Mais que se disent-elles ?

     

     

     

    -" Hé! Marie! "

     

    -" Quoi ? "

     

    -"  Ne te retourne pas : mais , tu as vu   remarqué que Ginette est sortie du champ ? "

     

    -" Quoi ? C'est vrai ? Elle nous a encore fait le coup de nous laisser tout le boulot ?"

     

    - "Exactement ! Elle est partie fumer une clope , pendant que nous trimons comme des esclaves !"

     

    -"Cela ne m'étonne pas d'elle ! Elle trouve toujours une excuse pour se débiner !"

     

    -"Absolument ; gerarde-là se prélasser  sur le bord du cadre: je voudrais bien qu'elle dégringole  tiens !

     

    -" T'en fais pas ! Elle va le regretter : Regarde: j'ai trouvé les bijoux ! "

     

    -" "Les bijoux ? Quels bijoux ? "

     

    - "Les bijoux de la Castafiore !  Je savais ,depuis que j'ai lu Tintin, que la Castafiore avait caché ses bijoux dans ce champ : c'est pour cela que je me suis portée volontaire  pour glaner.

     

    -" Non ? C'est vrai ? Tu es sûre ?

     

    -" Certaine ! Je veux bien t'en donner une partie mais  Ginette n'aura rien , la lâcheuse! "

     

    - "Bien fait pour elle. "

     

    Pendant ce temps, Ginette, qui a pris la clé des champs ,  pour faire une pause syndicale, jubile en fumant son pétard :

     

    -"  Mais regardez-les donc  ces deux  sottes ! Elles  s'imaginent que je suis pas au courant de leur secret ! Pourquoi  suis-je ici d'après vous ? Vous ne le savez pas ? Je vais vous le dire : Moi aussi je veux les bijoux de la Castafiore ! Elles sont en train de faire tout le boulot: je n'aurai plus qu'à me servir , tout à l'heure.

     

    Et ensuite, à moi la belle vie .

     

    Il y a juste un truc qui me gêne  : comment je fais moi, pour retourner dans le tableau ?

     

     

     

     

     

    casta.PNG


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique